1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

CROPENERGIES
9.260 (c) EUR
+5.11% 

DE000A0LAUP1 CE2

XETRA données temps différé
  • ouverture

    8.860

  • clôture veille

    8.810

  • + haut

    9.260

  • + bas

    8.860

  • volume

    0

  • valorisation

    808 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    06.12.19 / 17:30:49

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    1.76%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    43.59

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet CROPENERGIES AG

CROPENERGIES : Le système européen des biocarburants e

pbrose
24 avr. 200822:04


Le système européen des biocarburants est durable »

A partir de l’automne 2008, l’usine Biowanze produira 300 millions de litres de bioéthanol par an. Pour y parvenir, 800.000 tonnes de blé et 400.000 tonnes de betteraves seront utilisés. Entretien avec Cristelle Noirhomme, « Communication Manager » à BioWanze.
Info-durable (ID) : Manger ou conduire, il faut choisir ?
Cristelle Noirhomme (CN) : Non. Aujourd’hui, moins d’1,6% des récoltes de grains en Europe sont utilisés dans la production de biocarburant, Et quand bien même le taux d’incorporation de biocarburants serait de 10% en 2020, le pourcentage de grains utilisés pour les biocarburants resterait tout à fait acceptable.
De plus, notre bioéthanol utilise non seulement des céréales mais aussi du jus de betteraves sucrières. Or, cette dernière est largement surproduite par rapport à la demande, nous lui offrons de nouveaux débouchés. Enfin et concernant la disponibilité des terres, on récupère aujourd’hui certaines terres en jachère pour la culture de blé. Et les pays nouvellement européens amélioreront leur rendement avec de nouvelles techniques d’exploitations. Le volume disponible de céréales va donc augmenter pour une surface équivalente.
ID: Ne risque-t-on pas avec cette surproductivité de ruiner la biodiversité, le sol ?
CN : Mais regardons le paysage belge. L’ensemble du pays pratique déjà ces cultures. Elles sont historiquement les plus pratiquées. Ce n’est pas le fait du biocarburant. Ensuite, des protections en Europe existent pour éviter les dérives. Le problème est que ce cadre n’est pas mondial.
ID: En ajoutant une demande, les biocarburants n’augmentent-ils pas le prix des denrées de base ?
CN : Non. La part du prix des céréales dans le coût total des produits de base représente quelques pourcents, maximum dix. Son impact reste mineur.
ID : La question de la faim se pose surtout dans les pays en développement.
CN : C’est une position délicate. Nous participons à un cadre belge et européen. Or, ce système est juste dans le sens où il est durable. Les productions sont sélectionnées sur base d’un appel d’offres aux critères très stricts, incluant notamment la diversité des matières premières, le rayonnement d’approvisionnement, le prix du marché.
ID : Le Brésil n’alimentera pas votre usine ?
CN : C’est Impossible. On s’est engagé sur un plan d’approvisionnement relativement précis. On parle en dizaines de kilomètres, tout au plus quelques centaines si l’offre n’est pas disponible.
ID : Mais tout de même…En utilisant les stocks, vous tendez le flux des denrées, et encouragez la spéculation, rendant les produits de base inaccessibles pour des millions de personnes.
CN : Je ne le pense pas. Ici, une grosse partie des céréales sont utilisées à des fins d’alimentation pour le bétail. Or au final de la chaîne de production de bioéthanol, une ligne de production d’aliment animal permet d’obtenir un complément alimentaire riche en protéines. On ramène donc sur le marché des protéines pour le bétail, et ce en quantités non négligeables : 250 000 tonnes par an, soit un tonnage quasi équivalant aux produits utilisés.

ID : Vous avancez une production de 7000 litres de biocarburants par hectare, mais on parle de près de 40 000 pour les micro-algues par exemple. Les agrocarburants, A peine nés et déjà dépassés ?
CN : La première génération ne cèdera pas sa place à la deuxième. Celle-ci viendra s’ajouter pour atteindre Kyoto. Car pour remplir cet objectif et augmenter l’indépendance énergétique, il faudra cumuler les différentes méthodes de production. Ensuite, c’est l’expertise acquise qui mettra au point le processus viable de la deuxième génération. Le processus industriel est aujourd’hui toujours trop énergivore et trop coûteux. .

http://www.info-durable.be/durable.cgi?id_teksten=3476&taal=_fr&id_types=6&id_themas=&doelpubliek=publiek

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

1 réponse

  • vanoost2
    10 mai 200816:18

    De plus, notre bioéthanol utilise non seulement des céréales mais aussi du jus de betteraves sucrières. Or, cette dernière est largement surproduite par rapport à la demande, nous lui offrons de nouveaux débouchés.

    1ère génération tremplin pour la 2ème.

    Est-ce que le pétrole avait supprimé la faim dans le monde ?
    Y aura-t- il encore du pétrole après 2050 ?
    Il faut 1 litre de pétrole pour extraire 2 litres de pétrole des sables !
    Peut-t-on être indépendant énergétiquement avec le pétrole ?
    L'augmentation de denrées alimentaires est-elle vraiment imputable au seul biocarburant, que l'on ne voit d'ailleurs pas beaucoup en station !
    Ou alors aussi aux intermédiaires et/ou spéculateurs. Cela fait des années maintenant que l''on conseille d'investir dans les matières premières.
    Et enfin, n'est-il pas normal de payer la nourriture un peu plus cher à condition que les producteurs de tout pays en profitent .
    Des gens se plaignent que l'alimentation augmente mais ces personnes n'ont-elles pas aussi des TV, des Natels, des voitures ,des PC, ect ...
    Qu'est-ce qui est le plus important ?
    Comment passer à la 2ème génération sans passer par la première ?
    Les constructeurs et les politiques ont-ils toujours fait le maximum pour réduire la taille et la consommation des véhicules, afin de moins polluer et d'économiser le pétrole ?
    N'est-il pas normal d'essayer les alternatives proposées afin d'avoir une chance de nous en sortir ?
    ect.ect...

    Signaler un abus

Retour au sujet CROPENERGIES AG

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer