Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté

À la rencontre de Hugo Alvarado, geek devenu scout pour la sélection du Salvador
information fournie par So Foot16/10/2021 à 06:00
Temps de lecture: 2 min

À la rencontre de Hugo Alvarado, geek devenu scout pour la sélection du Salvador

À la rencontre de Hugo Alvarado, geek devenu scout pour la sélection du Salvador

Pendant plus de dix ans, avec son ordinateur pour seule compagnie, Hugo Alvarado recensait sur son site internet les joueurs susceptibles de renforcer l'équipe nationale de son pays natal, le Salvador. En 2020, la Selecta a décidé de changer son statut et ce simple fan est devenu scout pour la fédération. Dorénavant, il n'a qu'un seul objectif en tête : que le petit pays d'Amérique centrale participe à la Coupe du monde 2026.

Tu as lancé ton site internet spécialisé sur les joueurs d'origine salvadorienne en 2010, quel événement t'a fait franchir ce cap ?
La frustration a été mon principal moteur. J'en avais marre de voir ma sélection nationale perdre régulièrement, je voulais la rendre compétitive ! Je me suis demandé comment faire et je me suis souvenu d'Arturo Álvarez, un joueur mi-américain mi-salvadorien jouant pour le San Jose Earthquakes et qui a représenté les États-Unis des U17 jusqu'à la sélection olympique. En 2009, il décide de choisir le Salvador et comme la FIFA venait de retirer la limite d'âge pour le changement de nationalité sportive (avant, il fallait avoir moins de 21 ans, NDLR), Arturo a pu rejoindre la Selecta. Derrière, j'ai vu que d'autres joueurs voulaient en faire de même, donc je me suis dit qu'il y avait un filon à exploiter.

"Je faisais des recherches avec les noms de famille, par exemple "Alvarado" est un patronyme commun au Salvador. Puis j'analysais les profils des joueurs sur les réseaux sociaux, s'ils mettaient un drapeau salvadorien par exemple."
Comment faisais-tu pour dénicher ces talents cachés ?
Je faisais des recherches avec les noms de famille, par exemple "Alvarado" est un patronyme commun au Salvador. Puis j'analysais les profils des joueurs sur les réseaux sociaux, s'ils mettaient un drapeau salvadorien par exemple. Enfin, je les contactais pour savoir s'ils voulaient jouer ou non pour la sélection nationale.

Ils n'étaient pas étonnés de recevoir un message de ta part ?
Surpris, mais intéressés. La plupart d'entre eux ont répondu positivement à mes appels, mais ne savaient pas comment intégrer l'équipe nationale. Il faut savoir qu'avec les guerres civiles, une grande diaspora salvadorienne s'est développée, principalement aux USA, au Canada et en Australie. Et notre sentiment d'appartenance Lire la suite de l'article sur SoFoot.com