Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Après la victoire contre Manchester City, c'est eux le grand Paris
information fournie par So Foot29/09/2021 à 00:20
Temps de lecture: 2 min

Après la victoire contre Manchester City, c'est eux le grand Paris

Après la victoire contre Manchester City, c'est eux le grand Paris

Du terrain aux tribunes, c'est un PSG des grands soirs qui était de sortie ce mardi, pour la réception de Manchester City. Un Paris fidèle à son ADN : capable du meilleur par intermittence, mais surtout d'endurance dans la souffrance et d'une discipline défensive impressionnante lorsque confronté à plus fort que lui sur le papier. Pas forcément ce qu'on attendait, mais loin d'être une mauvaise nouvelle.

Idrissa Gueye a beau être sorti de ce PSG-Manchester City avec un semi-marathon dans les pattes et un trophée d'homme du match bien brillant, il n'avait qu'un mot à la bouche au moment de répliquer aux compliments des journalistes sur sa performance du soir : "l'équipe". Son but ? "C'est le travail de toute l'équipe, qui m'offre beaucoup d'opportunités. Les attaquants font beaucoup d'appel, et on est là avec les autres milieux pour essayer de finir sur les seconds ballons dans la surface". Sa performance hors du commun ? "J'ai surtout ressenti qu'on était solide, tous ensemble, ça donne beaucoup de confiance et de sérénité sur le terrain. Dès qu'on perd le ballon, on défend pour les autres, on attaque ensemble, on se trouve sur le terrain." Quoi de plus logique, finalement : quand ton meilleur joueur est celui qui a été le plus besogneux, le plus généreux dans l'effort, le plus harceleur dans le pressing et dans les récupérations, c'est que cela vient couronner une performance collective solide.

Le public du Parc, le facteur X


Le PSG qui a battu avec panache Manchester City ce mardi soir, au Parc des Princes (2-0) ressemble énormément, dans son ADN, à celui qui avait sorti la saison passée le tenant du titre, le Bayern. Un Paris sur la défensive, à l'organisation digne d'un défilé militaire, qui laisse un peu le ballon à son adversaire (bien qu'à la marge, avec 53,9% de possession pour City), accepte de concéder des occasions (18 tirs, 7 cadrés côté Skyblues, 6 tirs, 3 cadrés côté Paris) et joue sur ses armes principales : son explosivité en contre et la vitesse de son trio offensif. Si le mercato parisien pouvait logiquement laisser penser que Paris deviendrait rapidement une machine à dominer les matchs de la tête et des épaules, il est encore dans son processus de construction au stade où Lire la suite de l'article sur SoFoot.com