1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

SMOBY
28.000 EUR
0.00% 
Ouverture théorique 0.000

FR0000060154 SMO

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    28.000

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • valorisation

    0 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    26.06.08 / 08:14:17

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet SMOBY

SMOBY : Dernier article du progres!

ciclone
08 juin 200820:36

Article du jeudi 5 juin 2008

Smoby Toys : la positive attitude


Thomas Le Paul, directeur général de la nouvelle entité, est confiant. Après avoir réembauché soixante-neuf personnes, il ne compte pas s'arrêter là Mise au point après trois mois de reprise par le groupe Simba/Ecoiffier


>> Vous avez pris vos fonctions de directeur général de Smoby Toys début avril. Comment cela s'est-il passé ?
Lorsque Michael Sieber, le p.d.g. de Simba, pour qui je travaillais depuis trois ans en Italie, m'a proposé le poste de directeur général de Smoby, ici à Lavans-lès-Saint-Claude, j'ai eu une vive appréhension, face à l'ampleur de la tâche. Je savais que la situation serait compliquée et qu'il me faudrait la gérer au mieux tout en poursuivant mes fonctions en Italie.
Si, aujourd'hui, j'effectue toujours les navettes entre les deux pays, je commence malgré tout à y voir plus clair.
>> Et que voyez vous ?
Malheureusement qu'il y a le feu partout ! Et qu'il est très difficile de gérer autant de groupes, avec des conventions collectives différentes. Certaines filiales étaient sous convention jouets, d'autres plastique, ce n'est vraiment pas évident.
Mais il y a une véritable force au sein de Smoby Toys, qui réside dans la volonté des employés à produire des jouets de qualité et innovants et surtout de travailler tous ensemble au sauvetage de l'entreprise.
>> Quels sont
vos priorités
à court terme ?
Relancer la production, travailler sur de nouveaux produits, rétablir la confiance avec les clients mais aussi avec les employés, qui ont subi un plan social très lourd. C'est pourquoi nous lançons plusieurs chantiers en même temps. Il nous faut tout d'abord choisir une convention qui soit collective au sein de Simba Toys. Les salariés feront ainsi partie d'une seule et même entreprise et aura une vision claire sur le travail de chacun. Pour ce faire, nous avons repris les discussions avec les syndicats, ce qui ne se faisait apparemment plus au sein du groupe. La deuxième chose est de réussir à constituer une vrai politique de ressources humaines qui manquait ici : il y avait beaucoup trop de doublons de postes, pour lesquels nous avons du faire des choix douloureux.
>> Des choix sur lesquels vous revenez puisque
69 personnes ont déjà
été réembauchées ?
C'est vrai, nous nous sommes trompés sur le plan social, en croyant que la production pourrait se faire avec la moitié moins de personnel (soit 329 personnes) et nous acceptons de reconnaître nos erreurs. C'est pourquoi toutes ces personnes ont, par l'intermédiaire de la cellule de reclassement, été recontactées une à une pour revenir travailler avec nous. Et cela ne s'arrêtera pas là. Nous lançons une nouvelle campagne de réemploi pour trente personnes au moins. Ce qui portera le nombre des salariés à 420.
>> Dans quelles conditions ont été reprises toutes
ces personnes ?
Il y a deux catégories de reprises. Celles effectuées pendant la période de préavis, (1er avril/1er juin) et pour lesquelles nous avons simplement annuler les procédures de licenciement. Et celles que nous effectuerons à l'avenir et pour lesquelles, par contre, il faudra réaliser de nouveaux contrats. En revanche, tous sont repris en contrat à durée indéterminée.
>> Quels sites bénéficient de ces réembauches ?
Le site d'Arinthod, qui avait été le moins touché, celui de Groissiat, qui avait lui subi de nombreuses pertes et que nous espérons faire tourner avec 40/45 personnes, puis celui de Lavans-lès-Saint-Claude. Il n'était pas question de rouvrir l'atelier de production mais nous avons des besoins dans d'autres services (après-vente, comptabilité, etc.). Pour l'instant, il n'est pas nécessaire de reprendre du personnel sur le site de Moirans, qui n'avait été que très peu touché par les licenciements.
>> Parlons productions. Où en sont celles
de Smoby Toys
et de ses filiales ?
Nous avons fait des choix sur les lignes de produits et annuler certaines commandes d'été, pour pouvoir assurer la production de Noël. Les clients ont plutôt bien réagi à nos décisions. Et si cela implique, pour nous, une baisse de notre chiffre d'affaires pour 2008, je pense que nous arriverons aux 100 millions espérés. Côté filiales, toutes devraient reprendre : celles de Simba, pour la distribution dans les autres pays européens et celles de Smoby en Allemagne, en Angleterre et en Espagne. Nous créons une nouvelle entité en Italie.
>> Conservez-vous
pour travailler
les mêmes sous-traitants que Smoby ?
L'objectif de Simba n'a jamais été d'envoyer sa production en Roumanie ou dans un autre pays. Nous avons investi ici, nous travaillerons ici. Les sous-traitants ont été recontacté notamment pour l'assemblage des produits et si, 2008 sera une année, nous le savons, difficile pour eux, ensemble nous réussirons 2009 et 2010.
>> Vous semblez confiant en l'avenir ?
Oui, je le suis. Smoby a réalisé par le passé de très bons chiffres d'affaires, et bénéficie d'une bonne notoriété, donc si nous améliorons la production, les flux logistiques et que nous évitons les gâchis en tout genre, nous réussirons cette reprise. Ce qui avait plu à M. Sieber était la créativité des designers de Smoby et cette année encore ils nous ont inonder de nouveaux produits. Cela va sans aucun doute contribuer à mener à bien l'objectif de Michael Sieber : créer un vrai leader européen du jouet, avec toutes les synergies que cela implique et qui profitera à tous ses employés. Mais il faut se montrer patient, tout ne va pas changer en un clin d'oeil.
>> Le tribunal a reporté au 13 juin, l'audience pour la reprise des Ets Monneret. Le même jour, il étudiera la suite du dossier Smoby.
Vous y intéressez-vous ?
J'ai bien d'autres soucis que de m'occuper de la liquidation du vieux Smoby. Nous avons été priés, par le président du Tribunal de commerce, de revoir notre copie pour la reprise des Établissements Monneret, il n'y a que cela qui me préoccupe. Le reste c'est le passé.

Propos recueillis
par Christelle Lalanne


Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

1 réponse

Retour au sujet SMOBY

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer