Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

C'est sexy, c'est l'Italie
information fournie par So Foot17/06/2021 à 00:45
Temps de lecture: 2 min

C'est sexy, c'est l'Italie

C'est sexy, c'est l'Italie

Six buts marqués en deux matchs, un pressing énervé comme les riffs de guitare d'un groupe de rock californien et une absence globale de calcul, à contrepied des clichés qu'elle a parfois pu véhiculer : l'Italie de Roberto Mancini promène dans son sillage quelque chose de charnel. Un spectacle jouissif, et même pas interdit aux mineurs.

Certains matchs sont d'abord affaire de sensations. Ce mercredi face à la Suisse, quand Nicolò Barella et Jorginho ont commencé à se faire des papouilles dans l'entrejeu à coups de une-deux amoureux, on a vite su. Su qu'on allait passer un bon moment. Du moins si on était transalpin. Ou qu'on avait un petit truc pour la Nazionale. Parce qu'on aime le bleu, l'Italie et les jolies choses. Comme ce premier pion que Manuel Locatelli à inscrit, après avoir magistralement servi Berardi et galopé sur toute une moitié de terrain, pour marquer de près.

L'Italie démolit la Suisse et se qualifie pour les huitièmes

Il y avait de la passion dans ce rush, qui semblait insensé. Un peu comme dans ce pressing italien, furieux et obsessionnel, qui étouffait dans l'œuf les offensives helvètes, dont le jeu fut longtemps purement et simplement annihilé (score finale: 3-0). Comme face à la Turquie vendredi, l'Italie a confronté son adversaire loin de ses propres bases. Le message est clair : la Nazionale n'attendra pas une erreur adverse pour plonger en contre. L'Italie cuvée Roberto Mancini n'espère pas d'ouvertures. Elle s'en crée. Elle n'attend pas davantage une approximation adverse. Elle les provoque.

Un frisson Nazionale


C'est un petit ensorcellement, une séduction charnelle qui s'opère alors, entre son public et une équipe qu'on aura rarement vu aussi joueuse. Quand Spinazzola déboule comme un fauve sur son coté gauche, l'Olimpico frissonne. Quand Insigne enroule un tir, qu'Immobile combine aux contours des seize mètres, que Berardi bondit sur son aile, l'Italie distille un envoutement qui porte les promesses charmeuses d'un Euro hédoniste. Il ne s'agit pas ici d'une équipe cérébrale et tactiquement machiavélique, comme le fut son équivalent de l'Euro 2016. Ces Azzurri là convoquent plus de talent, plus d'improvisation, plus de lâcher prise, plus de plaisir aussi. Il suffit de la voir se mouvoir, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com