Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet

: NEW du 31 MARS 2010

sorob
14 avr. 201014:06

EDGAR Online via COMTEX) - Point 7. Rapport de gestion et d'analyse de la situation financière et des résultats d'exploitation

Vue d'ensemble

activité principale de la société est menée par la Banque qui offre une gamme complète de services communautaires financiers, y compris la banque commerciale et de détail. La rentabilité des activités de la société dépend avant tout de son revenu net d'intérêts, provision pour pertes sur créances, hors intérêts, frais hors intérêts et impôts sur le revenu. Revenu net d'intérêts est la différence entre le revenu de la Société reçoit sur son portefeuille de prêts et valeurs mobilières et son coût de financement, qui comprend les intérêts versés sur les dépôts et les emprunts. La provision pour pertes sur créances reflète le coût du risque de crédit lié à des relations de prêt de la Société. Revenu non productifs d'intérêts se compose de frais de service sur les comptes de dépôt, les gains ou les pertes des titres ou des déficiences, des gains ou pertes sur les ventes de prêts, d'assurance et de courtage, des fiducies de revenu, augmentation de la valeur de rachat d'assurance-vie, les gains sur la vente de biens et l'extinction des la dette, et d'autres hors intérêts. les frais non productifs d'intérêts comprennent les salaires et avantages sociaux des employés, l'occupation et des frais d'équipement, les services professionnels, de dépréciation, la perte sur le remboursement de la dette, les frais de commercialisation, frais de forclusion de propriété, l'amortissement des actifs incorporels, les frais liés à la fusion, les primes de la FDIC, et les dépenses hors intérêts des autres. La Société est assujettie à l'impôt fédéral sur le revenu et.

Revenu net d'intérêt dépend de l'montants et les rendements des actifs rentables par rapport aux montants et aux taux sur les passifs portant intérêt. Revenu net d'intérêt est sensible aux variations des taux d'intérêt du marché et dépend également de l'actif de la Société de gestion du passif / processus pour réagir de façon appropriée à de tels changements. La provision pour pertes de crédit est fondée sur l'évaluation de la direction du recouvrement du portefeuille de prêts et engagements relatifs à l'actuelle conjoncture économique. les dépenses hors intérêts sont influencées par la croissance des opérations. La croissance du nombre de relations de compte une incidence directe sur les dépenses telles que les données les coûts de traitement, les fournitures, les frais postaux, et d'autres dépenses diverses. La provision pour impôts sur le revenu est affecté par le droit fiscal et la réglementation, les principes comptables et des politiques, stratégies et impôt sur le revenu.

L'analyse suivante se veut un examen des facteurs importants affectant la situation financière et les résultats des opérations de la Société pour les périodes indiquées. Le rapport doit être lu conjointement avec les états financiers consolidés et les notes y relatives et les données financières consolidées choisies dans le présent rapport. Outre les informations historiques, le présent rapport de gestion contient et l'analyse de la situation financière et des résultats d'exploitation des énoncés prospectifs qui impliquent des risques et des incertitudes. les résultats réels de la Société pourraient différer considérablement de ceux anticipés dans ces énoncés prospectifs en raison de certains facteurs discutés dans le présent rapport.

Conventions comptables critiques et estimations

La préparation d'états financiers conformément aux principes comptables généralement reconnus aux États-Unis d'Amérique exige que la direction fasse des estimations et des hypothèses qui influent sur les montants déclarés des actifs et passifs et la divulgation des actifs et des passifs éventuels à la date des états financiers et les montants déclarés des produits et des charges au cours de la période considérée. De par leur nature, les variations de ces hypothèses et estimations pourrait affecter de manière significative la situation financière de la Société ou ses résultats d'exploitation. Les résultats réels pourraient différer de ces estimations. Examen ci-dessous sont les conventions comptables critiques qui sont d'une importance particulière à la Société.

Provision pour pertes sur prêts: La provision pour pertes sur prêts représente l'estimation par la direction des pertes de crédit probables inhérentes au portefeuille de prêts. Estimer le montant de la provision pour pertes sur prêts exige beaucoup de jugement et l'utilisation des estimations relatives au montant et le calendrier des flux de trésorerie futurs et la valeur des garanties sur les prêts douteux, les pertes estimées sur les pools de prêts homogènes basés sur l'expérience historique des pertes, et l'examen des tendances économiques actuelles et des conditions, qui peuvent tous être sensibles à des changements significatifs. Les pertes sur prêts sont facturés déduit de l'indemnité, tandis que les recouvrements des montants facturés antérieurement amorties sont crédités à l'indemnité. Une provision pour pertes sur prêts est imputé aux résultats basés sur une évaluation périodique de la direction des facteurs mentionnés précédemment, ainsi que d'autres facteurs pertinents.

