Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

TF1
5.0400 (c) EUR
-0.79% 
indice de référenceSBF 120

FR0000054900 TFI

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    5.0500

  • clôture veille

    5.0800

  • + haut

    5.1000

  • + bas

    4.8800

  • volume

    501 884

  • valorisation

    1 060 MEUR

  • capital échangé

    0.24%

  • dernier échange

    30.10.20 / 17:35:20

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    4.7880

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    5.2900

  • rendement estimé 2020

    3.68%

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    12.94

  • dernier dividende

    0.4 EUR

  • date dernier dividende

    29.04.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet

TF1 : jdf 19-01-08

Profil supprimé
19 janv. 200807:04

LE JOURNAL DES FINANCES - N° 6268 - 19/01/2008- PAGE 17
L'enquête
Audiovisuel
Qui seront les gagnants de la réforme du secteur de l'audiovisuel ?
LAURE BURRUS
L'annonce de la suppression de la publicité sur le service public offre de nouvelles perspectives aux chaînes privées et aux sociétés Internet

Le 8 janvier, à l'occasion des voeux, Nicolas Sarkozy a annoncé la suppression de la publicité sur France Télévisions.

Après l'effet de surprise, cette annonce a soulevé de nouvelles interrogations, alors que le ministère de la Culture a entamé des réflexions sur une vaste réforme du secteur audiovisuel.

Ce dernier a bien besoin d'un nouveau souffle. Après une année 2007 difficile, les perspectives 2008 ne sont pas encourageantes. En Bourse, les titres des principaux acteurs concernés ne brillent guère. Le grand dépoussiérage du Paysage audiovisuel français (PAF) sera-t-il suffisant pour revitaliser les valeurs audiovisuelles ? Et qui seront les grands gagnants de la nouvelle répartition des recettes publicitaires ?

Quelles mesures propose le gouvernement pour réformer le PAF ?

Fin juillet, Nicolas Sarkozy a mandaté la ministre de la Culture, Christine Albanel, pour une remise à plat de la réglementation de l'audiovisuel.

Plusieurs grands chantiers ont été ouverts. Les relations entre diffuseurs et producteurs indépendants devraient être assouplies. Aujourd'hui, les chaînes de télévision sont contraintes d'investir 11 % de leur chiffre d'affaires dans la production indépendante. Mais elles n'en possèdent pas les droits patrimoniaux pour autant.

Christine Albanel souhaiterait aussi assouplir la réglementation de la publicité, avec le passage de l'heure mobile à l'heure d'horloge et avec une seconde coupure publicitaire. Cette mesure favoriserait en particulier TF1 et M6. Enfin, le seuil de détention du capital d'une chaîne hertzienne par un même actionnaire privé est remis en cause. Ce seuil, qui s'élève actuellement à 49 %, empêche toute concentration dans le secteur.

Enfin, la cerise sur le gâteau a, bien entendu, été l'évocation de la suppression de la publicité sur les chaînes publiques.

Actuellement, diverses commissions réfléchissent sur ces sujets. Elles n'ont pas encore rendu leurs conclusions, mais certaines sont attendues fin janvier, pour une application au deuxième trimestre 2008.

Comment va évoluer France Télévisions sans les rentrées publicitaires ?

Rien n'est encore décidé. La fin de la publicité sur France Télévisions constitue un manque à gagner estimé entre 830 millions et 1 milliard d'euros, auquel s'ajoutent près de 300 millions de coûts supplémentaires pour développer de nouveaux programmes, selon une étude d'ING.

Le coût de la grille devrait donc progresser de 15 %. Même avec une économie de 50 millions de coûts de régie, il reste un peu plus de 1 milliard à trouver.

Une privatisation semble improbable. Une hausse de la redevance, qui est la plus basse d'Europe, à 116 euros par foyer, a vaguement été évoquée. Le Sénat est également favorable à une hausse de 4 euros de la redevance en 2008, ce qui générerait 68 millions de chiffre d'affaires supplémentaires pour le service public, selon les analystes d'Oddo. Mais cette mesure est très impopulaire.

Nicolas Sarkozy a aussi évoqué la mise en place d'une taxe sur les recettes publicitaires des chaînes privées et sur les chiffres d'affaires des nouveaux moyens de communication pour financer le manque à gagner des chaînes publiques. Une taxe sur chaque poste de télévision acheté est une piste aussi envisagée.

Quelles chaînes de télévision vont profiter de la réforme de France Télévisions ?

Les deux chaînes TF1 et M6 devraient récupérer 30 % de la cagnotte publicitaire. C'est surtout TF1, avec 54 % des parts de marché publicitaires et un Audimat proche de celui de France Télévisions, qui bénéficiera de la suppression de la publicité sur le service public. Selon diverses estimations, le chiffre d'affaires additionnel de TF1 devrait être compris entre 109 et 165 millions d'euros. Il est estimé à près de 44 millions pour M6.

ING juge l'impact sur les bénéfices nul, même si la disparition de la régie concurrente entraîne des baisses de coûts et une hausse de la tarification publicitaire. Moins conservateurs, divers analystes estiment les bénéfices opérationnels supplémentaires entre 40 et 90 millions d'euros pour TF1 et de l'ordre de 35 millions d'euros pour M6.

Les autres médias en profiteront-ils aussi ?

Tous ne sont pas également concernés. La presse d'annonces, comme Spir Communication, ne devrait pas profiter de la situation. Par ailleurs, l'étude publiée par le CIC estime à 56 millions d'euros le chiffre d'affaires supplémentaire que les radios se partageraient, plutôt en faveur de Nextradio TV (BFM, RMC, BFM TV). NRJ Group devrait également en profiter, mais dans une moindre mesure.

Enfin, les sociétés Internet devraient se partager près de 50 % des budgets publicitaires abandonnés par France Télévisions. Mais il est difficile de faire des prévisions sur ce secteur très atomisé

Les agences publicitaires seront-elles touchées ?

La situation oligopolistique des diffuseurs hertziens risque de générer une hausse des tarifs publicitaires qui nuirait à la croissance des investissements et évincerait les annonceurs disposant de budgets plus faibles.

Cela se traduirait alors par des pertes de contrats pour les agences de publicité. Mais l'étude du CIC se veut rassurante, « les agences de publicité ne devraient pas souffrir, la frilosité des annonceurs devrait être compensée par le besoin de conseil dans un environnement médias différent ».

Ces mesures seront-elles suffisantes pour redynamiser le secteur des médias ?

Non. Certes, ces réformes sont très attendues car elles font sauter les verrous qui empêchent les groupes audiovisuels de se développer.

Toutefois, le seul dépoussiérage de l'environnement législatif ne sera pas suffisant si ces sociétés n'adaptent pas leur modèle économique à une réalité changeante. Elles doivent développer des relais de croissance dans de nouveaux médias (TNT, Internet, Télévision mobile personnelle...) pour réduire la dépendance aux revenus publicitaires aléatoires.

NOTRE CONSEIL

Les valeurs de l'audiovisuel n'ont guère la cote auprès des investisseurs et sont faiblement valorisées. Chaque effet d'annonce sur le secteur provoque des poussées spéculatives. Sur TF1 (code : TF1, Comp. A, SRD), nous sommes à l'achat spéculatif avec un objectif de 20 euros. Nous recommandons aussi M6 (MMT, Comp. A, SRD), dont le titre offre un rendement de plus de 6 %. Notre objectif de cours est de 20 euros. Nous sommes passés à l'achat sur Nextradio TV (NXTV, Comp. B) avec un objectif de 24 euros. Nous restons à l'écart de Spir Communication, NRJ Group et Lagardère. Les valeurs de l'audiovisuel subissent le désaveu des marchés, mais elles sont susceptibles de rebondir à chaque effet d'annonce.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • Profil supprimé
    19 janvier 200812:09

    merci

    Signaler un abus

  • M1208066
    19 janvier 200815:01

    Merci :-)

    Signaler un abus

  • Profil supprimé
    19 janvier 200816:05

    patrimoniaux bidons. Ca vaut rien.

    Bon perso je pense que TF1 est sous-valorisée mais c'est que mon avis.

    Signaler un abus

Retour au sujet

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer