Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

André-Pierre Gignac, l'homme de la situation des Bleus aux JO
information fournie par So Foot25/07/2021 à 14:30
Temps de lecture: 2 min

André-Pierre Gignac, l'homme de la situation des Bleus aux JO

André-Pierre Gignac, l'homme de la situation des Bleus aux JO

Auteur d'un triplé et d'une passe décisive face à l'Afrique du Sud, André-Pierre Gignac a porté à lui tout seul une équipe de France tristounette et perdue. À 35 ans, l'attaquant des Tigres, brassard de capitaine collé au bras gauche, assume son statut de leader et confirme qu'il ne triche jamais.

Il est l'objet de tous les regards depuis l'annonce de la liste par Sylvain Ripoll. De tous les fantasmes, aussi, surtout chez les romantiques friands de belles histoires. Numéro 10 sur le maillot et regard noir à chaque fois qu'il entre sur la pelouse, André-Pierre Gignac est incontestablement l'homme providentiel de cette équipe de France olympique. Il est aussi aujourd'hui celui qui incarne l'espoir d'un tournoi réussi, autrement dit qui ne se termine pas mercredi prochain contre le Japon, au sein d'un groupe jeune trop faiblard et bricolé à la va-vite.

Gignac, le grand patron


Quatre buts en deux matchs. La statistique est simple et indiscutable, elle met aussi en avant l'impact indéniable de Gignac sur cette sélection française. Face au Mexique et malgré la défaite cuisante (4-1), l'attaquant des Tigres UANL avait été l'un des seuls à s'investir d'une mission : celle de montrer une visage à la hauteur des quelques attentes. Multipliant les courses, le pressing et les décrochages, il avait su être au four et moulin d'une équipe largement dépassée, avant d'être récompensé par premier but inscrit sur penalty. Ce dimanche contre l'Afrique du Sud, l'acte II de la révolte est donc logiquement venu de monsieur Dédé.



De nouveau noyée par les attaques adverses et menée à trois reprises, la défense française à ainsi pu s'en remettre à son "Bomboro" au mental d'acier. L'ancien Toulousain aurait pu cogiter après avoir vu l'arbitre de touche doucher son début de célébration en le signalant en position de hors-jeu en première période, alors qu'il avait remporté son face-à-face avec Ronwen Williams. Ce n'était que partie remise. Au retour des vestiaires, c'est lui qui est à la réception de la passe en retrait de Randal Kolo Muani, poussant le cuir d'un subtile extérieur du pied. C'est également lui qui mange Tercious Malepe de la tête, afin de maintenir le radeau à flot. La suite ? Un penalty évidemment transformé en puissance et une passe décisive dans le temps additionnel adressée à son acolyte Téji Savanier. Le maillot imbibé de sueur et les cheveux Lire la suite de l'article sur SoFoot.com