La méthodologie de la société pour déterminer la provision pour pertes sur prêts représente une estimation au regard des orientations faisant autorité pour éventualités (ASC 450) et dépréciations de prêts (ASC 310-10-35). L'indemnité

Table des matières

reflète les estimations des pertes résultant des analyses développées par des allocations de crédit spécifique pour les prêts individuels et de l'expérience historique des pertes pour d'autres emprunts regroupés au sein internes de la Société cadre de notation de crédit. Les allocations de crédit spécifiques sont basés sur des analyses régulières de tous les prêts plus de 300.000 $ lorsque la cote de crédit interne est égale ou inférieure à une classification prédéterminée. Ces analyses comportent un degré élevé de jugement dans l'estimation du montant des pertes associées aux prêts spécifiques, y compris l'estimation du montant et le calendrier des flux de trésorerie futurs et la valeur des garanties. La provision pour pertes sur prêts comprend également l'examen des concentrations et des changements dans la composition du portefeuille et le volume et d'autres facteurs qualitatifs. Les résultats de l'examen des organismes de réglementation sont également considérés.

Il existe de nombreux facteurs affectant la provision pour pertes sur prêts; certaines sont quantitatives tandis que d'autres exigent un jugement qualitatif. Le processus de détermination de l'indemnité, que la direction juge estime adéquatement tous les facteurs potentiels qui se traduisent par des pertes de crédit, comprend des éléments subjectifs et, par conséquent, peuvent être sensibles à des changements significatifs. Dans la mesure où les résultats réels diffèrent des estimations de gestion, des dispositions supplémentaires pour pertes sur prêts pourraient être nécessaires qui pourraient nuire bénéfice de la Société ou la situation financière dans les périodes futures.

Un prêt est considéré comme douteux lorsque, selon les informations actuelles et des événements, il est probable que la Société sera incapable de percevoir la totalité du capital et des intérêts dans les conditions du prêt initial. La dépréciation est évaluée au total pour les petits-troubles de l'équilibre des prêts de même nature tels que des prêts hypothécaires résidentiels et la consommation inférieure à une cote de crédit interne spécifique et sur une base individuelle pour les autres prêts qui dépassent le seuil fixé de 300.000 dollars. Si un prêt est compromise, une partie de l'indemnité est allouée de manière que le prêt est signalé, net, à la valeur actuelle de trésorerie futurs estimés des flux en utilisant le taux en vigueur du prêt ou à la juste valeur de la garantie si le remboursement est prévu uniquement de la garantie.

Impôts sur les bénéfices: La Société ne reconnaît frais pour les impôts sur le revenu fédéral et de l'Etat actuellement à payer, ainsi que pour les impôts différés fédéraux et d'État pour les estimations des effets d'impôts futurs des différences temporaires entre la valeur fiscale des actifs et des passifs et les montants déclarés dans les bilans consolidés, ainsi que reports prospectifs de pertes et de reports de crédit d'impôt. Réalisation de l'actif d'impôt différé dépend de générer suffisamment de revenu imposable dans aucun des périodes de report ou de report rétrospectif pour couvrir les pertes d'exploitation nettes générées par la contrepassation d'écarts temporaires. Une provision pour moins-value est fournie au moyen d'une redevance à la charge d'impôts, s'il est établi qu'il n'est pas plus probable qu'improbable que certains ou la totalité de l'actif d'impôt différé sera réalisé. Si les différentes hypothèses et les conditions ont été à l'emporter, la provision ne peut pas être suffisant pour absorber les impôts différés non réalisés et le montant des impôts à payer peut être nécessaire d'ajuster au moyen d'une charge ou un crédit à la dépense. En outre, les déclarations de revenus sont sujets à vérification par l'IRS et de l'État les autorités fiscales. La charge d'impôts pour les périodes actuelles et préalable fait l'objet d'un ajustement en fonction du résultat de ces vérifications. La Société estime qu'elle a suffisamment accumulé de tous les impôts sur le revenu qu'il devra probablement payer. Affectation des impôts à payer et provisions pour dépréciation des actifs d'impôt différé sont des estimations sujettes à modification en fonction du résultat des événements futurs.

La Société a conclu des ententes sur la répartition fiscale avec ses filiales incluses dans les rapports consolidés des États-Unis État fédéral et unitaire et combiné impôt sur le revenu. Ces accords régissent le moment et le montant des paiements d'impôts exigés par les différentes entités.

La Société comptabilise les incertitudes dans l'application des lois sur l'impôt et les positions fiscales prises ou devraient être prises dans les déclarations de revenus sous la direction autorité pour impôts sur le revenu (ASC 740).

Évaluation des valeurs mobilières pour créances douteuses: Les titres sont classés comme détenus jusqu'à leur échéance, si la Société a la capacité et l'intention de détenir ces titres jusqu'à leur échéance. En conséquence, ils sont comptabilisés au coût ajusté de l'amortissement des primes et des escomptes accrétion. Les titres sont classés comme disponibles à la vente, si la Société peut décider de vendre ces titres en raison de l'évolution des taux d'intérêt du marché, les besoins de liquidités, les changements dans les rendements ou les placements alternatifs, et pour d'autres raisons. Ils sont comptabilisés à leur juste valeur, les gains et pertes non réalisés, déduction faite des impôts, comptabilisés dans les autres (la perte). Les intérêts créditeurs sont déclarés nets de l'amortissement des primes et de l'accrétion de l'escompte. Les gains et les pertes à la cession de titres disponibles à la vente sont basés sur le produit net et le coût rajusté des titres vendus, en utilisant la méthode d'identification spécifique. Une baisse de la juste valeur des détenus jusqu'à leur échéance ou disponibles à la vente des valeurs mobilières en deçà de leur coût qui sont réputés être des autres que temporaires sont comptabilisés dans les résultats comme des pertes réalisées, si les montants sont liés à la perte de crédit, ou

Table des matières

reconnues dans les autres, si les montants sont liés à d'autres facteurs. Dans la détermination des pertes autres que temporaire pour les titres de la dette, la direction estime que si la Société (i) l'intention de vendre le titre,

Évaluation des écarts d'acquisition: Lorsque la Société acquiert une entreprise, une partie du prix d'achat de l'acquisition peuvent être attribuées à l'écart d'acquisition et actifs incorporels identifiables. Le montant du prix d'achat qui est alloué à l'écart d'acquisition est déterminée par l'excédent du prix d'achat sur la juste valeur des actifs corporels nets et actifs incorporels identifiables acquis. Au 31 Décembre 2009, l'écart d'acquisition de la Société et les actifs incorporels identifiables ont représenté 77,3 millions de dollars. En vertu des principes comptables généralement reconnus, si la Société estime que la valeur comptable de son fonds de commerce ou les actifs incorporels identifiables est perturbée, la Société est tenue de réduire la valeur de ces actifs. La Société effectue un examen annuel pour déterminer si l'écart d'acquisition et actifs incorporels identifiables sont affaiblies et mises à jour de cette analyse sur une base intérimaire, dans certaines circonstances.

charges de dépréciation du goodwill ne sont pas en espèces, l'impôt non déductible, n'ont pas d'impact tangible d'équité, et ne nuisent pas à la position de la Société de liquidité globale. déficiences de bonne volonté sont classés dans le compte de résultat en charges hors intérêts.

Sous la direction d'autorité pour les actifs incorporels - écart d'acquisition et autres (ASC 350), l'écart d'acquisition doit être un test de dépréciation annuellement et, dans certaines circonstances, à intervenir des dates intermédiaires. Un test de dépréciation pourrait aussi être déclenchée entre les dates des tests annuels en cas d'événement ou de circonstances changement qui plus probable qu'improbable que la juste valeur en dessous de la valeur comptable. Des exemples de ces événements ou circonstances comprennent les éléments suivants: a) un changement défavorable du climat des affaires, b) d'importantes pertes imprévues des clients / actifs sous gestion, c) la perte imprévue de personnel clé, d) des périodes prolongées de rendement des placements pauvres,

l'écart d'acquisition de la Société et les actifs incorporels sont revues annuellement pour dépréciation du 30 Septembre de chaque année. Cet examen est mené avec l'aide d'un spécialiste de l'évaluation de tiers. Dans le cadre de l'examen, la valeur marchande des actions ordinaires de la Société et des actions privilégiées, les primes de contrôle estime, prévisions de trésorerie et des analyses de prix différents sont tous pris en considération pour déterminer si la juste valeur de l'actif et du passif dans son entreprise dépasse leur valeur comptable montants. Le 30 Septembre 2008 et Décembre 31, 2009, la Société a comptabilisé des charges de dépréciation de 80,0 M $ et 14,0 M $, respectivement. La Société a également complété son étude annuel de dépréciation de goodwill pour 2009 à compter du 30 Septembre 2009 et a déterminé que l'écart d'acquisition n'a pas été altérée à cette époque. La Société continuera d'évaluer les insuffisances de sa valeur d'équité par rapport à sa juste valeur comptable totale et la valeur comptable tangible, y compris ce qui pourrait être attribuée à des facteurs de branche ou propre à l'entreprise, et d'évaluer si des ajustements supplémentaires sont nécessaires la valeur comptable des écarts d'acquisition. Si les actions ordinaires de la Société continue de se négocier à un prix inférieur à leur valeur comptable, la Société peut être nécessaire dans une période future de reconnaître une atteinte à la totalité ou une partie, de sa bonne volonté restants. La Société ne peut garantir qu'il ne sera pas nécessaire de prendre d'autres charges de dépréciation à l'avenir. Toute dépréciation aurait un effet négatif sur ses fonds propres et les résultats financiers. Voir «Rapport de gestion et d'analyse de la situation financière et des résultats d'exploitation - de bonne volonté."

Table des matières

Prises de position comptables

Le Financial Accounting Standards Board (FASB) a établi les normes comptables FASB Codificationtm («Codification» ou «ASC») comme la source unique d'autorité des États-Unis principes comptables généralement reconnus («PCGR») reconnus par le FASB à appliquer par entités non gouvernementales (ASC 105). Les règles et les rejets d'interprétation de la Securities and Exchange Commission («SEC») en vertu des lois fédérales sur les titres sont aussi des sources d'autorité PCGR pour inscrites à la SEC. La codification remplace toutes les comptables existantes non-SEC et les normes de reporting. Tous les autres non-acquis, de la littérature non-comptables de la SEC ne figurent pas dans la codification est devenu non-foi. Le Conseil n'émettra pas de nouvelles normes dans la forme de déclarations, le FASB postes, ou les nouveaux enjeux résumés Task Force. Au lieu de cela, il fera publier des normes comptables mises à jour ("USS"), qui servira à mettre à jour la codification, de fournir des informations générales sur l'orientation et à la base de conclusions sur les changements à la codification. PCGR ne sont pas destinés à être changé à la suite de la codification, mais il a changé la façon dont la direction est organisé et présenté.

En Décembre 2007, le FASB a révisé les directives officielles pour les regroupements d'entreprises (ASC 805), qui modifie la comptabilisation des regroupements d'entreprises et exige, à quelques exceptions près, l'acquéreur dans un regroupement d'entreprises à reconnaître l'ensemble des actifs acquis, les passifs pris en charge, et toute sans contrôle des intérêts dans l'entreprise acquise à la date d'acquisition, à la juste valeur. Cette orientation exige également certains actifs et passifs acquis ainsi que la contrepartie conditionnelle d'être reconnus à leur juste valeur. En outre, la déclaration exige que les paiements à des tiers de consultation, juridiques, d'audit et des services similaires associée à une acquisition à être comptabilisés en charges lorsqu'ils sont engagés, plutôt que d'être capitalisés dans le cadre du coût de l'acquisition. L'adoption de cette orientation sur Janvier 1, 2009 n'a pas eu d'incidence importante sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée.

La Société a adopté les directives officielles pour les évaluations en juste valeur (ASC 820) sur Janvier 1, 2008, qui définit la juste valeur, établit un cadre pour mesurer la juste valeur dans les PCGR, et élargit informations à fournir sur les mesures de la juste valeur. Cette ligne directrice s'applique à d'autres sujets ASC qui exigent ou permettent des mesures de la juste valeur. En conséquence, cette orientation n'a pas besoin de nouveaux actifs ou des passifs financiers soient évalués à leur juste valeur. En Février 2008, le FASB a retardé la date effective de cette orientation pour tous les actifs non financiers et non financiers passifs, sauf ceux qui sont constatés ou présentés à la juste valeur sur une base récurrente (au moins annuellement) pour les exercices commençant après Novembre 15, 2008. En Octobre 2008, le FASB a modifié cette orientation, qui clarifie l'application des mesures de la juste valeur dans un marché inactif et donne un exemple d'illustration pour montrer comment la juste valeur d'un actif financier est déterminée lorsque le marché pour cet actif financier n'est pas active. Cet amendement est entré en vigueur pour les intermédiaires de la Société des états financiers du 30 Septembre 2008 et n'a pas un impact significatif sur les méthodes par lesquelles la Société détermine la juste valeur de ses actifs financiers. Le 9 avril 2009, le FASB a modifié les indications faisant autorité pour les mesures de la juste valeur et les informations (ASC 820), ce qui nécessite une analyse amendement accrue et jugement de la direction pour estimer la juste valeur si une entité détermine que soit le volume et / ou le niveau d'activité pour un actif ou passif a diminué de manière significative ou offres de prix ou des données observables ne sont pas liés à des opérations ordonnées. Les techniques d'évaluation tels que le revenu d'une approche pourrait être appropriée pour compléter ou remplacer une approche de marché dans ces circonstances. Cette orientation exige que les entités de divulguer dans les périodes intermédiaires et annuels des entrées et des techniques d'évaluation utilisés pour mesurer la juste valeur ainsi que les changements dans les techniques d'évaluation et de ressources connexes au cours de la période. Cette orientation s'applique aux périodes intermédiaires et exercices se terminant après Juin 15, 2009. En conséquence, la Société a inclus ces nouvelles informations allant du 1er avril 2009. Voir Note 20 - Juste valeur des notes afférentes aux états financiers consolidés pour plus de détails.

En Juin 2008, le FASB a donné des indications pour déterminer si un instrument de capitaux propres liée financier (ou embarqués métrage) est indexé sur actions propres d'une entité (ASC 815-40-15). Cette orientation s'applique à tout instrument freestanding financière ou la fonctionnalité intégrée qui a toutes les caractéristiques d'un instrument dérivé ou autoportant qui est potentiellement réglées en actions propres de l'entité (à l'exception des bourses de paiement fondé sur des actions dans le cadre des orientations faisant autorité pour rémunération en actions (SCA) 718). Pour répondre à la définition de «indexés sur actions propres", les dispositions d'un instrument d'exercice contingent ne doit pas être fondée sur (a) un marché observables, autres que le marché des actions de l'émetteur (le cas échéant), ou (b) un indice observable, autres que l'indice calculé ou mesuré uniquement par référence aux opérations propres de l'émetteur, et les variables qui pourraient influer sur le montant du règlement doit être entrées à la juste valeur d'un "fixe-fixe" en avant ou en option sur les actions participantes. L'adoption de cette orientation sur

Table des matières

1 janvier 2009 n'a pas eu un effet important sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée.

En Juin 2008, le FASB a publié un guide faisant autorité pour déterminer si les instruments accordés dans les transactions de paiement fondé sur des actions sont des titres participatifs (ASC 260). Cette orientation répond si les instruments accordés dans les transactions de paiement fondé sur des actions sont des titres participatifs avant d'acquisition et, par conséquent, doivent être inclus dans l'allocation dans le calcul du bénéfice bénéfice par action selon la méthode du bi-classe. La Société a adopté les dispositions de la présente orientation efficace Janvier 1, 2009 et le bénéfice par action calculé selon la méthode du bi-classe pour toutes les périodes présentées. Dès leur adoption, la Société a été tenue à l'ajustement rétrospectif de bénéfice par action de données pour se conformer aux dispositions de la présente orientation.

En avril 2009, le FASB a modifié les indications faisant autorité pour les divulgations d'étape sur la juste valeur des instruments financiers (ASC 825), ce qui a trait à la divulgation de la juste valeur dans le périmètre des états financiers publics pour les instruments financiers. Cette orientation augmente la fréquence des informations à partir de la juste valeur annuelle seulement pour les trois mois. Cette orientation s'applique aux périodes intermédiaires et exercices se terminant après Juin 15, 2009. L'adoption de cette orientation n'a pas eu un effet important sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée, mais enrichi les informations nécessaires. En conséquence, la Société a inclus ces nouvelles informations allant du 1er avril 2009. Voir Note 20 - Juste valeur des notes afférentes aux états financiers consolidés pour plus de détails. En Janvier 2010, le FASB a publié des lignes directrices officielles sur l'amélioration informations à fournir sur les mesures de la juste valeur (ASU 2010-6). Cette orientation exige des informations nouvelles pour les transferts dans et hors de niveaux 1 et 2 et les raisons pour les transferts ainsi que les petits groupes supplémentaires de catégories d'actif et passif. Cette orientation est efficace pour intermédiaires et annuels des périodes de déclaration commençant après Décembre 15, 2009. Cette orientation exige également les achats, les ventes, les émissions et les établissements à déclarer séparément dans le résumé des changements au niveau 3 évaluations en juste valeur. Ces lignes directrices supplémentaires seront en vigueur pour les exercices commençant après Décembre 15, 2010, et pour les périodes intermédiaires comprises dans ces exercices. La Société ne prévoit pas un effet important sur les résultats consolidés de ses opérations ou de la situation financière consolidée de l'adoption de cette orientation.

En avril 2009, le FASB a émis de nouvelles directives officielles qui révise la reconnaissance et les exigences de déclaration pour les autres déficiences que temporaire de titres de créance (ASC 320). Cette nouvelle orientation révise la reconnaissance et les exigences de déclaration pour les autres déficiences que temporaire de titres de créance. Cette orientation élimine la «capacité et l'intention d'organiser" provision pour dépréciation des titres de créance et est considéré comme autre que temporaire, si une entreprise

En mai 2009, le FASB a publié des lignes directrices établissant des principes d'autorité et les exigences pour des faits postérieurs (ASC 855). Ce guide établit des normes générales de comptabilité et de divulgation des événements qui se produisent après la date de clôture mais avant les états financiers sont émis ou sont disponibles pour être délivré. Ce guide est basé sur les mêmes principes que ceux qui existent actuellement dans les normes d'audit. Cette orientation exige également la divulgation des événements ultérieurs, qui gardent les états financiers soient trompeurs. L'adoption de cette orientation sur Juin 30, 2009 n'a pas eu d'incidence importante sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée. En Février 2010, le FASB a publié le USS 2010-09, à la suite des événements ("USS 2010-09"), en vigueur immédiatement, ce qui modifie ASC 855 à préciser que l'déposant SEC n'est pas tenue de divulguer la date à laquelle les événements ultérieurs ont été évaluées dans les états financiers. L'adoption de l'USS 2010-09 n'a pas eu un effet important sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée. Voir la note 30 - Événements postérieurs des notes aux états financiers consolidés pour plus de détails.

En Juin 2009, le FASB a publié un guide faisant autorité établissant des normes comptables et d'information pour les transferts et la gestion d'actifs financiers et l'établissement de la comptabilité pour les transferts de droits de gestion (ASC

Table des matières

860). Cette orientation élimine la notion d'une entité admissible à des fins spéciales et introduit le concept d'un «intérêt de participer", ce qui limite les circonstances dans lesquelles le transfert d'une partie d'un actif financier sera considérée comme une vente, en supposant que tous les critères de décomptabilisation d'autres sont remplies. Cette orientation confirme et modifie les critères de décomptabilisation pour déterminer si un transfert est admissible à la comptabilité de la vente ainsi que requiert des informations supplémentaires. Ces informations supplémentaires sont destinés à fournir une plus grande transparence au sujet de l'implication continue du cédant des actifs transférés. L'adoption de la SAC 860 en Janvier 1, 2010 n'a pas eu un effet important sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée.

En Juin 2009, le FASB a publié des directives officielles qui élimine l'approche quantitative précédemment requis pour déterminer le principal bénéficiaire d'une entité à intérêt variable (ASC 810). Si une entreprise est tenue de consolider une entité à la suite de la demande initiale de cette norme, il convient de décrire la méthode de transition (s) d'application et doit indiquer le montant et la classification dans sa déclaration de situation financière de l'actif consolidé ou des passifs par la méthode de transition (s) appliqué. Si une entreprise est tenue de dégrouper une entité à la suite de la demande initiale de cette norme, il doit indiquer le montant de tout ajustement effet cumulatif lié à la déconsolidation séparément de toute incidence cumulative liée à la consolidation des entités. L'adoption de la SAC 810 sur Janvier 1, 2010 n'a pas eu un effet important sur les résultats consolidés de la Société d'exploitation ou la situation financière consolidée.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

1 réponse

  • sorob
    14 avril 201014:08

    http://www.marketwatch.com/story/10-k-midwest-banc-holdings-inc-2010-03-31

    Signaler un abus

Retour au sujet

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4.898 -26.90%
4891.74 +0.32%
33.15 +2.31%
13.388 +3.78%
36.075 +1.73%

Les Risques en Bourse

Fermer