Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bleus : le boulevard de Kingsley Coman
So Foot27/03/2021 à 06:00
Temps de lecture: 1 min

Bleus : le boulevard de Kingsley Coman

Bleus : le boulevard de Kingsley Coman

Auteur d'une prestation enthousiasmante contre l'Ukraine mercredi (1-1), Kingsley Coman est en train de redevenir quelqu'un qui compte en équipe de France, au cœur d'une saison pleine sous la liquette du Bayern. Avec en ligne de mire l'Euro bien sûr, mais aussi à long terme un Mondial qu'il n'a encore jamais goûté.

Depuis le dimanche 23 août dernier, Kingsley Coman tient son moment de gloire et la plus belle ligne de son CV. Avec ce coup de casque gagnant en finale de Ligue des champions, le Français compte désormais à son palmarès à peu près toutes les compétitions qu'il a disputées en club - de l'Allemagne à la France en passant par l'Italie - et ce, alors qu'il entre à peine dans le deuxième tiers de sa carrière de footeux. Pourtant, celui qui réussit l'exploit de compter neuf titres de champion sur les huit dernières saisons doit certainement avoir du mal à se contenter de son sort, et pour cause : en sélection, on attend encore que l'attaquant nous éclabousse pour de bon de son talent qui saute aux yeux.

"Depuis ce but, je suis plus respecté"

Face aux homme de Sheva, mercredi, le King a peut-être été le meilleur joueur sur la pelouse, faisant mordre la poussière à Vitaliy Mykolenko, entretenant sa relation avec son acolyte Benjamin Pavard et rappelant à la France du foot le nombre de chevaux qu'il avait sous le capot. Mais avec son manque de lucidité habituel et une doublette Giroud-Mbappé hors du coup, il n'a pas pu enregistrer de deuxième passe décisive en Bleu. Car oui : à 24 balais et 26 capes au compteur, le Munichois n'a offert qu'une seule assist en équipe de France A, lui qui les empile en club (douze cette saison toutes compétitions confondues, son meilleur total, et 48 depuis son arrivée en Bavière en 2015) et se retrouve un paquet de fois par match, avec l'EDF, en position dans son couloir pour servir un caviar. Sous le maillot frappé du coq, le Guadeloupéen d'origine préfère visiblement faire trembler les filets lui-même, chose qu'il a réussie à cinq reprises dont la dernière contre la Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer