Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Forum

VIVENDI
11.0350 EUR
-0.14% 
indice de référenceCAC 40

FR0000127771 VIV

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    11.0450

  • clôture veille

    11.0500

  • + haut

    11.0750

  • + bas

    11.0150

  • volume

    862 850

  • capital échangé

    0.08%

  • valorisation

    12 233 MEUR

  • dernier échange

    28.10.21 / 11:00:23

  • limite à la baisse

    10.7050

  • limite à la hausse

    11.3650

  • rendement estimé 2021

    1.80%

  • PER estimé 2021

    21.91

  • dernier dividende

    0.6 EUR

  • date dernier dividende

    23.06.21

  • Éligibilité

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet VIVENDI

VIVENDI : Vivendi : Dossier Musique ...

10 mai 200721:35

12 réponses

  • 10 mai 200721:36

    08:26 10/05/07

    PRESSE: UE devrait autoriser fusion BMG publishing-Universal

    PARIS (Dow Jones)--L'offre publique d'achat de 2,2 milliards de dollars lancée par Universal Music sur la division d'édition musicale de BMG devrait obtenir le feu vert des autorités européennes de la concurrence dans le courant du mois, rapportait mercredi soir le Financial Times dans son édition en ligne, en citant des sources proches de la transaction.

    La Commission européenne a ouvert en décembre une enquête approfondie sur cette opération, précise le journal.

    Universal aurait apaisé les inquiétudes des autorités de la concurrence en proposant la cession des droits des chansons d'artistes comme Britney Spears, Bryan Adams, les Spice Girls et Dire Straits ainsi que les musiques de génériques d'émissions de la BBC, comme Bob the Builder et les Teletubbies, indique le quotidien.

    La Commission a jusqu'au premier juin pour rendre son verdict final et sa décision d'autoriser la transaction devra ensuite être approuvée par les autorités de la concurrence nationales.

    site Internet: http://www.ft.com


  • 22 mai 200720:37

    grace à quelques concessions.

    AOF le 22/05/2007 16h46

    (AOF) - La Commission européenne a autorisé, sous réserve du respect de certains engagements, le projet d'acquisition des activités d'édition musicale de Bertelsmann Music Group (BMG) par Vivendi Universal pour 1,63 milliard d'euros. Ce rapprochement donnera naissance au numéro un mondial du secteur. La Commission avait constaté que l'opération initialement envisagée soulevait des doutes sérieux quant aux effets négatifs sur la concurrence sur le marché des droits d'édition musicale pour les applications en ligne.

    En effet, dans un certain nombre de pays, Universal aurait pu contrôler plus de la moitié des succès des hit-parades et devenir dès lors incontournable pour tous les services de musique en ligne et mobile.

    Dans un souci d'apaiser les craintes de la Commission, Vivendi s'est alors engagée à céder un certain nombre de catalogues importants portant sur des droits d'auteur anglo-américains et des contrats passés avec des auteurs comme Justin Timberlake ou R. Kelly.

    Neelie Kroes, commissaire européenne chargée de la concurrence, a déclaré : "Je suis convaincue que les importantes mesures correctives retenues garantiront la compétitivité de ces marchés tout en mettant les consommateurs à l'abri des effets de la concentration".


  • 22 mai 200721:40

    suite pas vraiment, il s'agit d'un article du 7 Septembre 2006 !

    Vivendi s'offre le catalogue de BMG Music Publishing

    Le rachat de BMG Music Publishing constitue pour Universal une ''acquisition historique''.

    Universal Music met 1,63 milliard d'euros sur la table pour devenir le numéro un mondial de l'édition musicale.

    UN PLACEMENT de père de famille. Ainsi pourrait être résumée l'acquisition de l'éditeur musical BMG Music Publishing par le groupe Vivendi pour 1,63 milliard d'euros. Vivendi renforce considérablement son pôle musique en devenant le numéro un mondial de l'édition, avec 25 % de parts de marché.

    La maison de disque Universal Music, filiale de Vivendi, est déjà sur la plus haute marche concernant les ventes de musique dans le monde. Seing désormais de cette double couronne, Vivendi écrase plus que jamais le marché de la musique. De son côté, Bertelsmann va utiliser cet argent pour rembourser une partie de son crédit de 4,5 milliards de dollars contracté lors de la sortie du financier belge Albert Frère de son capital.

    Universal Music possédait avant ce rachat 12 % environ du marché de l'édition, loin derrière EMI, qui tutoie les 20 % et Warner Chappell (16 %). En reprenant les 13 % de BMG, Vivendi culmine à 25 % sur un marché estimé dans sa globalité à un peu moins de 3,4 milliards d'euros. Il était de 3,1 milliards en 2003. BMG Music Publishing a dégagé l'an dernier 371 millions de chiffre d'affaires pour un excédent brut d'exploitation de 81 millions, selon Bertelsmann.

    Pérennité des revenus
    Dans un contexte économique maussade, voire catastrophique, pour l'industrie de la musique, l'édition affiche une pérennité de ses revenus et de ses activités ; elle attise les appétits. Cela vient de la nature même de cette activité. L'édition musicale concerne la gestion et le développement des oeuvres. Ses revenus sont issus autant de la vente des disques, via un pourcentage négocié, ou de leur exploitation dans les films et à la télévision. Avec l'avènement du numérique, la gestion des catalogues de droits est devenue une manne financière.

    Les droits de Madonna, Ravel, d'Aguilera, de Puccini...Sonneries téléphoniques, téléchargements ou fonds d'écran à l'image des stars sont au carrefour du virtuel et de l'édition musicale. Ces enjeux, Universal Music ne pouvait les ignorer plus longtemps alors que les ventes de CD poursuivent leur plongée en enfer.

    Ce sont ainsi les droits sur plus d'un million de titres dont ceux de de Coldplay, Christina Aguilera, Robbie Williams ou Justin Kimberlake, sans oublier le répertoire classique avec Puccini et Ravel qui tombent dans l'escarcelle d'Universal Music, déjà détenteur des droits de U2 ou de Madonna. La vente de BMG Publishing doit maintenant obtenir le feu vert des autorités européennes de la concurrence. Si le patron de Bertelsmann, Gunter Thielen, s'est montré optimiste, Impala, le principal syndicat européen des producteurs et éditeurs indépendants, note que ce rachat « nuirait à la libre concurrence sur le marché de la musique en instaurant une position de domination collective dans l'édition ».

    Par ailleurs, cette opération entre Vivendi et Bertelsmann s'accompagne d'un accord soldant l'affaire Napster. Universal Music avait en effet intenté en 2003 un procès au géant allemand, accusé d'avoir soutenu la plateforme pirate. Une brouille désormais oubliée en échange de 60 millions de dollars.


  • 25 mai 200719:43

    Vivendi : Vivendi prêt à lancer un concurrent à MySpace et YouTube?

    25/05/2007 | 07:35:26


    Vivendi lancera son propre site de distribution de contenus payants, concurrençant ainsi les américains MySpace et YouTube.

    Selon le journal "Les Echos", le groupe français de médias et télécoms, Vivendi, préparerait actuellement le lancement d'un nouveau site de distribution de contenus payants, défiant ainsi les plus grands que sont YouTube et MySpace. Le projet a été confiée à Vivendi Mobile Entertainment, une société créé l'automne dernier en France puis à l'étranger.

    Selon le journal, le nouveau portail permettra au groupe de diffuser les catalogues (musique, films, jeux vidéo...) de ses différentes filiales (Canal+, SFR, Universal Music, Vivendi Games) mais aussi d'autres partenaires. A savoir que ce produit sera disponible sur plusieurs supports : ordinateur, télévision, téléphone mobile et lecteurs MP3.

    Vivendi Mobile Entertainment aurait déjà déposé plusieurs noms de domaines auprès de l'Afnic, tels que Yoohub.fr, Yuhub.fr, Mobhub.fr, Exibyt.fr, Creattic.fr ou encore Wakx.fr. Des noms dont la consonance n'est pas sans rappeler, pour certains, à celui de la filiale de Google.

    Un site légal, sécurisé et payant

    A l'inverse de ses concurrents tels que MySpace ou YouTube, Vivendi souhaiterait créer ce nouveau portail légal, sécurisé et payant. Le quotidien économique "Les Echos" a d'ailleurs précisé que le groupe négociait actuellement avec les sociétés d'ayants droits.

    Vivendi évitera ainsi quelques ennuis. Le 8 mai dernier la fédération de football anglais, la Premier League et la maison de disque indépendante Bourne se sont attaquées au site d'hébergement de vidéos YouTube, filiale de Google. Les deux britanniques se plaignaient de retrouver des ouvres protégées qui leur appartiennent sur le site de partage de vidéos en ligne. Ils estiment que YouTube favorise délibérément l'infraction du copyright sur son site web afin d'en augmenter le trafic et donc les recettes publicitaires.


  • 28 mai 200711:35

    Vivendi lancera cet automne un nouveau portail multimédia
    25/05/07 ]

    Face à YouTube et MySpace, le groupe prépare un site de distribution de contenus payants. Une société, baptisée Vivendi Mobile Entertainment, a été constituée pour lancer ce projet en France à l'automne, puis à l'étranger.
    Cliquez ici
    Le groupe prépare son propre portail pour diffuser notamment les catalogues (musique, films, jeux vidéo...) de ses différentes filiales sur tous les écrans.

    Il est loin le temps où Jean-Marie Messier rêvait de concurrencer « tous les Yahoo! du monde » avec son hypothétique et dispendieux portail Internet Viz- zavi : lancé en grande pompe en juin 2000, ce site qui devait diffuser tous les contenus de Vivendi Universal sur « tous les écrans de notre vie » se solda par un échec cuisant et une fermeture deux ans plus tard. Bilan des courses, 1 milliard d'euros engloutis en pure perte par Vivendi et son allié britannique Vodafone...

    Echaudé, le groupe français de médias et de télécoms n'est pas près de se relancer dans une aventure aussi mégalo. Mais il n'a pas du tout renoncé à exister sur l'Internet fixe et mobile. Selon nos informations, Vivendi envisage ainsi de lancer dès l'automne son propre portail pour diffuser les catalogues (musique, films, jeux vidéo...) de ses différentes filiales (Canal+, SFR, Universal Music, Vivendi Games), mais aussi d'autres partenaires, sur tous les écrans : PC, TV, téléphone mobile, lecteurs MP3... Et ce dans un cadre légal, sécurisé et payant (des négociations sont en cours avec les sociétés d'ayants droit). Tout le contraire des sites d'échange de vidéos gratuits, type YouTube ou MySpace.

    Dans ce but, une société baptisée Vivendi Mobile Entertainment a été constituée dans le plus grand secret, et la start-up s'est installée à Paris, rue Notre-Dame-des-Victoires, dans le quartier de la Bourse. A sa tête, Cédric Ponsot, quarante et un ans, un pro du marketing formé chez Danone avant de rejoindre Vivendi : il dirigeait dernièrement Universal Mobile International, une filiale d'Universal Music dédiée à l'« entertainment mobile » (sonneries, téléchargement de musique...).
    Approche 100 % marchande

    Déposés au tribunal de commerce, les statuts de Vivendi Mobile Entertainment annoncent clairement la couleur sur les projets de la société : « Exploiter toutes les plates-formes numériques par tous les moyens de communication, tous réseaux et en particulier la téléphonie mobile et l'Internet (...) en vue de distribuer et de commercialiser tous types de contenus, produits et services interactifs. » Face aux nouvelles stars du Web 2.0 que sont YouTube (propriété de Google) et MySpace (Murdoch), qui misent sur le « buzz » communautaire et la publicité pour financer leur business, Vivendi défend une approche 100 % marchande des plus classiques. Mais en misant, lui, sur une nouvelle interface technologique adaptée au haut-débit et compatible avec tous les écrans.

