Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Blancpain : saga d'une marque fondatrice de l'horlogerie
Partenaire07/07/2014 à 14:30
Temps de lecture: 3 min

Le modèle 1735, année de la création de Blancpain, représente le plus bel exemple du savoir-faire de la marque. Cette montre, qui regroupe toutes les plus grandes complications horlogères, demande une année d'assemblage à un maître-horloger !

Le modèle 1735, année de la création de Blancpain, représente le plus bel exemple du savoir-faire de la marque. Cette montre, qui regroupe toutes les plus grandes complications horlogères, demande une année d'assemblage à un maître-horloger !

A l'instar de Vacheron Constantin, ou de Jeanrichard, la maison Blancpain fait partie des plus vieilles marques horlogères au monde. Alors qu'elle fêtera ses 280 ans l'an prochain, elle reste fidèle au slogan qu'elle utilisait dans les années 1990 : "Depuis 1735, il n'y a pas eu de montre Blancpain à quartz. Et il n'y en aura jamais. " S'il a été abandonné depuis, il est toujours d'actualité. Blancpain reste plus que jamais ancré dans la tradition horlogère, et c'est ce qui fait sa force.

Blancpain, une affaire de famille

Au début du 18e siècle, Jehan-Jacques Blancpain décide de se lancer dans le domaine de l'horlogerie, un secteur d'activité prometteur à l'époque en Suisse. C'est au premier étage de sa maison, située à Villeret, qu'il fonde en 1735 l'entreprise Blancpain. Il y installe alors son atelier et connaît un succès immédiat. La marque est devenue depuis une référence incontournable pour les amateurs de belles montres. La commune de Villeret, située à une soixantaine de kilomètres de Berne, donnera plus tard son nom à l'une des collections de la marque.

L'entreprise familiale prospère pendant toute la fin du 18e siècle, et la première moitié du 19e, alors que les descendants du père fondateur se succèdent à sa tête. En 1815, Frédéric-Louis Blancpain, arrière-petit-fils de Jehan-Jacques, décide de moderniser la manufacture, et les méthodes de production, afin de transformer l'atelier artisanal en véritable industrie, capable de sortir des montres en série. A la tête de l'entreprise, Frédéric-Louis a l'idée de remplacer le dispositif à roue de rencontre, traditionnellement utilisé dans le secteur, par un échappement à cylindre. Cette innovation s'avèrera majeure pour le petit monde de l'horlogerie. Au milieu du 19e siècle, Blancpain est la plus grosse entreprise du village.

Dans la seconde moitié du 19e siècle, la révolution industrielle condamne de nombreuses manufactures horlogères. Blancpain s'installe alors dans une nouvelle usine afin de survivre. La production est à nouveau modernisée, et la marque décide de miser sur les produits haut de gamme. En 1926, Blancpain s'associe à l'horloger John Harwood pour commercialiser la première montre-bracelet automatique. Quatre ans plus tard, la manufacture suisse parvient à adapter le dispositif aux montres de petite taille et lance la première montre automatique destinée aux femmes. Mais l'année 1932 va marquer la fin de la gestion familiale de l'entreprise. A la mort de Frédéric-Emile Blancpain, sa fille unique Berthe-Nellie ne souhaite pas reprendre le flambeau.

La nouvelle vie de la marque

Racheté par les deux plus proches collaborateurs de Frédéric-Emile, Betty Fiechter et André Léal, Blancpain va se retrouver contraint d'abandonner son nom. En effet, l'absence de membre de la famille aux commandes oblige les associés à changer la raison sociale de l'entreprise. Elle prend alors le nom de "Rayville S. A. , succ. de Blancpain", "Rayville" étant l'anagramme phonétique de Villeret. Mais ce changement de patronyme ne va pas nuire à la marque, qui reste fidèle aux principes des Blancpain et continue de prospérer. A la fin des années 1950, Rayville-Blancpain produit plus de 100 000 montres par an ! Devant l'accroissement de la demande, la marque décide de rejoindre la Société suisse pour l'industrie horlogère (SSIH) aux côtés d'autres références comme Omega ou Tissot. En 1971, l'entreprise dépasse les 220 000 pièces produites.

Les années 1970 sont une période noire pour l'industrie horlogère traditionnelle. Le succès des montres à quartz, la chute du dollar face au franc suisse, et le choc pétrolier de 1973 contraignent la SSIH à réduire sa production de moitié. Et en 1983, elle décide de vendre le nom de Rayville-Blancpain à Jacques Piguet, le successeur de Frédéric Piguet à la tête de la société éponyme, et Jean-Claude Biver, employé de la SSIH. L'entreprise délocalise sa production au Brassus et pend le nom de Blancpain S. A. C'est une étape cruciale dans l'histoire de Blancpain. Alors que les mouvements de la manufacture équipaient bien souvent des modèles d'autres marques, l'entreprise décide de s'en réserver l'exclusivité pour redonner à Blancpain ses lettres de noblesse. A contre-courant de la mode des montres à quartz, la société fait le choix de se spécialiser dans la fabrication de grandes complications horlogères en montres-bracelet. En contribuant au renouveau de l'horlogerie mécanique, Blancpain permet alors à l'horlogerie traditionnelle de survivre et de progresser.

En 2002, Mark A. Hayek prend les rênes de Blancpain. Il lui donne un nouvel élan, tout en respectant la tradition de la marque. Des investissements massifs permettent à l'entreprise de se renouveler sans cesse sans trahir son héritage. Le succès est au rendez-vous et les boutiques fleurissent à travers le monde. Alors qu'elle fêtera ses 300 ans en 2035, la maison Blancpain continue de faire rêver.

Les Risques en Bourse

Fermer