Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

5 chiffres illustrant la bonne forme du cinéma français
Partenaire03/08/2016 à 07:30
Temps de lecture: 2 min

En 2015, 300 productions françaises agréées par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) ont été projetées dans les salles hexagonales. 'Les Nouvelles Aventures d'Aladin' a été le film français ayant réalisé le plus d'entrées, suivi par 'Les Profs 2' et 'Babysitting 2'.

En 2015, 300 productions françaises agréées par le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC) ont été projetées dans les salles hexagonales. 'Les Nouvelles Aventures d'Aladin' a été le film français ayant réalisé le plus d'entrées, suivi par 'Les Profs 2' et 'Babysitting 2'.

Entre les Français et le septième art, c'est une histoire qui marche. En 2014, d'après le Centre national du cinéma et de l'image animée (CNC), il s'est vendu 209 millions de billets pour les salles obscures dans l'Hexagone, soit 7, 9% de plus que l'année précédente. En 2015, le bilan s'est situé autour de 205 millions d'entrées. Un léger recul qui n'inquiète pas l'industrie concernée, loin de là. A l'ère du streaming et du téléchargement, ce score confirme au contraire la bonne santé du cinéma en France. Et comme le prouvent d'autres chiffres fournis par plusieurs études récentes, la production tricolore profite largement de cet intérêt du public pour les films projetés sur grand écran.

300

En 2015, la production de films cinématographiques français a atteint son niveau le plus élevé depuis dix ans avec 300 films agréés par le CNC, soit 42 de plus qu'en 2014. Parmi ces longs métrages, 158 étaient des productions intégralement françaises tandis que 142 étaient des films de coproduction internationale, créés avec 41 pays différents.

4, 44 millions

En 2014, le film "Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu ?" avait fait un véritable carton dans les salles françaises en réalisant 12 millions d'entrées. L'année dernière, aucun long métrage tricolore n'a connu un tel engouement. Cependant, sur les 49 films ayant dépassé la barre du million de spectateurs dans l'Hexagone, 19 étaient des productions tricolores. Le premier, "Les Nouvelles Aventures d'Aladin" d'Arthur Benzaquen, a enregistré 4, 44 millions d'entrées. Ont suivi "Les Profs 2", "Babysitting 2", "Papa ou Maman", "Taken 3" et "Pourquoi j'ai pas mangé mon père". Des succès au box-office qui viennent prouver que nous avons un sérieux penchant pour les comédies françaises !

1, 224 milliard

L'année dernière, 1, 224 milliard d'euros ont été investis dans la production de films tricolores. Une somme en hausse de 230, 04 millions d'euros par rapport à 2014 (+23, 1%), et qui s'explique par plusieurs facteurs. Tout d'abord, les investissements étrangers dans les films d'initiative française ont augmenté de 117, 8% en un an, passant de 45, 94 à 100, 07 millions d'euros. Ensuite, les chaînes de télévision, qu'elles soient gratuites ou payantes, ont investi au total 378 millions d'euros dans 191 films. Là encore, cette somme est en hausse par rapport à l'année précédente, de 31, 2%.

51

Si le nombre de films tricolores diffusés dans les salles obscures a sensiblement augmenté en 2015, cela concerne les petites comme les grosses productions. L'année dernière, 51 longs métrages ont coûté plus de 7 millions d'euros, contre 36 en 2014. Trente-trois films avaient un budget compris entre 4 et 7 millions d'euros (25 en 2014), 86 entre 1 et 4 millions d'euros (83 en 2014) et 64 ont coûté moins d'un million d'euro (59 en 2014). Le cinéma français est donc marqué par un renforcement de la diversité de sa production.

6 847

Enfin, et toujours selon le CNC, les films d'initiative française ont représenté 6 847 jours de tournage l'année dernière, soit 129 de plus qu'en 2014. Une hausse qui concerne surtout le nombre de jours de tournage à l'étranger, puisque ceux qui ont eu lieu en France ont diminué de 36, 9%. Cependant, un crédit d'impôt cinéma, effectif depuis le 1er janvier 2016, inversera sûrement la tendance ces prochains mois. Ainsi, les productions tricolores devraient continuer sur leur lancée, en affichant une nouvelle fois un bilan positif à la fin de l'année.

Les Risques en Bourse

Fermer