    Le projet est ambitieux : la nouvelle plate-forme serait d'abord lancée vers le mois d'octobre en France. Cible potentielle : les 18 millions d'abonnés de SFR, les 10 millions de Canal+, et bien sûr les internautes. Puis progressivement dans le reste de l'Europe. L'investissement prévu se chiffrerait en dizaines et non en centaines de millions d'euros. Rien à voir avec Vizzavi...

    Vivendi Mobile Entertainment a déjà déposé plusieurs noms de domaines auprès de l'Afnic. Certains font furieusement penser à YouTube : Yoohub.fr, Yuhub.fr (sans doute des leurres), Mobhub.fr, Exibyt.fr, Creattic.fr ou encore Wakx.fr... Le vrai nom du portail reste un secret bien gardé, s'il a déjà été trouvé. Car Cédric Ponsot est encore en train de recruter son équipe : 80 personnes environ.

    La concurrence s'annonce rude, notamment face aux sites gratuits : MySpace a déjà lancé sa version française, YouTube y travaille. France Télécom (via Orange) et TF1 (avec sa start-up WAT) sont aussi sur les dents. Une chose est sûre, le PDG de Vivendi, Jean-Bernard Lévy, semble très soucieux de limiter les risques, au moment où le groupe est à nouveau très profitable. C'est pourquoi Vivendi n'a pas cherché pour le moment à racheter DailyMotion, qui aurait pu servir de base à un tel projet. Le site de partage de vidéos créé par Benjamin Bejbaum et Olivier Poitrey s'est fait un nom dans le sillage de YouTube et serait aujourd'hui valorisé entre 200 et 300 millions d'euros. En mutualisant ses contenus maison et en profitant enfin de la fameuse « convergence » entre les terminaux PC, TV et mobile, le groupe pense tenir un vrai business-model pour moins cher. Et si, cette fois, le succès est au rendez-vous ce sera un peu la revanche posthume de « J2M»...
    JEAN-CHRISTOPHE FÉRAUD ET GUILLAUME DE CALIGNON


  • 15 juin 200709:45

    15/06/2007 - 09:29:31
    DJ Vivendi: Sanctuary accepte l'offre d'achat de UMG

    PARIS (Dow Jones)--La maison de disques britannique Sanctuary Group PLC (SGP.LN) a accepté vendredi l'offre publique d'achat de Universal Music Group, filiale de Vivendi (12777.FR), d'un montant de 20 pence par action.

    Sanctuary Group, qui a sous contrat des artistes comme Morrissey, les Charlatans et Iron Maiden, précise que le prix de 44,5 millions de livres sterling payé par Universal Music Group pour son rachat correspond à une prime de 77,8% par rapport au cours de clôture du 17 mai de l'action Sanctuary.

    En tenant compte de la dette de la maison de disques, cette opération valorise Sanctuary à 104,3 millions de livres sterling.

    (END) Dow Jones Newswires

    June 15, 2007 03:29 ET (07:29 GMT)

    Copyright (c) 2007 Dow Jones & Company, Inc.


  • 15 juin 200714:47

    http://www.patrimoinecanadien.gc.ca/progs/ac-ca/progs/rc-tr/market/publications/music_uk/4_f.cfm

    Il y a un tableau dans ce lien qui montre la taille de Sanctuary par rapport aux autres maisons de disques ...

    Cette opération illustre simplement et une fois de plus, la concentration en marche dans ce secteur.


  • 18 juin 200709:45

    18/06/2007 - 09:11:40
    DJ PRESSE: Crosby Capital prépare une contre-offre sur Sanctuary

    LONDRES (Dow Jones)--Crosby Capital Partners Inc. (CSB.LN), banque d'investissement cotée à l'Alternative Investment Market de Londres, prépare une offre sur Sanctuary Group PLC (SGP.LN) afin de contrecarrer l'offre de 20 pence par action de Universal Music Group, filiale de Vivendi (12777.FR), rapporte lundi The Guardian, citant des sources proches de Sanctuary.

    La maison de disques britannique a déjà accepté l'offre de Universal Music Group.

    Site Internet: http://www.guardian.co.uk


    (END) Dow Jones Newswires

    June 18, 2007 03:11 ET (07:11 GMT)

    Copyright (c) 2007 Dow Jones & Company, Inc.


  • 03 juillet 200717:07

    UMG pourrait ne pas renouveler contrat long terme avec iTunes
    8h56 le 02/07/2007

    NEW YORK (Dow Jones)--Universal Music Group, la filiale de Vivendi SA (12777.FR), devrait annoncer qu'elle ne renouvelle son contrat à long terme avec Apple Inc. (AAPL) portant sur la vente de téléchargements de musique sur le portail iTunes du groupe américain, rapporte le Wall Street Journal, citant des sources proches du dossier.

    Cette décision ne signifie cependant pas que Universal va retirer de manière imminente du portail Itunes son vaste catalogue de musique en ligne, sur lequel figurent par exemple Eminem, 50 Cent et Sting. Universal Music Group, numéro un mondial de la musique en termes de parts de marché, compte en revanche conclure un contrat à court terme avec le groupe américain.

    Ce changement ne devrait pas avoir d'effets importants de manière immédiate, mais il pourrait donner à UMG davantage de flexibilité dans ses rapports avec les concurrents d'iTunes, par exemple en lui permettant de proposer à d'autres portails de téléchargement de musique l'exclusivité sur certaines parties de son catalogue.

    Une porte-parole de Apple a déclaré que le groupe ne commentait pas "les rumeurs et les spéculations".

    THE WALL STREET JOURNAL


  • 04 juillet 200709:29

    02/07/2007 - 11:31:00
    Vivendi : Universal Music bouderait Apple

    Selon différentes sources de presse américaines ce lundi, Universal Music Group (Vivendi|), leader mondial de lŽindustrie musicale, aurait refusé un accord de long terme avec lŽiTunes Music Store du californien Apple|. Universal qui vend évidemment des vidéos et surtout des musiques sur iTunes, mais pourrait opter pour un accord commercial de court terme avec iTunes, croit savoir entre autre le Wall Street Journal.

    Ceci constituerait un coup dur pour Apple, puisquŽUniversal Music, le leader dŽindustrie, pourrait se permettre des accords exclusifs avec des services de musique digitale concurrents dŽiTunes. Pour mieux évaluer les forces en présence, notons quŽUMG produit environ un tiers des albums écoulés aux Etats-Unis, alors quŽiTunes représente plus de deux tiers du marché américain de la musique digitale.
    Un combat de titans en vue ?


  • 17 août 200712:26

    Cercle Finance le 13/08/2007 10h00
    Vivendi: Universal Music acquiert maison de disque V2.

    (Cercle Finance) - Universal Music Group, la filiale du groupe Vivendi, a annoncé son intention d'acquérir la maison de disque V2 Music Group. Le groupe ne précise pas le montant de l'opération.

    V2 est un label de musique indépendant et compte des artistes à succès comme Stereophonics, Paul Weller, Anais, Isabelle Boulay et Henri Salvador.

    Lucian Grainge, le président directeur Général de Universal Music International (UMGI), a annoncé 'V2 est un groupe spécialisé dans la musique indépendante qui rassemble des genres musicaux différents. Ainsi, V2 vient compléter notre activité.'



    Copyright (c) 2007 Cercle Finance.


Retour au sujet VIVENDI

12 réponses

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.