1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

CROPENERGIES
9.290 (c) EUR
-0.85% 

DE000A0LAUP1 CE2

XETRA données temps différé
  • ouverture

    9.440

  • clôture veille

    9.370

  • + haut

    9.510

  • + bas

    9.150

  • volume

    0

  • valorisation

    811 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    13.12.19 / 17:29:45

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    1.62%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    47.38

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet CROPENERGIES AG

CROPENERGIES : L'Allemagne renonce au développement ma

pbrose
04 avr. 200817:55


L'Allemagne renonce au développement massif des agrocarburants

AFP - Vendredi 4 avril, 14h08
BERLIN (AFP) - Le ministre de l'Environnement allemand a annoncé vendredi que Berlin allait abandonner une mesure-phare pour développer les biocarburants, vivement critiqués et inadaptés pour plus de trois millions de véhicules.
"Nous ne le ferons pas", a expliqué Sigmar Gabriel à la chaîne de télévision ARD.
Selon l'estimation de la fédération des importateurs VDIK publiée vendredi matin, environ 3,3 millions de véhicules, soit 30% des voitures étrangères, sont incapables de rouler avec le nouveau mélange d'éthanol et d'essence classique que Berlin voulait imposer.
Or M. Gabriel avait prévenu que si le nombre de véhicules inadaptés dépassait un million, il abandonnerait le projet. Le décret d'application de la loi, votée en début d'année, n'avait pas encore été promulgué, dans l'attente de chiffres fiables de la part des constructeurs.
"La politique de l'environnement n'assume pas la responsabilité si des millions d'automobilistes doivent payer plus cher" leur essence, a expliqué le ministre social-démocrate. "Tous ensemble, nous avons sous-estimé les problèmes", a-t-il reconnu.
Le projet, baptisé E10, prévoyait de passer de 5% à 10% dès 2009 la proportion d'éthanol dans l'essence classique pour réduire des émissions de CO2.
Mais le mélange, plus corrosif que le carburant classique, risque d'user trop vite certaines pièces des moteurs et est inadapté pour les véhicules plus anciens, notamment de plus de quinze ans. Les automobilistes auraient alors été contraints d'utiliser du super-plus, plus coûteux.
Cette annonce représente un coup dur pour les carburants verts, présentés il y a peu encore comme la solution miracle au réchauffement climatique mais aujourd'hui décriés par nombre d'écologistes.
L'abandon du projet représente également un revers cinglant pour la politique environnementale du gouvernement allemand, qui avait choisi d'aller plus loin et plus vite que l'Union européenne dans ses ambitions de réduction d'émissions de dioxyde de carbone.
Les biocarburants devaient permettre à l'Allemagne de résoudre trois problèmes, selon le ministre: la protection de l'environnement, la réduction des émissions de CO2 pour l'industrie automobile nationale qui peine à atteindre les objectifs fixés par l'Union européenne, et le développement de l'agriculture.
Pour autant, Berlin n'abandonne pas ses objectifs ambitieux de réduction d'émissions de CO2, à savoir une baisse de 40% d'ici à 2020, par rapport au niveau de 1990, a déclaré le ministre.
Mais l'abandon du projet E10 signifie que d'autres secteurs, en l'occurence la production électrique, devront fournir plus d'efforts. La part des énergies renouvelables dans la production d'électricité devra passer à 30% d'ici là, et non plus à 27,5% comme prévu actuellement, a expliqué M. Gabriel.
Quant aux objectifs européens fixés à l'industrie automobile (une baisse des émissions de C02 à 120 grammes par kilomètre), celle-ci "devra mettre en place d'autres mesures techniques" pour les atteindre, a-t-il dit, renvoyant la balle aux constructeurs. "Cela réjouira sûrement les équipementiers", a-t-il ironisé.

http://fr.news.yahoo.com/afp/20080404/twl-automobile-energie-gouvernement-envi-4bdc673.html

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet CROPENERGIES AG

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer