Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Brest, le Finistère du divertissement
So Foot22/11/2020 à 12:00
Temps de lecture: 2 min

Brest, le Finistère du divertissement

Brest, le Finistère du divertissement

Déjà ébouriffant face à Lille avant la trêve internationale, le Stade Brestois a confirmé samedi face à Saint-Étienne (4-1) son statut d'actuel meilleur troubadour de l'élite. Un championnat où l'équipe bretonne, aussi perméable derrière qu'emballante devant, alterne entre trous d'airs, exploits et démonstrations collectives, le tout sans jamais déroger au spectacle. Ce qui fait du SB 29, véritable phare dans la grisaille de la Ligue 1, une bonne raison d'aimer à nouveau le foot en cette fin d'année 2020.

Il y a fin 2020 une forme de résignation, de renoncement, à s'enfoncer dans son canapé pour mater un match de foot. Qui plus est un samedi en fin d'après-midi : la soirée de la veille n'a été ni trop arrosée, ni festive, ni même animée, et celle qui vient ne le sera guère plus. D'autant que le constat est de plus en plus répandu : on frise l'overdose de ballon rond. Trop de matchs, trop de compétitions, trop de diffusions télé, et pas assez d'à-côtés pour faire la part des choses... Alors quelle place accorder à un Brest-Saint-Étienne, duel opposant les modestes 13e et 15e de Ligain ? Celle du désormais sacrosaint retour aux choses simples : un 4-4-2, des blases qu'on pourrait retrouver sur des feuilles de matchs de district, et un stade au nom de maire socialiste, ouvert aux quatre vents, bordé par un typique café-bar " Le Penalty " et aux tribunes surplombées par les immeubles voisins. Le foot du dimanche, planté en plein samedi au beau milieu de l'élite du foot français. C'est dans cet anachronisme que s'est une nouvelle fois noyé hier l'AS Saint-Étienne, battu pour la septième fois consécutive en Ligue 1 (4-1) à Francis-Le Blé. Ou plutôt fait rosser, par une équipe pourtant en mal de points elle aussi.

Le match d'après


Une surprise ? Pas pour quinconque a vu le Stade Brestois à l'oeuvre contre l'OM (2-3, 2e journée), Monaco (1-0, 6e journée), ou plus récemment contre Lille, à qui les hommes d'Olivier Dall'Oglio ont infligé leur unique défaite de la saison. C'était il y a deux semaines, dans la foulée de l'une des plus belles prouesses lilloises et françaises sur Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer