1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet Produits de Bourse

Produits de Bourse : affaire Kerviel, quelle honte

arami6
07 oct. 201010:53


http://www.lemonde.fr/societe/article/2010/10/06/affaire-kerviel-la-victoire-de- l-hypocrisie-en-col-blanc_1420894_3224.html

Faudrait surtout réformer le système financier, supprimer les paris sur les fluctuations de prix comme l'explique Paul Jorion.

En attendant, pour moi, cette politique du bouc émissaire accroît le discrédit des banques, du pouvoir, du système qui ne veut pas se réformer,
quand on sait qu'il est à l'origine de la cata de 2008 (et c'est pas fini) et que depuis les banque se sont engraisser quand dans le même temps l'état décidait de faire payer la note aux contribuable.

Voir
aussi:
http://minuit-1.blogspot.com/2010/10/buffett-lavenir-les-dirigeants-des. html

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

19 réponses

  • mizore11
    07 octobre 201011:02

    encore + écœurante

    Signaler un abus

  • erbaf39
    07 octobre 201011:16

    pourquoi ils n'ont pas rajouté le trou de la sécu et une petite provision pour les retraites aux 5mds ; ils auraient fait qu'un voyage ???....

    Signaler un abus

  • glon
    07 octobre 201011:18

    site mais puisque tu en parles... Je me lâche!!!!
    Quelle honte...

    Signaler un abus

  • glon
    07 octobre 201012:06

    pièce jaune pour Kerviel!

    Signaler un abus

  • m.lecl13
    07 octobre 201013:20

    La banque est responsable parce qu' il y a des failles dans sont système.
    D' accord avec Aramis - Faudrait surtout réformer le système financier.
    Mais kerviel n'est pas un enfant de coeur, c' est un menteur et un tricheur, après tout il s' agit quand même d' un jeu avec l' argent des épargnants.
    Pouvait-on le condamner plus légèrement ?
    Pas vraiment, il doit servir d' exemple pour éviter que d' autres ne soient tenté à faire de même.
    La condamnation à payer 5 milliards est symbolique car finalement, il ne payera jamais qu' un certain pourcentage de ses revenus.

    Signaler un abus

  • guyem
    07 octobre 201014:14

    une rumeur qui circule , a savoir que dans les 4.9 mds il n y aurait pas que les trades de jk mais aussi qques produits bien toxiques & qu un arrangement a l avance entre sg et jk ait pu avoir lieu ... en tous cas je me souviens tres precisement de la tete de faux Q de l ex pdg lors de son passage aux infos televisées ,,,,

    Signaler un abus

  • jccacy
    07 octobre 201014:52

    Editos de la Radio BFM



    Transcription de l'édito de Marc Fiorentino du 05 Octobre 2010.

    On attend aujourd'hui le jugement sur l'affaire Kerviel. Le moment de faire le point sur le trading et les traders deux ans aprés la crise de Lehman


    Jugement attendu aujourd'hui sur l'affaire Kerviel, une occasion de faire le point sur le trading et les traders depuis la crise

    Il serait faux de dire que rien n'a changé pour les traders depuis la grande crise de 2008. Mais les changements qui ont eu lieu n'ont rien à voir avec ceux que le G20 de Londres nous avait promis après la crise. Pour les bons traders, la spéculation, les limites de risque et les bonus n'ont pas changé. 2010 devrait encore être un cru exceptionnel d'ailleurs pour les bonus. Et il suffit de voir ce qui se passe tous les jours sur les dettes des pays en difficulté, sur le marché des changes ou encore sur les matières premières pour comprendre que la spéculation n'a jamais été aussi massive.

    Mais alors qu'est ce qui a changé?

    Tout d'abord les terrains de jeux pour ces grands enfants. Le trading a un peu déserté les actions depuis Lehman et s'est concentré principalement sur le marché des changes, devenu le plus gros marché de spéculation, et accessoirement sur les matières premières, métaux précieux comme l'or et l'argent, mais également, malgré l'impact qu'on connait sur l'alimentation de populations en difficulté, sur les matières premières agricoles. Il faut rappeler que le marché des changes est non seulement le marché le plus large en termes d'échanges quotidiens mais surtout que c'est un marché qui n'est absolument pas réglementé et impossible à réglementer.

    Est-ce que les banques sont toujours aussi actives ?

    Oui. Mais elles savent qu'elles vont devoir quand même se faire plus discrètes et on pourrait assister avec les annonces des résultats trimestriels aux Etats-Unis à un reflux du revenu de trading des banques. Le trading va être en partie camouflé dans le "service à la clientèle" et d'autre part les banques vont probablement favoriser la création de nouveaux hedge funds, des fonds spéculatifs, cousins ou amis dans lesquels on trouvera les traders de la banque, dans lesquels les banques investiront et qui deviendront les clients de la banque. Le monde du trading s'est adapté à la crise. Les principales règles du jeu n'ont pas changé mais il faut être plus malin et ça, les grands traders savent le faire.

    Signaler un abus

  • jccacy
    07 octobre 201014:53

    Le trading va être en partie camouflé dans le "service à la clientèle" et d'autre part les banques vont probablement favoriser la création de nouveaux hedge funds, des fonds spéculatifs, cousins ou amis dans lesquels on trouvera les traders de la banque, dans lesquels les banques investiront et qui deviendront les clients de la banque. Le monde du trading s'est adapté à la crise. Les principales règles du jeu n'ont pas changé mais il faut être plus malin et ça, les grands traders savent le faire.

    Signaler un abus

  • shady388
    07 octobre 201016:19

    "quand on sait qu'il est à l'origine de la cata de 2008 (et c'est pas fini)3

    Faut arrêter de regarder la télé un peu

    Signaler un abus

  • arami6
    07 octobre 201017:08

    mais du système (financier).

    Signaler un abus

  • arami6
    07 octobre 201017:10

    Signaler un abus

  • shady388
    07 octobre 201018:02

    En plus maintenant le jéjé passe pour une victime, que c'est beau

    Signaler un abus

  • m.lecl13
    08 octobre 201016:55

    Je me fais peut-être du cinéma, mais depuis que j’ ai lu l’ article sur le virus informatique en Iran (L’Iran fait face depuis plusieurs mois à une attaque informatique d’une gravité sans précédent visant ses installations industrielles, notamment nucléaires)
    J’ imagine un virus pénétrant dans le système bancaire et passant des ordres de ventes et d’ achats, bref, un « virus Kerviel »démoniaque qui agirait à distance.
    Scénario de grosse cata, pas étonnant que l’ or monte….monte…

    Malgré les garde-fous, une nouvelle affaire Kerviel peut encore arriver :

    Une nouvelle affaire Kerviel exposant un établissement financier à des pertes colossales peut se reproduire aujourd'hui, car les pratiques à haut risque n'ont pas fondamentalement changé sur les marchés malgré les contrôles renforcés dans les banques, selon des experts.
    L'ancien trader de la Société Générale Jérôme Kerviel a été lourdement condamné mardi par la justice à trois ans de prison ferme et 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts, montant correspondant à la perte imputée en 2008 par la banque à son ex-employé.
    "On ne peut pas exclure qu'une telle fraude puisse se reproduire dans une banque, même si cette affaire a eu pour conséquence un vrai renforcement du contrôle interne", estime vendredi le président du gendarme de la bourse (AMF) Jean-Pierre Jouyet sur le site du journal Le Monde.
    Ce scandale, d'autres pertes dues à des pratiques douteuses et la débâcle née de la crise des "subprimes" aux Etats-Unis (prêts immobiliers à hauts risques) ont incité les établissements financiers, sous la pression des Etats, à renforcer les garde-fous.
    Première échaudée, la Société Générale a investi 150 millions d'euros sur trois ans dans cette démarche, créant notamment une entité ad hoc (SAFE) pour coordonner le contrôle permanent de ses opérations de financement et d'investissement.
    "Depuis cette affaire, il y a énormément de +risk managers+ qui ont été nommés dans toutes les banques. Ils sont rattachés directement au +front office+ (ndlr: où officient les traders) et ont le poids pour contredire ce que font les traders", explique Antoine Halm, de la société d'investissements Louis Capital Markets.
    Sur le site international FinancialCareers, les offres d?emplois liés à la gestion du risque ont explosé cette année pour la zone Europe, Moyen-Orient et Afrique, avec un bond de 65% par rapport à 2009.
    Le cas Kerviel n'est pas isolé et pourrait se reproduire, relève lui aussi James Bennett, l'un des dirigeants de ce site basé à Londres.
    "Des établissements comme Sumitomo, Daiwa, Allied Irish, Amaranth et Barings ont tous souffert de traders sans foi ni loi et la faute est partagée à égalité entre eux et l'établissement" concerné, déclare-t-il à l'AFP.
    "Dans de nombreux cas, les banques ont encouragé des attitudes déviantes au départ", souligne-t-il. Pour preuve, le précédent retentissant de Nick Leeson, le trader britannique à l'origine de la faillite de la banque Barings. "La banque a loué les performances du trader avant que ses pertes n'apparaissent", rappelle M. Bennett.
    "Les choses n'ont pas fondamentalement changé", abonde Sophie van Straelen, de la société Asterias d'analyse sur les "hedge funds" (fonds spéculatifs). Elle fait valoir que les banques américaines, sous la pression de l'administration Obama, ont fortement réduit leurs activités les plus risquées mais s'interroge: "quid des banques européennes?"
    Les banques françaises affirment avoir fortement réduit leurs pratiques à risque, mais l'absence de données chiffrées empêche d'en prendre la mesure.
    "En fait, aux Etats-Unis, les banques n'ont pas réduit ces activités à risques, elles les ont transplantées ailleurs", relativise Marc Fiorentino, président de la société de bourse Euroland Finance. Une bonne part de leurs bénéfices vient des opérations de marché "et elles ne vont donc pas se faire hara-kiri", pointe-t-il.
    Selon un autre gestionnaire, "on va créer des +hedge funds+ pour externaliser les risques et faire de la magie comptable" afin de maquiller d'éventuelles pertes. Avec un risque pour l'ensemble du système financier qui reste le même.

    Signaler un abus

  • LRP42
    09 octobre 201019:07

    Affaire Kerviel : la Société Générale a récupéré 1,7 milliard d'euros




    La Société Générale a récupéré 1,7 milliard d'euros sur les 4,9 milliards perdus en 2008 dans l'affaire Kerviel grâce à un dispositif fiscal, selon les documents de référence de la banque, qui confirment une information donnée samedi par la radio Europe 1.

    La fiscalité des sociétés leur permet de bénéficier, en cas de pertes exceptionnelles sur un exercice donné, d'une déduction d'impôt. Elle atteint un tiers de la somme perdue, soit le taux d'imposition normal des sociétés.

    Dans le cas de la Société Générale, le mécanisme s'est effectué en deux temps.

    Pour l'exercice 2007, la banque a enregistré le gain de 1,471 milliard d'euros réalisé par Jérôme Kerviel sur cet exercice et payé, en conséquence, un impôt de 507 millions d'euros lié à ce gain, selon le document de référence de la banque.

    Sur l'exercice suivant, en 2008, la Société Générale a constaté une perte de 6,382 milliards d'euros (le solde entre le gain de 2007 et la perte de 2008 est bien de 4,9 milliards), qui a déclenché le mécanisme de déduction fiscale, à hauteur de 2,197 milliards d'euros.

    En soustrayant l'impôt payé en 2007 de cette somme, on obtient 1,69 milliard d'euros d'économie d'impôt.

    Pour la banque, "le traitement fiscal des pertes liées aux agissements frauduleux de Jérôme Kerviel a été fait en toute transparence en conformité avec la réglementation fiscale", selon une déclaration transmise samedi à l'AFP.

    "Toute entreprise déduit ses pertes et coûts de ses revenus pour calculer le montant de ses bénéfices et donc de ses impôts", fait elle valoir.

    Quant à l'écart entre la perte nette de déduction fiscale, soit 3,21 milliards d'euros, et le montant des dommages et intérêts attribués par le tribunal correctionnel de Paris, soit 4,9 milliards, la Société Générale a rappelé que "les éventuelles sommes reçues au titre des réparations feront l'objet d'une imposition, ce qui permettrait de reverser à l'Etat une partie de l'impôt perdu".

    Jérôme Kerviel, l'ancien trader de la Société Générale, 33 ans, jugé seul responsable d'une perte record subie début 2008 par la banque, a été condamné mardi par le tribunal correctionnel de Paris à cinq ans de prison dont trois ferme et à 4,9 milliards d'euros de dommages et intérêts.

    La Société Générale avait exclu ensuite de réclamer l'intégralité des 4,9 milliards à son ancien trader.

    Signaler un abus

  • arami6
    11 octobre 201009:52

    + "la guerre des devises"

    http://www.pauljorion.com/blog/?p=16833

    Signaler un abus

  • arami6
    13 octobre 201014:33

    http://blog.crottaz-finance.ch/?p=5600

    Signaler un abus

  • guyem
    13 octobre 201015:20

    ca doit etre un pb de formation interne ... LOL



    (Dow Jones)--Deux banquiers de Société Générale S.A. (GLE.FR) à Singapour sont poursuivis pour avoir réalisé de mauvais investissements sur les marchés des changes, faisant perdre à l'un de leurs clients la quasi-totalité des 10 millions de dollars placés sur son compte, et tentant de camoufler ces pertes, rapporte mercredi Bloomberg News sur son site Internet.

    Un résident australien, Chan Leong Cheng, a déposé mardi une plainte devant la Haute Cour de Singapour à l'encontre de la branche de banque privée de Société Générale et des deux banquiers, en vue de recouvrir les 8 millions de dollars perdus, précise Bloomberg.

    Selon l'agence de presse, le plaignant affirme que la gestion des actifs du compte par les défendeurs a entraîné de lourdes pertes, et que les banquiers lui ont transmis des informations fallacieuses durant une longue période.

    La banque a suspendu les deux banquiers après la découverte de ces pertes, a précisé le plaignant.

    Vanessa Lee, porte-parole de Société Générale à Singapour, n'était pas immédiatement disponible pour apporter un commentaire sur cette action en justice, ajoute Bloomberg.

    Signaler un abus

Retour au sujet Produits de Bourse

19 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer