Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Brésil – France, 1998 : Les Bleus se sont tant "Aimé"…
information fournie par So Foot29/07/2021 à 06:29
Temps de lecture: 2 min

Brésil – France, 1998 : Les Bleus se sont tant "Aimé"…

Brésil – France, 1998 : Les Bleus se sont tant "Aimé"…

Juste avant la fin du XXe siècle, l'équipe de France a décroché sa première étoile mondiale sur le score sans appel de 3-0 face au Brésil. Depuis, la France célèbre chaque année deux fêtes nationales : le 12 et le 14 juillet !

Brésil – France (0-3) – Finale de la Coupe du monde – 12 juillet 1998
Buteurs : Zidane (27e et 45e+1), Petit (90e+3)


"We are the champions"... L'hymne des victoires foot a bien retenti au Stade de France au soir du 12 juillet quand la France a remporté la Coupe du monde... mais après la musique de Star Wars, diffusée lors de la remise du trophée ! Les paroles de la chanson de Queen ("It's been no bed of roses, no pleasure cruise", "Ce ne fut pas un lit de roses, ni une partie de plaisir") racontait pourtant parfaitement le parcours semé d'embûches que les Bleus avaient emprunté jusqu'au sacre. Un match d'ouverture pénible face à l'Afrique du Sud (3-0), l'expulsion stupide de Zidane face à l'Arabie saoudite (4-0) et la victoire un peu étriquée face au Danemark (2-1). Puis ce furent les matchs de la peur en 8es face au Paraguay avec le but en or de Blanc (1-0), les tirs au but dramatiques en quarts face à l'Italie (0-0, 4 tab à 3) et la frayeur Suker d'une demie sauvée par le doublé miraculeux de Thuram. Et pourtant...

Ronaldo fantomatique

La finale contre le Brésil donné raisonnablement favori sera littéralement un lit de roses, une partie de plaisir ! Un match comme dans un rêve, que le tirage au sort de la FIFA a baptisé Brésil-France... Il fait bon (23°C) et encore jour à 21 heures au moment où l'arbitre marocain Saïd Belqola va lancer l'événement planétaire devant 80 000 personnes et une nuée de stars en tribune VIP (Sting, Bono, Schwarzy, Bill Gates). Aimé Jacquet a reconduit son arbre de Noël en 4-3-2-1, avec mission impérieuse de bloquer les couloirs : Karembeu et Thuram à droite se chargeront de Leonardo et Roberto Carlos, tandis qu'à gauche, Petit et Lizarazu contiendront Leonardo et Cafu. Zinédine Zidane sera évidemment à la baguette, et derrière, la paire Desailly et Lebœuf (qui supplée Lolo Blanc, injustement suspendu pour une pichenette sur le Croate Slaven Bilić) devront contrôler les attaquants Bebeto et Ronaldo. La mystérieuse crise d'épilepsie du Fenomeno a plombé l'ambiance au sein de la Seleção. Durant la rencontre, le regard Lire la suite de l'article sur SoFoot.com