1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet PORTAL SOFTWARE DL-,001

PORTAL SOFTWARE DL-,001 : NEW.....

teamlot
09 févr. 201213:12

Petroplus: l'américain GEM Group intéressé à investir pour relancer le groupe

(complété avec fermeture de la raffinerie d'Ingolstadt, dernier paragraphe)


Neuchâtel/Rouen (awp/ats/afp) - Les cinq raffineries du groupe zougois Petroplus, dont celle de Cressier (NE), suscitent un intérêt croissant en vue d'un rachat intégral. Après Goldsmith Group la semaine passée, c'est au tour de l'américain Global Emerging Markets (GEM Group) de sortir du bois.


GEM Group s'est dit intéressé à investir dans Petroplus pour relancer ses cinq sites européens, a indiqué mercredi l'intersyndicale CGT-CFDT-CFE/CGC de la raffinerie française de Petit-Couronne, près de Rouen. Pour mémoire, le groupe sis à Zoug est en proie à de graves problèmes financiers depuis fin 2011.


Deux émissaires de GEM Group ont visité mardi la raffinerie. Ils ont rencontré la direction locale et l'intersyndicale.


DISCUSSION FRANCHE


"GEM Group se dit prêt à recapitaliser l'ensemble du groupe à hauteur de 1,4 milliard de francs et à apporter du brut pour faire fonctionner les raffineries", a précisé Yvon Scornet, porte-parole de l'intersyndicale.


Selon le syndicaliste, GEM Group se positionne comme investisseur avec l'appui de banques européennes et s'adosserait à un pétrolier pour relancer les cinq raffineries. Outre Cressier et Petit-Couronne (Seine-Maritime), celles-ci se trouvent à Anvers (Belgique), Coryton (Grande-Bretagne) et Ingolstadt (Allemagne).


Yvon Scornet assure avoir eu "une discussion franche et constructive" avec les émissaires tout en disant attendre de voir "les tenants et aboutissants" de l'offre de GEM Group. "Plus il y aura de propositions de reprise, mieux cela vaudra pour nous", a ajouté le syndicaliste.


GOLDSMITH ET KLESCH


L'intérêt de GEM Group pour un rachat complet des sites de Petroplus fait suite à celui manifesté jeudi passé par Goldsmith Group. Basé en Suisse, ce dernier est un fonds d'investissement créé par l'entrepreneur allemand Clemens Vedder. Il compte parmi les actionnaires de Petroplus.


Précédemment, le groupe d'investissement Klesch, spécialisé dans la reprise d'entreprises données pour mortes à l'instar de Goldsmith, a aussi fait part de son intérêt. Toutefois, dans ce cas, l'entité de l'homme d'affaires anglo-américain Gary Klesch ne rachèterait que les sites de Petit-Couronne, Coryton et Ingolstadt.


Le feuilleton a commencé à la fin de l'an passé avec la décision des banques créancières de couper leurs lignes de crédit à Petroplus, dont la situation s'était dégradée au fil des mois. Des procédures de sursis concordataires ont été engagées en Suisse notamment. Elles visent à protéger les intérêts des créanciers.


SURSIS CONCORDATAIRE POUR CRESSIER


La semaine dernière, la raffinerie de Cressier, qui compte quelque 260 employés, a ainsi obtenu un sursis concordataire provisoire de deux mois devant le tribunal régional de Boudry (NE). La demande avait été formulée dans la foulée de l'échec des négociations avec les créanciers de Petroplus, qui est le premier raffineur européen.


Selon le directeur du site de Cressier, Gilles Vollin, une dizaine de contacts ont été noués rien que pour la raffinerie neuchâteloise. Celle-ci est fermée depuis la mi-janvier. Pour l'heure, des travaux de maintenance sont effectués en attendant une éventuelle reprise d'activité.


Quant à la raffinerie d'Ingolstadt, elle a entamé des manoeuvres d'arrêt en raison d'un manque de brut. Les installations pourraient toutefois être redémarrées au besoin en l'espace de quelques jours, indique le groupe zougois. Les quelque 420 employés du site allemand bénéficient actuellement d'indemnités.


ats/rp



(AWP / 08.02.2012 17h37)

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • teamlot
    09 février 201213:21

    Les cinq raffineries du groupe zougois Petroplus ET EN PLUS IL Y A DES ACHETEURS .....VOUS M AVEZ COMPRIS

    Signaler un abus

  • bac13
    10 février 201210:27

    je reste sceptique

    Signaler un abus

  • matuna
    11 février 201211:06

    Signaler un abus

Retour au sujet PORTAL SOFTWARE DL-,001

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer