Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

Algérie, les causes d'un échec cinglant
information fournie par So Foot21/01/2022 à 14:00
Temps de lecture: 2 min

Algérie, les causes d'un échec cinglant

Algérie, les causes d'un échec cinglant

One, Two, Three. Trois matchs dans cette CAN 2021 et pas la moindre victoire pour le champion d'Afrique en titre. L'Algérie de Belmadi, ultime favorite de la compétition, est éliminée après avoir été défaite 3-1 face à la Côte d'Ivoire ce jeudi. La faute à des difficultés dans le jeu et des cadres qui n'ont pas été au rendez-vous. Retour sur les causes de cet échec cinglant.

Le foot peut se montrer cocasse. En 1992, l'Algérie était éliminée en phase de groupes de la Coupe d'Afrique des nations en perdant notamment 3-0 face aux Ivoriens, alors qu'elle était l'équipe favorite. Deux ans auparavant, en 1990, les Algériens remportaient leur première Coupe d'Afrique des nations. Trente ans plus tard, les Fennecs se présentaient au Cameroun à nouveau en tant que tenants du titre et grands favoris dans cette compétition, restant sur une exceptionnelle série de 34 matchs sans défaite et tout juste vainqueurs de la Coupe Arabe. Un statut peut-être trop lourd pour Djamel Belmadi et les siens. Depuis sa prise de fonction en 2018 et avant le début de la compétition, le coach des Verts n'avait jamais connu l'échec, si ce n'est une défaite face au Bénin en 2018. Avec son groupe, ils étaient arrivés en Egypte presque sur la pointe des pieds lors de l'édition 2019. Difficile de faire autrement après les échecs lors des éditions précédentes et la non-qualification au Mondial 2018. Et c'est donc en outsider que l'Algérie est allée décrocher sa couronne en Egypte.

Force est de constater que depuis cette période, l'équipe n'a pas tant changé que ça : les cadres sont toujours les mêmes avec Riyad Mahrez en tête d'affiche accompagné par Ismaël Bennacer, Youcef Belaïli and co. Ce rôle de favori a précipité les Verts dans une position inconfortable. D'autant plus avec cette série de victoires, à laquelle s'accrochait désespérément l'équipe de Djamel Belmadi malgré quelques lacunes déjà visibles avant la compétition. Les illusions se sont envolées au terme du deuxième match face à la Guinée équatoriale (défaite 1-0) . Et ce, juste après une contre-performance face à la Sierra Leone (0-0) et juste avant un match ultradécisif devant décider de l'avenir des Verts dans la compétition face aux Ivoiriens . Aujourd'hui, les joues sont rougies autant par ces gifles successives que par la pression qui semblait enserrer ce collectif.


Marquer, une mission presque impossible


Il aura… Lire la suite de l'article sur SoFoot.com