Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet

: Elop, cheval de Troie de Microsoft

le_savoy
21 nov. 201317:53

Stephen Elop, l’ex-PDG de Nokia, est la cible d’un scandale d’ampleur nationale en Finlande. Il est accusé d’avoir tout fait pour brader le fleuron de l’économie nationale à Microsoft pour toucher un juteux et controversé bonus.
Par Sébastian SEIBT (texte)

Après avoir vendu sa division téléphone portable à Microsoft, l’ex-géant des télécoms finlandais Nokia se retrouve, actuellement, embourbé dans un scandale qui secoue le pays jusqu’aux plus hautes sphères de l’État.

Dans le rôle du “grand méchant” par qui le drame est arrivé, la Finlande s’est trouvée une cible parfaite : Stephen Elop, le PDG canadien qui a finalisé, le 2 septembre 2013, l’accord de vente de la division mobile de Nokia à Microsoft. Il est accusé d’avoir œuvré en sous main pour le géant américain afin de toucher un gros bonus.

“Outrancier”, a martelé, mardi 24 septembre, le Premier ministre finlandais Jyrki Katainen. À même de “miner la cohésion sociale [du pays]”, a rajouté, le lendemain, la ministre des Finances, Jutta Urpilainen. L’objet de leur ire : le bonus de 18,8 millions d’euros que Stephen Elop doit toucher suite à l’accord conclu avec Microsoft.

Dans un pays peu habitué à voir des dirigeants empocher de telles sommes, le parachute doré de Stephen Elop a du mal à passer. D’autant que le dirigeant canadien, pressé de réviser à la baisse ses prétentions financières par le conseil d’administration de Nokia et les autorités finlandaises, refuse. Son motif ? Il est engagé dans une procédure de divorce et même s’il décidait de renoncer à cet argent, sa femme aurait tout de même légalement le droit à la moitié de cette somme car elle résulte d’un accord conclu avec Nokia du temps où le couple était encore marié.

Cheval de Troie de Microsoft ?

Pas sûr que ces justifications conjugales calment les esprits chauffés à blanc des Finlandais. Avec cette histoire de bonus, Stephen Elop ne jouissait déjà pas d’une très bonne côte. Il est soupçonné d’avoir été un cheval de Troie pour Microsoft pour qui il travaillait avant de prendre la tête de Nokia.

Une thèse qui a gagné en consistance après des révélations le 24 septembre du “Helsingin Sanomat”, le principal quotidien finlandais. Le journal a pu consulter le contrat que Stephen Elop avait négocié avec Nokia lors de son arrivée en décembre 2010 à la tête du groupe finlandais. Le quotidien y a trouvé une clause pour le moins troublante qui assure un juteux bonus à Stephen Elop si l’action de Nokia chute puis repart à la hausse suite à la vente d’une division de Nokia.

C’est peu ou prou ce qui s’est produit entre 2011 et 2013, durant l’ère Stephen Elop à la tête du géant finlandais. Une découverte qui tombe d’autant plus mal que Nokia avait peu avant assuré que le contrat de son PDG canadien n’était pas sensiblement différent de celui de ses prédécesseurs. Après les révélations du “Helsingin Sanomat”, la direction de Nokia a dû reconnaître que cette clause constituait finalement une difféfence notable.

C’est donc dans un désordre médiatique sans précédent en Finlande que Stephen Elop quitte le navire Nokia. Il devrait rejoindre Microsoft dès que le rachat par le géant américain de la division mobile du groupe finlandais sera finalisé. Stephen Elop est déjà pressenti comme l’un des principaux candidats à la succession du PDG de Microsoft Steve Ballmer qui a annoncé qu’il quitterait son poste en 2014. Un enchaînement d’événements qui ne va pas manquer de renforcer l’impression en Finlande que Stephen Elop à la tête de Nokia était en fait en service commandé pour le compte de Microsoft.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

31.11 -1.35%
12.63 -3.05%
43.08 -0.42%
1.18395 0.00%
CGG
0.6872 -4.05%

Les Risques en Bourse

Fermer