1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

HEMISPHERX BIO
4.160 (c) USD
-11.86% 
valeur indicative 3.715 EUR

US42366C5094 HEB

AMEX données temps différé
  • ouverture

    4.690

  • clôture veille

    4.720

  • + haut

    4.750

  • + bas

    4.150

  • volume

    0

  • valorisation

    9 MUSD

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    18.06.19 / 22:00:00

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.060

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.410

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet HEMISPHERX BIOPHARMA INC

HEMISPHERX BIO : Ils viennent encore d'en parler >>

d.vande2
18 août 200713:22

au journal télévisé d'RTL-TVI à l'instant!!!

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

7 réponses

  • d.vande2
    18 août 200713:37

    Un vaccin plus efficace contre la grippe aviaireImprimer l'articlesciences, vendredi 17 août 2007, 17:13 L'envoyer à un(e) ami(e) Rédaction en ligne On se dirige de plus en plus vers une vaccination au niveau mondial contre la grippe aviaire dès lors que des chercheurs gantois sont parvenus à obtenir une immunité humaine suffisante avec des doses de vaccin extrêmement réduites.



    Le nouveau vaccin de l’entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline est actuellement en phase de test au Centre de Vaccinothérapie (CEVAC) de l’hôpital universitaire de Gand.

    Les chercheurs de l’hôpital universitaire de Gand ont en effet effectué des essais sur l’homme qui ont permis de constater que le vaccin, même à des doses très faibles, protège suffisamment contre les souches connues du virus de la grippe aviaire H5N1 et qu’il protège aussi partiellement contre d’éventuelles nouvelles variantes du virus.

    Le manque de vaccins disponibles augmente le risque d’une nouvelle pandémie. Or, le virus de la grippe aviaire peut se transmettre, après mutation, d’homme à homme. Pour pouvoir fabriquer les vaccins nécessaires à une campagne de vaccination au niveau mondial, les spécialistes ne disposent pas d’assez de matière première pour les vaccins, à savoir de l’haemagglutinine.

    « La capacité de production ne pouvant pas être augmentée du jour au lendemain, le défi consiste dès lors à assurer une protection efficiente avec la plus petite quantité possible de vaccin et de préférence, pour la palette la plus large possible de variantes de H5N1 », expliquent les chercheurs de l’hôpital universitaire de Gand. Or, le vaccin actuellement testé au CEVAC peut probablement remplir ces différentes exigences.

    L’ajout d’un petit « supplément » a accru considérablement l’efficacité du vaccin en phase de test actuellement à Gand.

    « En ajoutant des ingrédients adjuvants qui stimulent l’immunité au vaccin, la réaction du système immunitaire est améliorée. Grâce à cette méthode, de petites quantités de matière première par dose de vaccin sont en mesure de déclencher le processus immunitaire souhaité », expliquent encore les chercheurs gantois.

    La combinaison du vaccin et des stimulants de l’immunité dans la lutte contre la grippe aviaire est testée pour la toute première fois à l’hôpital universitaire de Gand. Pour le moment, les résultats sont donc positifs.

    Au printemps 2006, 400 volontaires sains âgés entre 18 et 60 ans ont été soumis au test de vaccination. Huit groupes de 50 personnes ont ainsi reçu avec un intervalle de trois semaines deux injections du vaccin expérimenté contre le virus H5N1. Quatre doses du vaccin ont été testées (3.8, 7.5, 15 et 30 microgrammes), chaque fois avec et sans adjuvant.

    « Nous avons constaté que même avec la dose la plus faible, le vaccin avec adjuvant provoque une importante réaction de défense contre le virus », expliquent les chercheurs. Chez tous les volontaires de ce vaccin, des anticorps protecteurs (neutralisants) contre les souches du virus incorporées dans le produit ont été retrouvés et chez 77 % d’entre eux, on a aussi trouvé des anticorps neutralisant contre une variante du virus qui n’avait pas été introduite dans le vaccin.

    Ces tests ouvrent dès lors la voie à la production de plus de vaccins et donc à une vaccination mondiale contre le virus H5N1. Si une autre forme du virus devait ensuite faire son apparition, tout le monde bénéficierait alors déjà d’une certaine protection. Ce qui n’est pas négligeable étant donné que le développement et la production d’un vaccin contre une nouvelle souche peuvent prendre entre 4 à 6 mois.

    (d’après Belga)

    Signaler un abus

  • d.vande2
    18 août 200714:11

    H5N1: Gsk Bio au créneau
    Actualités
    GlaxoSmithKline vient de démarrer un programme de recherche clinique international destiné à tester chez l'homme deux vaccins pandémiques contre la souche H5N1 du virus de la grippe aviaire. Un essai clinique a débuté en Allemagne, sur 400 volontaires adultes en bonne santé, avec un vaccin contenant de l'alun, adjuvant classique pour améliorer la réponse immunitaire des individus et permettre éventuellement d'utiliser moins d'antigènes par dose. Parallèlement, une autre étude clinique conduite en Belgique sur 400 adultes en bonne santé teste un candidat vaccin contre la grippe pandémique, contenant un nouveau type d'adjuvant. Gsk Biologicals espère qu'un vaccin contenant ce nouvel adjuvant permettra au système immunitaire de réagir davantage à différentes souches virales H5N1, ce qui conférerait une protection plus large en cas de menace de pandémie. Ce nouvel adjuvant de Gsk Bio devrait également permettre de réduire la quantité d'antigènes nécessaires par dose, ce qui augmenterait le nombre de doses disponibles au niveau mondial.

    Ces deux études évaluent la sécurité des vaccins et leur capacité à augmenter la réponse immunitaire des individus contre le H5N1. Les vaccins étudiés sont produits à partir de virus H5N1 inactivés (tués). Différents niveaux de doses sont étudiés et les volontaires sont vaccinés deux fois, à intervalle de trois semaines environ. Grâce à ces études, Gsk Bio pourra choisir les doses et compositions optimales pour les futures études de sécurité portant sur des populations à haut risque de complications après une infection grippale, telles que les enfants et les personnes âgées.

    «Nous avançons grâce à la recherche clinique vers la mise au point de vaccins pouvant jouer un rôle essentiel dans la réaction mondiale à une grippe pandémique. Alors que le premier candidat vaccin a pour but de bâtir des défenses solides contre une pandémie, le second vaccin pourrait être un meilleur choix pour les gouvernements en permettant de stocker des réserves de manière proactive et de commencer la vaccination avant le début d'une pandémie. Ainsi, la santé publique pourrait réagir plus vite en cas de pandémie», explique Jean Stéphenne, président de Gsk Bio, premier producteur de vaccins au monde dont le quartier général mondial est à Rixensart, dans le Brabant wallon.

    Doit-on encore rappeler que les infections de gripper aviaire H5N1 entraînent une maladie grave tant chez l'oiseau que chez l'homme. Actuellement, les experts en santé publique craignent que le virus évolue vers une souche facilement transmissible d'un individu à l'autre, ce qui déclencherait une pandémie mondiale. Ces pandémies de grippe sont des épidémies mondiales impliquant des virus pour lesquels les êtres humains ont peu ou pas d'immunité. http://www.gsk.com(...)

    Jean-Claude Quintart - jc.quintart@skynet.be

    Signaler un abus

  • d.vande2
    18 août 200714:15

    Amha, cet autre adjuvant qui n'est pas de l'Alun ne serait pas non plus de l'Ampligen..... HEB aurait déjà parlé d'une collaboration avec GSK.... GSK développe ses propres adjuvants.... HEB a aussi des tests en cours en Australie avec les Japs pour un vaccin IN.... ce qui est mieux qu'un IM ...

    Je pense que HEB va essayer tout simplement de concurrencer GSK....

    Signaler un abus

  • sevy00
    18 août 200715:43

    Vers une vaccination mondiale


    Des chercheurs gantois ont obtenu une immunité suffisante contre le virus H5N1, avec de faibles doses de vaccin. La voie vers une vaccination

    On se dirige de plus en plus ver s une vaccination au niveau mondial contre la grippe aviaire dès lors que des chercheurs gantois sont parvenus à obtenir une immunité humaine suffisante avec des doses de vaccin extrêmement réduites.

    Le nouveau vaccin de l'entreprise pharmaceutique Glaxo SmithKline est actuellement en phase de test au Centre de Vaccinothérapie (CEVAC) de l'hôpital universitaire de Gand.

    Les chercheurs de l'hôpital universitaire de Gand ont effectué des essais sur l'homme, qui ont permis de constater que le vaccin, même à des doses très faibles, protège suffisamment contre les souches connues du virus de la grippe aviaire H5N1, et aussi partiellement contre d'éventuelles nouvelles variantes du virus.

    Le manque de vaccins disponibles augmente le risque d'une nouvelle pandémie. Or, le virus de la grippe aviaire peut se transmettre, après mutation, d'homme à homme. Pour pouvoir fabriquer les vaccins nécessaires à une campagne de vaccination au niveau mondial, les spécialistes ne disposent pas d'assez de matière première pour les vaccins, à savoir de l'haemagglutinine.

    «La capacité de production ne pouvant pas être augmentée du jour au lendemain, le défi consiste dès lors à assurer une protection efficiente avec la plus petite quantité possible de vaccin et de préférence, pour la palette la plus large possible de variantes de H5N1», expliquent les chercheurs de l'hôpital universitaire de Gand.

    Or, le vaccin actuellement testé au CEVAC peut probablement remplir ces différentes exigences. L'ajout d'un petit «supplément» a accru considérablement l'efficacité du vaccin en phase de test actuellement à Gand.

    «En ajoutant des ingrédients adjuvants qui stimulent l'immunité au vaccin, la réaction du système immunitaire est améliorée. Grâce à cette méthode, de petites quantités de matière première par dose de vaccin sont en mesure de déclencher le processus immunitaire souhaité», expliquent encore les chercheurs gantois.

    La combinaison du vaccin et des stimulants de l'immunité dans la lutte contre la grippe aviaire est testée pour la toute première fois à l'hôpital universitaire de Gand. Pour le moment, les résultats sont donc positifs.


    Signaler un abus

  • sevy00
    18 août 200715:57

    L'ajout d'un petit «supplément» QUEL est ce "petit supplément "??????

    «En ajoutant des ingrédients adjuvants qui stimulent l'immunité au vaccin >> Combien y a-t-il dans le monde d' "ingrédients adjuvants " et quels sont -ils ????

    Suite aux différentes conférence de HEB et à l'analyse des slides , de mémoire , il me semble que GSK a été cité dans le consortium !!!!!

    Lorsque je lis d'autres articles sur ce vaccin , les pharses me sont connues , ce sont les mêmes quand on cite HEB ?????

    Je me permet de rêver , l'adjuvant de GSK ne serait-ce pas l'AMPLIGEN ???????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????????

    Signaler un abus

  • sevy00
    18 août 200716:06

    Grippe aviaire: vers une vaccination mondiale - tests en cours à Gand


    16:56 17 août 2007

    (Belga) On se dirige de plus en plus vers une vaccination au niveau mondial contre la grippe aviaire dès lors que des chercheurs gantois sont parvenus à obtenir une immunité humaine suffisante avec des doses de vaccin extrêmement réduites. Le nouveau vaccin de l'entreprise pharmaceutique GlaxoSmithKline est actuellement en phase de test au Centre de Vaccinothérapie (CEVAC) de l'hôpital universitaire de Gand.

    Les chercheurs de l'hôpital universitaire de Gand ont en effet effectué des essais sur l'homme qui ont permis de constater que le vaccin, même à des doses très faibles, protège suffisamment contre les souches connues du virus de la grippe aviaire H5N1 et qu'il protège aussi partiellement contre d'éventuelles nouvelles variantes du virus. Le manque de vaccins disponibles augmente le risque d'une nouvelle pandémie. Or, le virus de la grippe aviaire peut se transmettre, après mutation, d'homme à homme. Pour pouvoir fabriquer les vaccins nécessaires à une campagne de vaccination au niveau mondial, les spécialistes ne disposent pas d'assez de matière première pour les vaccins, à savoir de l'haemagglutinine. "La capacité de production ne pouvant pas être augmentée du jour au lendemain, le défi consiste dès lors à assurer une protection efficiente avec la plus petite quantité possible de vaccin et de préférence, pour la palette la plus large possible de de variantes de H5N1", expliquent les chercheurs de l'hôpital universitaire de Gand. Or, le vaccin actuellement testé au CEVAC peut probablement remplir ces différentes exigences. La combinaison du vaccin et des stimulants de l'immunité dans la lutte contre la grippe aviaire est testée pour la toute première fois à l'hôpital universitaire de Gand. Pour le moment, les résultats sont donc positifs. (CLA)





    Signaler un abus

  • d.vande2
    18 août 200720:19

    Viens d'envoyer cela à GSK Belgique.....

    her Monsieur,

    Ce jour, j'ai entendu parler d'un adjuvant qui permet d'utiliser une masse antigénique beaucoup plus faible qu'habituellement en virus H5N1 grâce à son pouvoir stimulant sur l'immunité.... impossible de trouver par internet quel est cet adjuvant.....

    Mais dites moi.... serait-ce une substance mise au point par GSK ou alors un produit issu d'une collaboration avec la société Hemispherx Biopharma et je pense ici à l'Ampligen....

    Vous n'êtes sans doute pas sans savoir que cet Ampligen est actuellement testé en Australie associé avec le virus H5N1 et administré en IN.

    Ma question est donc la suivante.... et ce, dans un cadre d'investissement boursier.... pouvez-vous me dire si cet adjuvant est ou non l'Ampligen? Tout simplement yes or not?

    Au plaisir de vous lire.

    Signaler un abus

Retour au sujet HEMISPHERX BIOPHARMA INC

7 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer