Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Aston Villa 1982: Quand les Claret and Blue braquaient l'Europe
information fournie par So Foot26/05/2022 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

Aston Villa 1982: Quand les Claret and Blue braquaient l'Europe

Aston Villa 1982: Quand les Claret and Blue braquaient l'Europe

Glorieuse équipe d'avant-guerre, Aston Villa est également l'une des cinq formations anglaises à avoir gravé son nom au palmarès de la Ligue des champions. Ou plus exactement de la "Coupe des clubs champions européens" à l'époque, en battant le Bayern Munich, 1-0, en finale. C'était en 1982 pour sa première dans la compétition et avec un coach novice arrivé en cours de saison, lors d'une éphémère période dorée pour le club de Birmingham.

En 1978, Peter Withe fait l'erreur ultime : quitter Nottingham Forest, fraîchement sacré champion d'Angleterre et qui s'apprête à rafler les deux éditions suivantes de la Coupe des clubs champions européens. Un loupé qui laissera une trace chez l'attaquant irlandais, mais qui sera rattrapé quatre ans plus tard avec Aston Villa. Et de fort belle manière, puisque c'est lui qui inscrira le but le plus important de l'histoire des Villans , contre toute attente, face au Bayern Munich. Une belle aventure qui débute dans un contexte de razzia britannique : de 1977 à 1981, l'Angleterre est à la fête puisque Forest et Liverpool ont raflé toutes les éditions de la Coupe des clubs champions. Lors de cette année 1981, c'est Villa qui brise l'hégémonie des Reds en championnat : emmenés par un Withe comeilleur buteur de l'exercice (20 réalisations), les Villans s'assoient sur le trône d'Angleterre 71 ans après, s'offrant ainsi le droit de découvrir, la saison suivante, la plus grande compétition du continent.

Ron se brouille avec Ron


Après avoir tranquillement écarté le Valur Reykjavik (7-0 score cumulé), l'escouade des West Midlands tombe sur le Dynamo Berlin, champion d'Allemagne de l'Est et tombeur du grand Saint-Étienne. "Nous étions nouveaux, mais nous avions une équipe solide qui savait très bien défendre" , témoigne Withe depuis l'Australie, où il vit désormais. À l'aller en RDA, une volée et un rush mémorable de l'irrésistible ailier Tony Morley offrent un succès précieux (1-2) et déterminant pour passer au retour malgré une défaite (0-1). Mais alors que les coéquipiers de Dennis Mortimer (quel blase !) s'invitent dans le top 8 européen, la saison des Claret and Blue va prendre un tournant.



"J'ai frappé à moitié avec mon pied et à moitié avec mon tibia. Je suis convaincu que si je l'avais bien frappé, le gardien l'aurait sauvé." Peter Withe

Flirtant avec la zone rouge en championnat, Villa n'est pas au mieux et "Ron" Saunders, en brouille avec l'actionnaire principal Lire la suite de l'article sur SoFoot.com