Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet

: Cuba - Les téléphones portables accessi

rolan112
14 avr. 200820:25

LA HAVANE, 14 avril (Reuters) - Des centaines de Cubains se pressaient lundi dans les bureaux de la compagnie nationale des télécommunications pour acheter des services de téléphones portables jusque-là réservés aux représentants du gouvernement et aux étrangers.

Le président Raul Castro, qui a succédé en février à son frère Fidel, a entrepris d'assouplir les restrictions en vigueur dans l'île communiste. La nouvelle réforme permet aux Cubains d'acheter pour la première fois des téléphones cellulaires ou de faire enregistrer ceux qu'ils utilisaient illégalement.

"C'est un progrès, comme d'autres choses qui ont lieu en ce moment à Cuba", commentait un homme du nom d'Alejandro, le sourire aux lèvres et un contrat à la main.

"Avant, il nous fallait obtenir la ligne par l'intermédiaire d'un étranger, qui était la seule personne autorisée à le faire", notait pour sa part Mayerlin, mère de deux enfants, dans une file d'attente.

On s'attend à ce que des milliers de Cubains profitent de la possibilité d'acheter un service de téléphonie mobile dans les jours qui viennent, bien qu'il en coûte l'équivalent de neuf mois de salaire moyen.

"C'est une très bonne mesure, mais le prix ne correspond pas à ce que nous gagnons", constate Gustavo, 33 ans, qui n'en fait pas moins la queue avec une centaine d'autres personnes dans un bureau du quartier colonial de La Havane.

Cuba connaît le plus faible taux d'utilisation de téléphones portables de l'Amérique latine. Les clients paieront leurs communications au moyen de cartes préétablies payées en devises permettant de recevoir et de passer des appels internationaux.


LES NOUVELLES LIBERTES ONT UN PRIX

Les Cubains peuvent désormais acheter lecteurs de DVD, ordinateurs et autres appareils électroniques, et loger dans des hôtels précédemment réservés aux visiteurs étrangers.

Mais cet accès élargi aux biens de consommation et aux services est un luxe que beaucoup ne peuvent s'offrir.

Le salaire mensuel moyen stagne autour de 400 pesos cubains (18 dollars). Les prix de la plupart des produits de consommation sont libellés en pesos convertibles (CUC), devise forte dont la valeur est 24 supérieure à celle du peso.

Environ 60% des Cubains disposent de devises par le biais des versements en espèces que leur envoient des parents établis à l'étranger - surtout aux Etats-Unis -, voire par les primes de travail et les pourboires des touristes étrangers.

Une ligne de téléphone portable coûte 110 CUC et le prix du moins cher des téléphones mobiles s'élève à 60 CUC, soit environ 65 dollars.

"C'est cher pour nous. Je ne peux pas payer cela en un seul mois, ni en dix", confie Mayerlin. Elle ajoute que seuls les Cubains qui louent des chambres à des étrangers, travaillent pour des firmes étrangères ou reçoivent de l'argent de l'extérieur ont de quoi payer sans trop de difficulté.

La compagnie nationale des télécommunications, Etecsa, coentreprise dans laquelle Telecom Italia détient une participation de 27%, avait annoncé le mois dernier qu'elle allait mettre en vente les téléphones portables dans le pays. La recette permettra de développer les lignes terrestres./PBR

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer