Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

VICAT
43.500 (c) EUR
-0.11% 

FR0000031775 VCT

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    44.000

  • clôture veille

    43.550

  • + haut

    44.100

  • + bas

    42.750

  • volume

    40 004

  • valorisation

    1 953 MEUR

  • capital échangé

    0.09%

  • dernier échange

    07.05.21 / 17:35:14

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    41.350

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    45.650

  • rendement estimé 2021

    3.57%

  • PER estimé 2021

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    10.17

  • dernier dividende

    1.5 EUR

  • date dernier dividende

    26.04.21

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet VICAT

VICAT : vicat achat fort

cyril881
11 août 200713:03

LE JOURNAL DES FINANCES- N°6245-11/08/2007- PAGE20
Etudes sectorielles
BTP-Matériaux de construction
Les cimentiers français subissent une correction excessive
La récente baisse des titres peut être mise à profit pour renforcer les positions
Par Marianne Di Meo

Les difficultés actuelles, liées au retournement de l'immobilier résidentiel aux Etats-Unis et à la hausse des coûts, ne doivent pas faire oublier les tendances de fond positives dont bénéficie le secteur. Les cours de Bourse des cimentiers devraient donc repartir à la hausse, sur fond de poursuite de la concentration.


Le secteur du ciment n'échappe pas à la correction actuelle des marchés. « Ces valeurs ont récemment atteint des plus hauts historiques, rappelle Jean-Luc Ménard, analyste spécialisé dans l'industrie chez Barclays Asset Managers. Les prises de profits observées ces derniers jours paraissent donc logiques, compte tenu de l'environnement de marché, des beaux parcours boursiers réalisés par les cimentiers et d'une visibilité qui tend à diminuer. »

De fait, certains phénomènes risquent de compliquer la vie des cimentiers dans les mois à venir.

Tout d'abord, la hausse des coûts pèse sur leurs marges. Première incriminée : l'énergie, qui représente 29 % des coûts de production du ciment. Compte tenu de cette épée de Damoclès, Ciments Français et sa maison mère, Italcementi, tablent sur une stabilité des résultats opérationnels, cette année. L'autre motif d'inquiétude vient du retournement du marché du logement neuf aux Etats-Unis. Les comptes de certains cimentiers très présents dans les Etats où le ralentissement est le plus prononcé en portent déjà les stigmates. Au deuxième trimestre, le chiffre d'affaires du mexicain Cemex a, ainsi, baissé de 16 % sur le marché américain et son excédent brut d'exploitation y a reculé de 31 %.

Les cimentiers semblent néanmoins en mesure de faire face à ces risques. Tout d'abord, les forts besoins en ciment permettent aux producteurs de conserver un pricing power, et donc de pouvoir répercuter tout ou partie des hausses des coûts dans leurs prix de vente. Ceux-ci ont par exemple augmenté de 7 % au premier semestre chez Lafarge. Par ailleurs, les cimentiers multiplient les initiatives afin d'augmenter leurs marges : programmes d'économies, modernisation de l'outil industriel afin d'en améliorer la productivité...

En ce qui concerne les perspectives de croissance de l'activité, le ralentissement constaté aux Etats-Unis et, dans une moindre mesure, sur les marchés matures d'Europe de l'Ouest devrait être compensé par le dynamisme des pays émergents.

De quoi assurer une poursuite de la hausse des ventes à des rythmes soutenus. « Le taux de croissance de la consommation de ciment est ressorti à 9 % en moyenne au cours des cinq dernières années, rappellent les analystes de Citigroup. Selon nos estimations, la demande devrait encore progresser de 32 % au cours des quatre prochaines années, avec une hausse de 8 % dans les pays développés et de 36 % dans les pays émergents, la Chine et l'Inde étant les principaux moteurs de cette croissance. »

Au-delà de ces perspectives, la poursuite de la concentration du secteur devrait également apporter un autre élément de soutien. De fait, les grands acteurs ont une volonté marquée de poursuivre leur intégration verticale, ce qui s'est déjà traduit par le rachat de plusieurs spécialistes du béton et des granulats. Parmi les dernières opérations en date, rappelons le rachat de l'australien Rinker par le mexicain Cemex et celui du britannique Hanson par l'allemand HeidelbergCement. Mis en vente par le groupe minier Anglo-American, Tarmac devrait également bientôt changer de main.

Ces transactions se sont réalisées à des prix élevés, avec des valeurs d'entreprise de l'ordre de 11 à 12 fois l'excédent brut d'exploitation. Des niveaux de valorisation supérieurs à ceux auxquels sont revenus les titres du secteur : à l'heure actuelle, les ratios de valeur d'entreprise sur excédent brut d'exploitation oscillent plutôt entre 6 et 8. Un rebond des cours de Bourse semble donc probable.


Les cimentiers vont devoir relever le défi de la hausse des coûts. Mais, en même temps, de nouvelles opportunités s'offrent à eux, notamment une croissance très soutenue de la demande dans les pays émergents.



Focus sur 3 valeurs disposant d'un fort potentiel de hausse


LAFARGE

Une stratégie gagnante

Lafarge est bien armé pour faire face aux défis auxquels est confronté le secteur du ciment et pour en saisir les nouvelles opportunités. Tout d'abord, sa sensibilité au ralentissement du marché immobilier aux Etats-Unis est limitée. Seulement 30 % du chiffre d'affaires réalisé en Amérique du Nord est lié à l'évolution du marché résidentiel, et la proportion tombe même à 15 % pour le seul résidentiel neuf. Par ailleurs, le groupe est présent dans des régions américaines pas ou peu affectées par le retournement. Son autre point fort réside dans son programme Excellence 2008. Il prévoit 340 millions d'euros d'économies d'ici à la fin de l'an prochain, ce qui permet de compenser partiellement la hausse des coûts. Enfin, les axes de développement prioritaires définis par le président Bruno Lafont - le ciment dans les pays émergents et l'innovation dans le béton - devraient avoir un impact positif sur la croissance et les marges.





CIMENTS FRANÇAIS

Des objectifs prudents

Le groupe, moins bien valorisé que ses concurrents français, bénéficiait de ce fait d'une aura particulière auprès des investisseurs. Mais la publication des résultats semestriels a déçu. Après un premier trimestre encourageant, la tendance a été moins bonne d'avril à juin avec, pour conséquence, une baisse des résultats sur la première moitié de l'exercice. Les dirigeants, réputés pour leur prudence, tablent sur une stabilité des résultats opérationnels en 2007. A moyen terme, les perspectives restent néanmoins attrayantes. Un plan d'amélioration de l'efficacité industrielle a été lancé et le groupe prévoit d'investir 2 milliards d'euros pour accroître ses capacités de production. Il vient par ailleurs de prendre pied sur le très porteur marché chinois. Enfin, le dossier revêt un intérêt spéculatif : le rachat des minoritaires par la maison mère Italcementi, qui détient 76 % du capital, est un véritable serpent de mer.





VICAT

Des niveaux de rentabilité élevés

Les projets de développement du troisième cimentier français sont ambitieux. Ce groupe familial va investir 1 milliard d'euros en quatre ans (dont 750 millions pour la seule activité ciment), entièrement financé par les cash-flows. L'objectif est d'accroître de 50 % les capacités de production, en priorité dans les pays émergents, qui n'ont représenté que 20,1 % du chiffre d'affaires en 2006. L'expansion de Vicat, dont la situation financière est très saine, pourrait aussi passer par des acquisitions. « Les deux priorités en la matière sont le ciment et les pays émergents », confie Jean-Pierre Souchet, directeur financier du groupe. L'atout majeur de Vicat réside dans ses niveaux de marge élevés. L'an passé, la marge brute d'exploitation a atteint 27,1 %, contre 21,9 % pour Lafarge. Selon les dirigeants, la hausse de la marge opérationnelle devrait se poursuivre.



NOTRE CONSEIL
LAFARGE Achat confirmé, avec un objectif de cours de 140 euros. Après les excellents résultats semestriels, le groupe devrait encore réserver de belles surprises (code : LG ; Comp. A, SRD).

CIMENTS FRANÇAIS Conserver. La valorisation boursière est attrayante et le dossier conserve un intérêt spéculatif. Mais, à court terme, le titre pourrait manquer de catalyseurs (code : CMA ; Comp. A, SRD).

VICAT Achat fort. La stratégie suivie par le groupe familial est créatrice de valeur. La liquidité du titre s'est fortement améliorée (code : VCT ; Comp. A).


LG CMA VCT1166

COTATION


+ D'INFOS





SOMMAIRE



Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • Profil supprimé
    11 août 200715:36

    Merci, analyse intéressanyte.

    Signaler un abus

  • Profil supprimé
    11 août 200715:53

    forte baisse !

    Signaler un abus

  • arno83as
    13 août 200710:34

    sas cash flow, c pas tres rassurant à court terme, mais bon, c pour son bien...

    Signaler un abus

Retour au sujet VICAT

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer