1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

UBISOFT ENTERTAIN.
56.700 EUR
0.00% 
indice de référenceSBF 120

FR0000054470 UBI

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    56.680

  • clôture veille

    56.700

  • + haut

    56.920

  • + bas

    56.180

  • volume

    66 860

  • valorisation

    6 826 MEUR

  • capital échangé

    0.06%

  • dernier échange

    21.10.19 / 14:17:00

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    53.880

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    59.520

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    63.71

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    17.06.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet UBISOFT ENTERTAIN

UBISOFT ENTERTAIN. : Ubi test distribution jeux gratuits/ EU

pwelcome
08 sept. 200716:47

Aux Etats-Unis, Ubisoft teste la distribution de jeux gratuits
LE MONDE | 08.09.07 |

Une vraie aubaine : pendant six jours, du 31 août au 5 septembre, les internautes américains ont pu télécharger gratuitement trois jeux pour PC d'Ubisoft. Et pas des moindres : Rayman, son héros sans bras ni jambes aux prises avec les "Lapins crétins", l'épisode des "Cendres du temps" du jeu d'aventure "Prince of Persia" et le jeu d'action "Far cry". Trois des titres les plus populaires de l'éditeur français, par ailleurs toujours en vente dans les réseaux spécialisés.

e succès fut tel, selon Ubisoft, que les serveurs de l'éditeur de www.fileplanet.com, site qui accueillait l'opération, ont été rapidement engorgés. En échange de la gratuité, les joueurs ont supporté l'insertion dans les jeux de publicités pour les hamburgers McDonald's.

Chez Ubisoft, on minimise la portée de l'initiative : " Il ne s'agit que d'une opération promotionnelle de notre filiale américaine, à l'occasion du Labor Day aux Etats-Unis", explique un porte-parole.

Certains, comme Laurent Michaud, de l'institut français Idate, soupçonnent cependant Ubisoft de tester un modèle économique nouveau dans l'univers du jeu vidéo, basé sur la génération de revenus publicitaires et la gratuité pour les joueurs. " Cette mutation irait dans le sens de l'histoire. En diffusant gratuitement leurs jeux, les éditeurs augmenteraient considérablement le nombre de joueurs potentiels et pourraient d'autant mieux valoriser leurs produits auprès des annonceurs publicitaires", selon M. Michaud.

Ce modèle publicitaire s'est imposé sur l'Internet. Il a été adopté avec succès des poids lourds comme Google ou Yahoo !. Il s'agit, en offrant des services gratuits aux internautes (courriel, partage de vidéo, moteur de recherche...), de générer des audiences propres à attirer les annonceurs.

Pour l'heure, les grands éditeurs de jeux vidéo pour PC ou pour consoles, se rémunèrent encore essentiellement en faisant graver leurs jeux sur des CDRom puis en les vendant via des chaînes de distribution spécialisées.

Mais l'insertion de publicités dans les jeux est de plus en plus fréquente. Il peut s'agir de réclames placées dans le "paysage" d'un jeu comme elles peuvent l'être dans un univers bien réel (panneaux publicitaires le long d'un circuit automobile, d'un stade de foot ou dans une rue...), d'objets de marque que le joueur peut croiser au cours d'une partie ou utiliser afin de progresser dans le jeu...


NE PAS "NUIRE AU PLAISIR"


Selon une étude du cabinet américain Park Associates, les montants dépensés par les annonceurs dans les jeux pourraient atteindre 805 millions de dollars en 2012.

Chez Ubisoft, un département est désormais consacré aux ventes d'espaces auprès des annonceurs. Dans son jeu Splinter Cell, le téléphone mobile dont se sert Sam Fisher, l'agent secret, pour mener à bien ses missions est un Sony Ericsson... "Nous n'insérons aucune publicité qui pourrait nuire au plaisir du jeu. Au contraire, il faut qu'elle contribue à augmenter son réalisme", assure François Denoeux, responsable média et partenariats d'Ubisoft.

Pour l'instant, officiellement, ces revenus publicitaires (de quelques dizaines à quelques centaines de milliers d'euros chez Ubisoft) sont réinvestis dans le développement des jeux. Pas question d'en faire une source principale de revenus.

C'est pourtant la stratégie que commencent à adopter des éditeurs de jeux "massivement multi-joueurs" (auxquels peuvent jouer un grand nombre de participants simultanément sur Internet). Certains ajoutent aux revenus publicitaires la vente d'objets "virtuels" (nouveaux avatars, armes...). Du coup, l'accès à des jeux comme "Habbo Hotel", "Fly For Fun", le désormais fameux "Second Life" (environ 8 millions de "résidents") ou le coréen "Kart Rider" (environ 15 millions de participants) est gratuit...

Cécile Ducourtieux



Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet UBISOFT ENTERTAIN

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer