1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet COUACH

COUACH : Le mystérieux repreneur du chantier Cou

sergega2
25 avr. 200917:11

Se présentant comme le patron d'un des plus grands groupes pétroliers russes, candidat à la reprise du chantier, Vincent Blagojevic Golitsyne suscite des doutes.

Le chantier naval girondin Couach, en redressement judiciaire, suscite l'intérêt de repreneurs potentiels, comme Fabrice Vial, patron d'un groupe de menuiserie, Arcoa et Bernard Krief. Sans oublier Vincent Blagoievitch (ou Blagojevic) Golitsyne, qui s'affirme président du groupe pétrolier russe Ekkoïl, dépeint par lui comme une des plus importantes sociétés pétrolières de ce pays, avec un chiffre d'affaires de 20 milliards (« Sud Ouest » des 11 et 16 avril 2009).

Vincent Blagojevic est venu cette semaine en Gironde. Il a eu jeudi une entrevue de deux heures avec les représentants du personnel. Il leur a promis de garder la totalité des 300 emplois, alors que les offres initiales déposées par les trois autres candidats prévoient des coupes parfois sévères. La proposition paraîtrait miraculeuse si Vincent Blagojevic avait effectivement déposé une offre au greffe du tribunal. À cette heure, il n'a pas effectué cette démarche, invoquant des problèmes de traduction.

Retraité à La Rochelle

Vincent Blagojevic n'a pas davantage laissé à ses interlocuteurs le moindre document écrit leur permettant de disposer d'informations avérées sur son groupe. Quant aux journalistes, ils ont dû se contenter pour l'essentiel des affirmations verbales de leur brillant interlocuteur. Le site Internet à l'enseigne de la société, n'est apparu que cette semaine. Aucun numéro de téléphone en Russie n'y est mentionné. Les dirigeants désignés comme tels sur l'organigramme répondent aux mails qu'on leur envoie. Mais aucun ne donne un numéro de téléphone à Moscou. Et le seul que nous ayons réussi à localiser avec certitude est Nicolas Ignatiew. Ce, retraité, réside à La Rochelle, où il dirigeait jusqu'à ces derniers mois l'hôtel Résidence de France. Mais, malgré son passé d'ancien militaire, il paraît peu probable a priori qu'il puisse se consacrer à plein-temps à des fonctions de conseiller spécial d'un géant pétrolier. Une personne se présentant comme très proche de Vincent Blagojevic affirme qu'il n'est nullement russe, mais bel et bien français, né d'un père réfugié politique yougoslave.

Certaines Imprécisions

L'intéressé, que nous n'avons pu joindre qu'au téléphone et par mail, rejette énergiquement ces assertions. À ce jour, cependant, il n'a pas voulu nous fournir le curriculum vitae que nous lui demandions, afin de mieux comprendre sa supposée trajectoire fulgurante dans le monde pétrolier. Certaines imprécisions dans les échanges qu'il a pu avoir avec « Sud Ouest », au sujet de la contenance exacte d'un baril, sont également de nature à jeter le doute.

Et, pour la mission économique de l'ambassade de France, en tout cas, aucun producteur de pétrole russe ne répond au nom d'Ekkoïl. Il existe bien un Ekoïl avec un seul « k ». Mais il s'agit d'une société de lubrifiants, dont aucun dirigeant ne s'appelle Golitsyne.

Confronté à ces éléments, Vincent Blagojevic Golitsyne évoque une confusion née, selon lui, du récent changement de nom de son entreprise, dont il affirme qu'elle a pris la suite de la société Severnaya Oil and Gas, connue, elle dans les milieux pétroliers. Et tout en continuant à se refuser à communiquer le moindre élément biographique précis et le moindre papier à en-tête au nom d'Ekkoïl, cet homme très intelligent, brandit des menaces de poursuite judiciaire.

Le 4 mai prochain, le tribunal correctionnel de la Rochelle devrait juger un certain Vincent Blagojevic, qui a fait appel d'une condamnation par défaut pour voyage sans titre de transport. On saura peut-être alors avec certitude si le candidat affiché à la reprise de Couach n'est pas qu'un affabulateur de talent.

Sud ouest today

Alors,le loup de la toundra a t'il du gros cash pour faire taire et mater la rumeur?...

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

6 réponses

  • ephile
    25 avril 200918:20

    hum...ca ne sera pas celui-la à mon avis...

    Signaler un abus

  • sergega2
    25 avril 200918:23

    Ouais,l'article est assez dévastateur...

    Signaler un abus

  • sergega2
    25 avril 200918:26

    ...et je commence à craindre pour une partie du personnel...Cà aussi,c'est dévastateur !

    Signaler un abus

  • ephile
    25 avril 200918:30

    Des candidats à la reprise de Couach demandent un délai
    22 avril 2009 par nautisseo



    Le chantier Couach à Gujan-Mestras
    Couach n’intéresse pas seulement le chantier Naval Arcoa, le groupe pétrolier russe Ekkoïl et l’industriel Fabrice Vial. Une quatrième déclaration d’intérêts a été déposée au greffe du tribunal de commerce. Elle semble émaner d’intervenants qui ont pour conseil l’avocat bordelais Fabrice Delavoye.

    Ce dernier se retranche derrière des engagements de confidentialité pour refuser de nommer ses clients. Il indique simplement qu’il s’agit d’une équipe regroupant, entre autres, un entrepreneur aquitain et un homme d’affaires français, très spécialisé dans la reprise et le redressement d’entreprises en difficulté. Pour Fabrice Delavoye et pour ses clients à ce jour mystérieux, une évidence se dégage : le tribunal doit accorder un certain délai pour permettre à l’ensemble des parties de prendre une connaissance plus exhaustive du dossier, et de peaufiner leurs propositions.

    Cette conviction est partagée par Vincent Golitsyne, PDG de la société russe Ekkoïl. Ce dernier a quitté hier Moscou pour la France, où il doit en principe remettre demain une proposition détaillée. Lundi soir, cependant, il a appris de source interne à la société Couach que la date limite de présentation des offres détaillées pourrait être retardée de quelques jours. Nous n’avons pu, hier, obtenir de précisions sur ce point de l’administrateur judiciaire, Vincent Méquinion.

    Le temps presse
    Mais, en tout état de cause, c’est au tribunal qu’il appartiendra de trancher, et de décider mercredi prochain s’il choisit immédiatement le repreneur, ou s’il se donne un délai. Mais, compte tenu de la situation de l’entreprise, l’affaire devra être vite tranchée.
    En attendant, les divers candidats s’efforcent de faire valoir leurs arguments. Vincent Golitsyne évoque le maintien des emplois, le paiement des fournisseurs et la richesse de son groupe. Philippe Guglielmetti, patron d’Arcoa, a, de son côté, tenu à nous faire savoir qu’il n’avait pas tiré un trait sur les yachts de 50 mètres. Mais avant d’achever la construction de celui qui est en cours, et dont l’acquéreur potentiel aurait jeté l’éponge, il faut selon lui, « disposer d’une offre d’achat sécurisée avec acompte ». « Il ne faut pas s’interdire de faire des 50 mètres », souligne l’industriel, cherchant ainsi à rassurer des salariés, qui aimeraient être rapidement fixés sur leur sort.

    (Source : Sud-Ouest)

    Signaler un abus

  • e.rado
    25 avril 200919:15

    Signaler un abus

  • e.rado
    25 avril 200923:11

    (de pétrole) sans fond, il pourrait aussi tant qu'il y est promettre de rembourser les emprunts russes. Je lui garantie un gros succès.

    Signaler un abus

Retour au sujet COUACH

6 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer