Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bugatti, le phénix de l'automobile
Partenaire02/09/2014 à 14:30
Temps de lecture: 3 min

La Bugatti Veyron 16.4 incarne la vitesse caractéristique de ce constructeur de légende.

La Bugatti Veyron 16.4 incarne la vitesse caractéristique de ce constructeur de légende.

Quitte à évoquer l'histoire d'une marque de voitures de luxe aussi symbolique que Bugatti, autant commencer par la devise du fondateur, qui parle d'elle-même : "Rien n'est trop beau, rien n'est trop cher. " C'est presque la définition-même du luxe. Aujourd'hui encore, peu d'automobiles peuvent égaler les records de vitesse détenus par les voitures de la marque. Ettore Bugatti, qui était français comme son nom ne l'indique pas, descendait bel et bien d'une lignée d'Italiens, et il est à l'origine de la firme automobile du même nom, qu'il fonde à proprement parler en 1909. En réalité, le jeune homme s'était lancé dans la construction dès 1899. Chez les Bugatti, le talent est de famille. Son grand-père Giovanni était artiste peintre et sculpteur. C'est lui qui a transmis la fibre à son fils, Carlo, lui-même devenu un fabricant de meubles exotiques. Mais revenons-en à Ettore. Il crée dès le départ une première voiture hors de prix, décrite comme compacte, légère et rapide. Elle atteint alors les 100 km/h, paraît-il. Dérisoire en comparaison aux bolides actuels, c'est tout de même une belle prouesse pour l'époque. Marqué par un profond sens esthétique, hérité de ses ancêtres, il s'emploie dès les années 1920 à faire essayer ses voitures aux journalistes automobiles pour qu'ils éprouvent par eux-mêmes leurs qualités exceptionnelles. C'est bien vu de la part du constructeur dans la mesure où les critiques sont très positives.

Le sport dans l'âme

L'histoire de Bugatti s'écrit doucement jusqu'en 1919, quand la Type 13 du fabricant rafle les quatre premières places du Grand Prix d'Italie. C'est le début d'une longue série de succès en courses. Deux ans plus tard, en 1921, Ettore fait la rencontre d'un jeune Anglais épris des engins de la marque, répondant au nom de Raymond Mays. Il faut savoir qu'à l'époque la course automobile est un passe-temps presque ordinaire pour les nantis, qui s'y adonnent par plaisir, en dépit du danger. Mais dans le cas du Britannique, la passion est bien réelle. Il s'illustrera d'ailleurs en tant que pilote aussi bien sur circuit qu'en courses de côtes, malgré quelques frayeurs. Un autre pilote collectionne les victoires au volant des voitures de l'écurie, notamment sur le Rocher, jusqu'au début des années 1930. Il s'agit du Monégasque Louis Chiron. Mais il s'éloigne petit à petit de ses premières amours en matière de voitures et court pour d'autres constructeurs, à partir de 1932. C'est au même moment que Jean, le fils d'Ettore, reprend les commandes de l'entreprise et on peut dire qu'il a le nez creux, car il recrute immédiatement Pierre Veyron. Ce pilote émérite qui se destinait à une carrière d'ingénieur met sa connaissance de l'automobile au service de Bugatti tout en représentant la marque en courses. Parmi les dates clés de son temps au sein de la société, on pense aux 24 Heures du Mans dont il sort victorieux en 1939, aux côtés de Jean-Pierre Wilmille. Veyron donnera son nom à l'une des voitures les plus célèbres de la marque, la Bugatti Veyron 16. 4, commercialisée en 2005.

Une histoire ponctuée de disparitions

Suite à cela, Bugatti rejoint l'effort de guerre contre les Allemands lors de la Seconde guerre mondiale. Mais une série de drames s'abat sur le clan Bugatti. D'abord la mort de Jean, dans un accident au volant de l'une de ses automobiles puis l'annexion de la marque par les Allemands. C'est la déchéance jusqu'à ce que Roland, fils d'Ettore et frère de Jean, reprenne les rennes en 1951. Les années qui suivent sont mitigées aussi bien sur le plan des ventes que des résultats en courses. La société espagnole Hispano-Suiza rachète Bugatti en 1963 sans relancer véritablement la marque, puis la revend à son tour en 1987 à un entrepreneur italien du nom de Romano Artioli. En septembre 1991 il présente le prototype acheté de la EB110, nommée d'après Ettore Bugatti. Mais la société cesse son activité en 1995, suite à quoi Volkswagen fait renaître le phénix de ses cendres en 1998, se spécialisant dans les automobiles d'exception.

Ses valeurs, ses engagements

Le moins que l'on puisse dire c'est que malgré des esthétiques aux antipodes l'un de l'autre, Jaguar et Bugatti ont en commun l'amour du travail bien fait. Et comme l'Anglais, Bugatti met du coeur à l'ouvrage pour produire des automobiles léchées. Les voitures du constructeur nourrissent encore les fantasmes, pour preuve les rappeurs américains Ace Hood et Rick Ross ont interprété une chanson hommage à la marque, intitulée tout simplement "Bugatti". Au-delà du bling-bling, l'image de la maison, chère aux puristes, c'est celle qu'elle a su se forger grâce à son rôle dans les compétitions sportives. Reste à savoir si les dernières nées de la marque, telles que la Bugatti Veyron Grand Sport Vitesse, sauront tirer leur épingle du jeu ?

Les Risques en Bourse

Fermer