Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Amine Gouiri, par les entraîneurs qui l'ont construit
information fournie par So Foot24/09/2021 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Amine Gouiri, par les entraîneurs qui l'ont construit

Amine Gouiri, par les entraîneurs qui l'ont construit

Comeilleur buteur de Ligue 1 après sept journées, Amine Gouiri vit à 21 ans un début de saison blindé d'événements, entre la confirmation de son excellente première saison à Nice, la prise du capitanat chez les Espoirs et les premiers coups reçus cette semaine avec notamment deux penaltys manqués. Ceux qui ont façonné la fusée racontent.

Mickaël Boyer, son entraîneur à L'Isle-d'Abeau


"Je connais Amine depuis qu'il est tout petit. On vivait dans le même lotissement. À chaque fois qu'il rentrait, il nous appelait pour aller jouer au foot. À force de jouer et d'enchaîner les gestes, ces parties dans la rue l'ont fait progresser. Il a toujours été plus technique que les autres, avec une frappe de balle deux fois plus forte que tout le monde. Parfois, certains gardiens s'enlevaient de la cage. En grandissant, il a gardé cette puissance, mais il a appris à mieux placer ses tirs, à mieux les enrouler.

Quand il avait neuf ans, je l'ai entraîné avec les U12 et les U13 de L'Isle-d'Abeau. C'était un buteur au registre déjà très varié. Il savait rentrer à l'intérieur et enchaîner, il savait briller dans la surface, il savait aussi décrocher, remonter le ballon, frapper... À chaque fois que ça devenait difficile, il venait chercher le ballon et allait marquer. Et quand il ne marquait pas, son frère lui en parlait. L'avantage, c'est que comme il plantait souvent cinq, six ou sept buts par match, personne ne lui disait rien !

Une fois, je l'ai emmené à un tournoi international avec mon équipe. Il avait trois ou quatre ans de moins que les autres. En demi-finales, c'est dur, il y a 0-0. Je remplace le frère d'Amine par Amine, il marque, et on se qualifie comme ça. C'était ça, Amine : il avait ce truc en plus, notamment mentalement. J'ai vu beaucoup de joueurs avec du talent, peut-être pas autant que lui, mais qui ne suivaient pas dans la tête. En plus, il comprenait les choses plus vite que les autres, il savait déjà se placer, où et quand faire les appels... Plus le niveau monte, plus ça se resserre, mais lui, il restait au-dessus. Aller à Bourgoin-Jallieu, c'était donc bien pour lui, parce que ça l'a fait monter d'un niveau."


Manuel de Almeida, son entraîneur à Bourgoin-Jallieu


"Comme on avait déjà les deux frères d'Amine, son père nous l'a amené. Parfois, en U12, on gagnait 22-0 et il marquait Lire la suite de l'article sur SoFoot.com