Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Forum

VIVENDI
11.4450 (c) EUR
+1.15% 
indice de référenceCAC 40

FR0000127771 VIV

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    11.4700

  • clôture veille

    11.3150

  • + haut

    11.7500

  • + bas

    11.4450

  • volume

    5 960 412

  • capital échangé

    0.54%

  • valorisation

    12 687 MEUR

  • dernier échange

    22.10.21 / 17:36:42

  • limite à la baisse

    11.1050

  • limite à la hausse

    11.7850

  • rendement estimé 2021

    1.75%

  • PER estimé 2021

    23.86

  • dernier dividende

    0.6 EUR

  • date dernier dividende

    23.06.21

  • Éligibilité

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet VIVENDI

VIVENDI : "Vivendi, bizarre stratégie"

15 sept. 200715:16

"Vivendi, bizarre stratégie", par Gaëlle Macke (Challenges)
Challenges.fr | 14.09.2007 | 16:46 |


Gaëlle Macke, journaliste à Challenges
DEPUIS plus de deux ans maintenant, les investisseurs reprochent à Vivendi son statut de sicav, certes bien gérée mais sans synergies évidentes entre les activités du groupe. Les fonds Sebastian Holdings et KKR avaient même fait des offres de rachat -rejetées-, pensant mieux valoriser Vivendi en le démantelant. Et comment Jean-Bernard Lévy répond-il à ses détracteurs? En se proposant de prendre une participation de 30 à 35% du saoudien Oger Telecom, opérateur fixe et mobile en Turquie (1er fixe et 3e mobile), en Afrique du Sud (3e mobile) pour 2,2 milliards d’euros.

En soi rien de surprenant, puisque Vivendi avait déjà indiqué s’intéresser à des sociétés télécoms dans les pays émergents. On voit bien l’idée: réitérer le "coup" de Maroc Telecom, dans lequel Vivendi est entré par la petite porte fin 2000 en en prenant 35%, puis est monté à 51% fin 2004.
Une patience récompensée et un jackpot puisque l’entreprise est une véritable vache à lait qui dégage une marge d’exploitation record de 47% !


Toute l'actu Business

Mais l’histoire ne se répète pas forcément et cette affaire là semble bien hasardeuse. Certes, Saudi Oger veut se désengager des télécoms et, à la fin de sa promesse au gouvernement turc de rester majoritaire dans Oger Telecom, qui court jusqu’en novembre 2008, il cédera sans doute volontiers ses parts à Vivendi.

Certes aussi, Oger Telecom est une affaire apparemment saine (les données financières disponibles sont maigres), qui dégage une marge d’exploitation d’environ 30%. Mais le prix n’est pas donné, les enchères faisant rage entre Vodafone et les opérateurs moyen-orientaux (Qtel, MTC…) pour toute cible dans les pays émergents. D’ailleurs Saudi Oger, bien avisé, avait renoncé à introduire sa filiale en, Bourse l’an dernier, escomptant bien en obtenir une valorisation supérieure lors d’une vente à un groupe ou à un fonds.

Par ailleurs, Oger n’a que des positions de challenger dans le mobile, contrairement à Maroc Télécom, opérateur historique, leader dominant dans son pays.
De plus, la consolidation est à l’œuvre dans le secteur et il est de plus en plus difficile de collectionner ici ou là de petits opérateurs. Les mastodontes Vodafone, Deutsche Telekom, Telefonica, France Télécom, voire Orascom font des économies d’échelle sur les achats d’équipements et de téléphones.

Et en admettant même que cela se révèle une bonne affaire, cela ressemble plus à une acquisition opportuniste qu’à un mouvement issu d’une planification stratégique destinée à faire de Vivendi un groupe cohérent… comme l’aurait été, par exemple, le rachat total de Neuf Cegetel.

3 réponses

  • 18 septembre 200718:22

    pertes et profit... 15 millions d'abonnés en Pologne quand ^même.

    Une boîte dirigée par des loosers. Elle devrait se faire racheter par un américain...


Retour au sujet VIVENDI

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.