Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Bafétimbi Gomis : "La panthère est devenue un lion"
So Foot01/03/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Bafétimbi Gomis : "La panthère est devenue un lion"

Bafétimbi Gomis : "La panthère est devenue un lion"

Figure emblématique de notre chère et tendre Ligue 1, Bafétimbi Gomis s'éclate désormais en D1 Saoudienne où l'international français porte depuis plus de deux ans et demi les couleurs du club d'Al Hilal. Sa vie en Arabie saoudite, ses choix difficiles ou encore son avenir : le natif de La Seyne-sur-Mer se livre comme rarement.

Tu as quitté Galatasaray pour rejoindre l'Arabie saoudite à cause de la crise monétaire en Turquie, est-ce que tu peux revenir sur ce départ ?
Galatasaray faisait face à des problèmes économiques. Ayant réalisé une grosse saison avec le record de buts pour un étranger et en étant champion, j'avais atteint mon objectif. C'était la première fois que je m'imposais en dehors de l'hexagone, suite à l'échec de Swansea. Arrivé à cet âge-là, on est friand de challenges.

Certains ont du mal à comprendre pourquoi tu as choisi de rebondir à Al Hilal, comment s'est présentée cette opportunité et pourquoi avoir pris le pari de rallier l'Arabie saoudite ?
Quand on m'a proposé ce transfert, j'avais 33 ans. À un certain âge, l'aspect économique devient important. J'ai toujours dit qu'une carrière réussie, ça réunissait plusieurs choses : le football, parce que c'est la priorité ; la famille, qu'elle s'adapte bien et que l'on soit bien installé ; puis, enfin, le volet financier. Al Hilal m'a permis de réunir les trois, c'est un très grand club contrairement à ce que peut percevoir l'Europe. On est un peu comme le PSG en France, on est l'équipe à battre. Ça faisait vingt ans qu'ils n'avaient pas remporté la Ligue des champions asiatique, c'était excitant d'aller chercher ce trophée. Aujourd'hui, on juge toujours un bon choix sur le long terme. Trois ans après, on peut dire que ma décision était la bonne et que je ne suis pas venu ici en vacances.

Qu'est-ce que ça fait de vivre en Arabie saoudite, en 2021 ?
C'est un pays où il fait bon vivre, contrairement aux a priori. La qualité de vie est top, je suis épanoui en tant que citoyen saoudien. Pas grand-monde ne connaît l'Arabie saoudite parce que les frontières étaient fermées, ce qui empêchait le tourisme (le plus grand pays du Moyen-Orient n'a ouvert ses frontières aux touristes étrangers que depuis septembre 2018, NDLR). Il y a des paysages, une histoire magnifique et un peuple très généreux. Je pense que ce sera un pays qui comptera, dans un futur proche.
Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Les Risques en Bourse

Fermer