1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

CROPENERGIES
9.310 (c) EUR
-1.17% 

DE000A0LAUP1 CE2

XETRA données temps différé
  • ouverture

    9.470

  • clôture veille

    9.420

  • + haut

    9.480

  • + bas

    9.300

  • volume

    0

  • valorisation

    812 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    11.12.19 / 17:29:34

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    1.62%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    47.38

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet CROPENERGIES AG

CROPENERGIES : Pourghère ...

vanoost2
30 mai 200820:05

L’HUILE DE POURGHERE, BIOCARBURANT DE DEMAIN ?
Un générateur, alimenté par de l’huile de pourghère, permet d’illuminer un village malien de 3 000 habitants. Ce biocarburant pourrait aussi remplacer l'essence dans les véhicules… «Personne n’y croyait. C'était au-delà de nos rêves !» Batou Bagayoko, chef du village de Kéléya, ne cache pas sa joie de voir, depuis trois mois, les rues de sa localité éclairées la nuit. Son enthousiasme s’explique : l'électricité est une denrée rare au Mali. Seulement 13 % des citadins et moins de 1 % des ruraux y ont accès. Située à 100 km au sud de Bamako, Kéléya est la première localité à bénéficier du courant produit par un générateur alimenté par de l’huile de pourghère (Jatropha curcas), un arbuste de la famille des euphorbiacées. La population nage en plein bonheur. Cheick Oumar Doumbia, soudeur, travaille maintenant à l’électricité. «J'ai quadruplé mes revenus», explique-t-il, un large sourire aux lèvres. Il vient de remiser au garage son vieux générateur à gasoil, très coûteux en carburant et constamment en panne. Assitan Kéïta, ex-commerçante de céréales, possède maintenant un réfrigérateur. Elle vend de l'eau glacée, des jus de gingembre, d'oseille et des limonades. «Je ne peux pas expliquer tout le bien que le courant m'a apporté», dit-elle, avouant des revenus de l'ordre de 15 000 Fcfa (environ 23 euros) par mois. Le générateur qui alimente le réseau électrique a été installé par le Programme national de valorisation énergétique de la plante pourghère (PNVEP). Un réseau de plus de 2 km de câble électrique dessert la mairie, le bureau du sous-préfet, la mosquée, la maternité, l'école et une vingtaine d'abonnés.



Aboubacar Samaké, le chef du programme national de valorisation énergétique de la plante pourghère (PNVEP), place de grands espoirs dans ce carburant végétal. «Le coût de production du litre d'huile de pourghère pouvant être estimé entre 170 Fcfa (0,25 euros) et 250 Fcfa (0,38 euros) contre 475 Fcfa, soit le double, pour le gasoil, le programme induira assurément à terme d'importantes économies notamment sur la facture d'importation pétrolière du pays, la production d'électricité en milieu rural et la consommation des véhicules», soutient-il. Le programme prévoit l'électrification de cinq villages en cinq ans. Il ambitionne aussi de convertir à ce bio carburant 20 véhicules 4 x 4 fonctionnant au gasoil classique. Également en vue, l'accroissement de la production nationale de graines de pourghère grâce à l'aménagement de périmètres par les populations rurales. Le tout pour un budget de 708 millions de Fcfa, plus d’un million d’euros. Le projet, aux activités relativement modestes, semble pourtant emballer les autorités maliennes. Lors du 45e anniversaire de l'indépendance du pays, le 22 septembre dernier, le président de la République, Amadou Toumani Touré, a déclaré : «La promotion et l'exploitation à une plus grande échelle du carburant biologique, dérivé du 'bagani', la plante pourghère, sont à prendre en compte dans les stratégies alternatives.» Il est même question de créer une compagnie de développement pour améliorer son rendement en graines, son cycle cultural, les performances de l'huile produite comme carburant.



Appelé bagani (poison) en bambara, le pourghère est une plante facile d’entretien et qui résiste très bien à la sécheresse. Les animaux la boudent à cause de son odeur. C’est pourquoi les paysans la plantent en haies vives pour protéger leurs cultures. Les graines sont utilisées comme purgatif en médecine traditionnelle et l'huile pour fabriquer du savon. L’idée de faire de cette huile un carburant ne date pas d’aujourd’hui. Pendant la Seconde Guerre mondiale, en 1942, le colonisateur français avait expérimenté ce carburant pour prévenir une éventuelle pénurie de pétrole. Les tests furent peu probants et le projet abandonné. Au début des années 1990, les expériences reprennent avec l'installation d'un moteur à huile végétale pour actionner un moulin à céréales et un groupe électrogène. Depuis, diverses études ont confirmé la faisabilité technico-économique et les avantages environnementaux liés à la valorisation du pourghère. La vulgarisation du carburant vert doit beaucoup à la fabrication par les ateliers militaires centraux de Markala (centre du pays) d’une presse mécanique pour traiter les graines. À Kéléya, on continue de profiter du courant sans payer un sou. Mais, pas pour longtemps : les abonnés recevront bientôt leurs premières factures d’électricité.



Fousséni Traoré est rédacteur en chef du quotidien Le Républicain (Bamako, Mali)

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet CROPENERGIES AG

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer