1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

BARRICK GOLD
22.280 (c) CAD
-0.58% 
Ouverture théorique 0.000
valeur indicative 15.216 EUR

CA0679011084 ABX

TSX données temps différé
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    22.410

  • + haut

    22.760

  • + bas

    22.210

  • volume

    1 917 421

  • valorisation

    39 609 MCAD

  • capital échangé

    0.11%

  • dernier échange

    09.12.19 / 22:00:00

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    0.97%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    34.13

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet BARRICK GOLD CORPORATION

BARRICK GOLD : L'or et le pétrole donnent le ton

remy_duf
08 janv. 200822:00


Claude Chiasson
Édition du mardi 08 janvier 2008

Mots clés : pétrole, or, Prix, Énergie, Canada (Pays), États-Unis (pays)

L'or et le pétrole ont profité du début de la nouvelle année pour établir chacun un sommet de tous les temps. C'est ainsi que le prix de l'once d'or a allégrement franchi la semaine dernière la barre de 850 $US, soit le sommet atteint il y a 27 ans. Le prix de l'once d'or s'est ainsi enrichi de plus de 100 $US en quatre mois à peine. Pour un producteur de la taille de Barrick Gold (production annuelle de 8,3 millions d'onces d'or), une hausse de 100 $US l'once équivaut à un joli cadeau de 830 millions $US (bénéfice additionnel avant impôt) tombé directement du ciel. Pour un producteur de taille intermédiaire comme Kinross Gold, le tout s'élève à près de 210 millions $US avant impôt. Nos grands producteurs d'or n'ont plus grand-chose à envier aux grandes banques canadiennes. Ils généreront autant de profits sans toutefois recourir comme elles à l'effet de levier.

Le baril de pétrole a quant à lui éclipsé tous les records en dépassant momentanément la semaine dernière le chiffre magique de 100 $US. Jeff Rubin, l'économiste en chef et stratège de la Banque CIBC, voit donc sa prédiction d'il y a deux ans se concrétiser.

Ces nouveaux records, l'or et le pétrole les ont établis tout en faisant fi d'une économie américaine qui s'enfonce dans une probable récession. Encore la semaine dernière, des statistiques sont venues renforcer cette éventualité. À peine 18 000 emplois ont été créés en décembre au sud de notre frontière alors que le taux de chômage a bondi de 4,7 % à 5 %. Cela fait plusieurs années déjà que la création d'emplois aux États-Unis est anémique. Mais là, la cadence ralentit dangereusement. Les mises en chantier approchent du plancher de 1,1 million d'unités, niveau compatible avec une récession. L'industrie de l'automobile vit également des heures difficiles.

À court terme, les prix de l'or et du pétrole risquent de plafonner. L'économie américaine a littéralement heurté un mur et, au mieux, végétera au cours des prochains trimestres. Idem pour l'économie nipponne dont une bonne partie des exportations est faite aux États-Unis. L'Angleterre aussi montre des signes de grande fatigue. Seule l'Europe se maintient à flots. La situation pourrait radicalement changer d'ici quelques mois alors que la montée vertigineuse de l'euro freine déjà les exportations et rend moins attrayants les produits du Vieux Continent par rapport aux produits chinois.

Un coup d'oeil aux récessions 1974-75 et 1981-82 nous révèle que le prix de l'once d'or amorce généralement un repli parfois non négligeable à la suite d'un fort ralentissement des économies occidentales. Ce repli tend à se produire plusieurs mois après le début de la récession.

Reste à voir toutefois si les États-Unis basculeront en récession ou s'ils l'éviteront de justesse. À regarder le comportement des prix du métal jaune et de l'or noir, les investisseurs tablent sur ce second scénario. La raison: les banques centrales de la plupart des pays occidentaux sont déjà à l'oeuvre pour assouplir leur politique monétaire en abaissant les taux directeurs et en injectant des centaines de milliards de dollars en liquidités dans le circuit bancaire.

Les investisseurs s'attendent également à des mesures fiscales stimulantes du moins aux États-Unis alors que l'élection présidentielle se tiendra en novembre prochain. Le gouvernement républicain de George W. Bush fera tout ce qui est en son pouvoir pour remettre l'économie américaine sur les rails avant les élections.

Des erreurs de parcours sont cependant possibles. L'une d'elle pourrait être d'avoir sous-estimé l'impact de l'actuelle crise financière des prêts hypothécaires à haut risque et des papiers commerciaux sous-jacents. Même si les banques centrales volent actuellement tous azimuts au secours des grandes institutions financières de ce monde en injectant d'énormes liquidités, les conditions de crédit restent très restrictives. Si ce durcissement des conditions de crédit se prolonge pendant encore quelques semaines, le marasme actuel du marché immobilier risque de s'amplifier et de faire boule de neige en faisant grimper indûment les défauts de paiement non seulement pour les hypothèques à haut risque, mais aussi pour celles traditionnelles ainsi que pour les soldes des marges et cartes de crédit. Un tel scénario pourrait déboucher sur une récession plus sévère que prévu. Dans un tel cas, les indices boursiers, les prix des denrées, y compris ceux de l'or et du pétrole, écoperont.

À plus long terme toutefois, cette orgie de liquidités dont nous sommes actuellement témoins ne peut que déboucher sur des prix de l'or et du pétrole plus élevés.

cchiasson@proplacement.qc.ca

Classe Internet: www.proplacement.qc.ca

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet BARRICK GOLD CORPORATION

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer