1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

SMOBY
28.000 EUR
0.00% 
Ouverture théorique 0.000

FR0000060154 SMO

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    28.000

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • valorisation

    0 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    26.06.08 / 08:14:17

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    -

  • Éligibilité

    -

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet SMOBY

SMOBY : LE MONDE:

ciclone
04 mars 200818:27

Le groupe Smoby-Majorette, numéro un français du jouet, fleuron de l'industrie du Jura, récompensé en 2005 par le prix de l'"audace créatrice" remis par Jacques Chirac tourne une page de son histoire. Lundi 3 mars, le tribunal de commerce de Lons-le-Saunier, a désigné le fabricant allemand du jouet, Simba, pour reprendre la société placée en redressement judiciaire en octobre 2007. Son offre a été ainsi préférée à celle de la holding grenobloise Abcia. "Arbeit (au travail) maintenant !", a lancé le président du tribunal de commerce à l'adresse du représentant de Simba après sa décision. Le groupe allemand, dont l'offre est estimée autour de 24 millions d'euros, devra remettre sur pied la société asphyxiée par une dette de 270 millions d'euros à la recherche d'un repreneur depuis plus d'un an.



CHRONOLOGIE
19 MARS 2007 :

le groupe Smoby-Majorette, asphyxié par une dette de 270 millions d'euros, est placé en procédure de sauvegarde et cherche un repreneur.


11 MAI :

le spécialiste américain du jouet MGA Entertainment rachète le groupe jurassien, pour 1 euro symbolique.


9 OCTOBRE :

Smoby-Majorette est placé en redressement judiciaire, le tribunal de commerce de Lons-le-Saunier (Jura) estimant que MGA Entertainment "n'est pas en mesure de présenter un plan de sauvegarde viable".


3 MARS 2008 :

l'allemand Simba est désigné pour reprendre Smoby et s'engage à conserver cinq ans 401 emplois sur 1 080 en France.

[-] fermerPour y parvenir, la casse sociale est inévitable. Simba, basé à Fürth, à quelques kilomètres de Nuremberg, s'est engagé à conserver pendant cinq ans 401 emplois sur les 1 080 que compte Smoby en France. A l'étranger, il rachètera uniquement les actifs du groupe français, sans préciser le sort des 1 200 autres salariés. Le fabricant de petites voitures Majorette n'est, lui, pas intégré dans le plan, Simba estimant que son activité est redondante avec celle de ses marques Schuco et Dickie. Les candidats à la reprise de la branche Majorette auront jusqu'au lundi 10 mars pour présenter leur offre au tribunal de commerce.

Le groupe allemand compte conserver le siège social de Smoby, rebaptisé "Smoby Toys" dans la région du Jura, y maintenir l'outil de production, et mettre à la tête de cette nouvelle société l'un de ses managers français. "Il y a beaucoup de travail à faire mais nous sommes prêts, nous allons redonner à Smoby une image positive", assure Uwe Weiler, le directeur opérationnel de Simba. Ce dernier estime que les déboires de Smoby sont surtout liés aux acquisitions menées par le groupe ces dernières années. Alors que l'industrie du jouet était fragilisée par la concurrence asiatique, Smoby a accumulé les dettes pour s'emparer de Majorette, en 2003, et Berchet, en 2005. "Les sociétés se sont empilées sans synergies", juge M. Weiler.

"UNE CATASTROPHE POUR LA RÉGION"


Pour la région l'arrivée de Simba est à la fois un soulagement et un désastre. L'allemand est censé mettre fin aux déboires de Smoby qui, pour la plupart des habitants de la région, n'ont que trop duré. Depuis mars 2007, date à laquelle la société a demandé à être placée en procédure de sauvegarde, le groupe s'est enlisé dans la crise.

En octobre 2007, son ancien PDG, Jean-Christophe Breuil, petit-fils du fondateur, a été soupçonné de détournement de fonds, et fait depuis l'objet d'une information judiciaire. Enfin, en février, l'américain MGA Entertainment, qui avait acquis la société quelques mois plus tôt pour 1 euro symbolique, a jeté l'éponge, après avoir été jugé par le tribunal de commerce incapable d'assurer la viabilité du groupe français.

Pour la plupart des salariés le choc est toutefois dur à encaisser. Certains préféraient à Simba l'offre d'Abcia. La holding à la tête d'une douzaine de PME basées dans l'Ain et le Jura, offrait quelques millions d'euros de moins mais prévoyait de conserver 100 emplois de plus pour reprendre Smoby. "C'est l'argent contre l'emploi qui a primé", regrette ainsi Jean-Louis Berchet, président de la Fédération française du jouet.

Sans privilégier l'une ou l'autre des offres, Gérard Bailly, sénateur et président (UMP) du conseil général, estime aussi que la décision du 3 mars "est une catastrophe pour la région". A Oyonnax, Arinthod, Lavans-Lès-Saint-Claude et Moirans-en-Montagne, communes du Jura et de l'Ain, Smoby, né en 1924, faisait vivre les employés de Berchet, Ecoiffier, Majorette mais aussi toute une kyrielle de sous-traitants. "Un emploi sur trois était lié directement ou indirectement à Smoby", indique un Jurassien. M. Bailly mise maintenant sur "ceux, y compris les anciens cadres de Smoby, qui auraient la bonne idée de créer leur PME", et sera prêt à les encourager. Il compte pour cela réclamer l'aide des pouvoirs publics pour abonder le plan de "revitalisation du Jura" de 58 millions d'euros lancé en 2005.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet SMOBY

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer