Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

BULLETIN DU MATIN: 17 juin 2011

LRP42
17 juin08:29

BULLETIN DU MATIN: 17 juin 2011 17/06/2011 07:57

La crise grecque continue de peser sur les marchés d'actions


ACTIONS
Les Bourses européennes devraient commencer la séance en baisse vendredi, la débâcle grecque continuant de hanter les marchés.
Selon BGC Partners, le FTSE devrait céder 14 points à l'ouverture, à 5.685 points, tandis que le DAX abandonnerait 15 points, à 7.095 points, et le CAC, 13 points, à 3.779 points.
Les investisseurs ont continué de vendre des actions jeudi, bien que le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, et le Fonds monétaire international aient assuré que la prochaine tranche d'aide à la Grèce devrait être approuvée dimanche, lors d'une réunion des ministres des Finances de la zone euro. O.Rehn a également déclaré que les responsables européens prendraient probablement une décision début juillet sur un deuxième plan de soutien à la Grèce, et sur la nature de la contribution du secteur privé à ce plan.
Pour Koen De Leus, stratégiste chez KBC Securities, les conséquences de la crise grecque pourraient être bien plus graves que celles de la faillite de Lehman Brothers en 2008, car il s'agirait de la faillite d'un pays, qui risquerait de contaminer d'autres pays périphériques.
Les contrats à terme américains sont orientés à la hausse vendredi, après une séance contrastée à Wall Street jeudi. Les inquiétudes au sujet de la crise grecque ont été contrebalancées par deux publications économiques encourageantes aux Etats-Unis.
Le département du Travail a annoncé un recul des inscriptions au chômage à 414.000 pour la semaine close le 11 juin, soit une baisse de 4% par rapport à la semaine précédente. Par ailleurs, les mises en chantier de logements ont augmenté plus que prévu en mai, avec une progression de 3,5% par rapport à avril.
Les marchés d'actions asiatiques évoluent de manière contrastée vendredi, alors que la nervosité domine en raison des inquiétudes au sujet de la Grèce. Les valeurs australiennes progressent toutefois, des analystes estimant qu'elles commencent à devenir bon marché.

OBLIGATIONS
Les Bunds et les gilts devraient être pratiquement inchangés vendredi à l'ouverture, mais ils bénéficieront d'une base solide tandis que les investisseurs mesurent l'évolution de la crise de la dette grecque.
Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a indiqué s'attendre à ce que l'Union européenne et le Fonds monétaire international acceptent, lors d'une réunion de l'Eurogroupe dimanche prochain, de verser la prochaine tranche du plan de sauvetage accordé l'an dernier à la Grèce, qui se monte à 12 milliards d'euros.
Ces propos ont peu profité aux obligations grecques, mais les emprunts d'Etat espagnols ont légèrement progressé jeudi. L'appétit des investisseurs pour les emprunts des Etats périphériques de la zone euro reste très faible, ce qui devrait soutenir les obligations des Etats les plus solides de la région.
Le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, a rappelé dans un entretien à paraître vendredi que la BCE était opposée à un défaut de la Grèce, sous quelque forme que ce soit, ainsi qu'à toute action qui déclencherait un événement de crédit.
Les emprunts du Trésor américain sont stables vendredi, l'actualité sans fin sur la Grèce ayant alimenté jeudi le recours aux actifs refuges et entraîné les rendements des emprunts du Trésor vers leurs niveaux les plus bas de 2011.
En fin de séance à New York, les rendements sur l'emprunt de référence à dix ans ont atteint leur plus bas niveau depuis début décembre. Malgré la publication de statistiques économiques favorables aux Etats-Unis, les incertitudes liées à la situation en Grèce ont pesé sur les rendements.

CHANGES
L'euro poursuit son repli vendredi face au dollar et au yen, les inquiétudes suscitées par la possibilité d'un défaut de la Grèce sur sa dette et d'éventuels effets de contagion augmentant à l'approche de la réunion des ministres des Finances de la zone euro et du vote sur une motion de confiance en Grèce.
"L'annonce [jeudi] que la Grèce va sans doute parvenir à se financer pendant l'été a permis de dissiper la morosité pendant un temps, mais il reste plusieurs obstacles, notamment le vote de confiance à venir et le sommet de l'Union européenne la semaine prochaine, qui pourraient encore perturber les marchés", souligne Brown Brothers Harriman dans une note à ses clients.
"La Grèce elle-même n'est pas le problème, c'est plutôt de savoir si les dirigeants politiques de l'UE vont parvenir à se rassembler et à produire une solution", estime David Watt, stratégiste devises senior chez RBC Capital Markets.
Mais selon lui, si l'euro ne présente pas beaucoup d'attrait, le dollar non plus, car il est confronté à une économie américaine en perte de vitesse et à une lutte politique au sujet du plafond de la dette des Etats-Unis.
Peter Rosenstreich, analyste en chef pour les marchés chez Swissquote Bank, pense quant à lui que le "facteur peur" soutient le dollar, mais que sur la seule base de ses fondamentaux sous-jacents inquiétants et de la morosité des perspectives à long terme, la devise américaine devrait être orientée dans le sens contraire.

PETROLE
Les cours du pétrole évoluent de manière contrastée vendredi, après la publication d'indicateurs économiques encourageants jeudi aux Etats-Unis, premier consommateur mondial d'or noir, indiquent les analystes.
Vers 7h00, le contrat de juillet sur le brut léger doux coté au Nymex cédait 57 cents, à 94,38 dollars le baril. A 6h00, le contrat d'août sur le Brent de mer du Nord gagnait 4 cents, à 114,06 dollars le baril.
"Les contrats américains sur le brut ont progressé, sur fond de nervosité du marché, regagnant une partie du terrain perdu jeudi à la faveur des prévisions de l'Agence internationale de l'Energie, qui table sur une forte hausse de la demande", selon un rapport de Phillip Futures.
Dans son rapport annuel publié jeudi, l'AIE a relevé ses prévisions de demande mondiale pour le brut en 2011 de 100.000 barils par jour, à 89,3 millions de barils.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.

0 réponse

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.