Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bayern Munich : Les bleus de Coman, le blanc de Pavard, le raid de Lucas
So Foot14/04/2021 à 00:30
Temps de lecture: 2 min

Bayern Munich : Les bleus de Coman, le blanc de Pavard, le raid de Lucas

Bayern Munich : Les bleus de Coman, le blanc de Pavard, le raid de Lucas

Fort derrière, faible devant et invisible sur les côtés, le Bayern a donc été à l'image de ses trois Power Rangers français. Et pas la peine de vous dire que c'était Lucas Hernandez dans la combinaison de Force Rouge.

La France ne pouvait pas terminer cette soirée européenne sans une once de sa traditionnelle lose. Mais plutôt que de faire porter le chapeau (encore une fois) au Paris Saint-Germain, la scoumoune s'est cette fois abattue de l'autre côté du terrain. À savoir sur les Frenchies de l'étranger. Finalement pas si étonnant, puisqu'il y avait autant d'internationaux français côté Bayern que côté PSG, voire plus si on exclut d'office le fait que Colin Dagba porte un jour le maillot des A. Au Parc des Princes, Kingsley Coman, Benjamin Pavard et Lucas Hernandez ont tous trois dit au revoir à la possibilité de signer un back-to-back en Ligue des champions. Mais chacun a livré des prestations à géométrie variable, et finalement toutes symptomatiques du mal qui a rongé les Bavarois durant cette double confrontation.

Coman, le retour du moi


Il y en a bien un pour qui ce match retour avait plus de valeur que pour les autres : Kingsley Coman. L'ailier francilien honorait la première titularisation au Parc des Princes depuis qu'il est pro (nous n'avons pas vérifié s'il a participé au challenge Wanadoo ou à la Danone Cup). Le Titi parisien était entré en jeu contre Montpellier pour la dernière demi-heure de la saison 2013-2014 et avait, une fois le maillot rouge du Bayern sur le dos, remplacé James Rodríguez à la pause d'un match de poule en septembre 2017. 73 minutes, c'est peu. Mais ce soir, en 90 minutes, le gamin de Moissy-Cramayel n'aura pas montré beaucoup plus que ce que Paris ne lui connaissait déjà : de la percussion, de l'activité, des efforts collectifs, mais rien qui aurait pu faire tomber son club formateur.



Pourtant, ce n'est pas Colin Dagba qui, même s'il lui a laissé moins d'espace à l'aller, qui avait le profil pour l'embêter. Mais voilà sans le tueur qu'est habituellement Lewandowski dans la surface, ses arabesques n'auront finalement jamais abouties. Il n'y a qu'avec une remise de la tête en seconde période, dans une position presque identique à celle de son buteur vainqueur en finale de la dernière C1, qu'il a pu faire courir un frisson dans l'échine des Parisiens. Mais avec cette partition livrée, Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer