1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

OL GROUPE
3.100 (c) EUR
+0.98% 

FR0010428771 OLG

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    3.100

  • clôture veille

    3.070

  • + haut

    3.120

  • + bas

    3.060

  • volume

    22 591

  • valorisation

    180 MEUR

  • capital échangé

    0.04%

  • dernier échange

    15.10.19 / 17:28:30

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    2.950

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    3.250

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    76.00

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    31.10.18

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet OL GROUPE

OL GROUPE : Grand Stade : Objectif, 70 M de revenus

innalu
31 mars 201511:41

Grand Stade : « Objectif, 70 M de revenus matchday annuels à l'horizon cinq ans » (Jean-Michel Aulas)
Paris - Publié le mardi 24 mars 2015 à 12 h 59 - Interview n° 37369 « On estime pouvoir atteindre 50 M de revenus matchday dès la première année d'exploitation du Grand Stade et on espère dans ce business plan tendre à 70 M annuels à l'horizon cinq ans », déclare Jean-Michel Aulas, président de l'Olympique Lyonnais à News Tank, le 24/03/2015.

« Nous allons finir la saison à 34-35 000 spectateurs de moyenne. Quand on regarde en France, Lille ou Nice ont plus que doublé leur potentiel avec leurs nouveaux stades. Nous ne pourrons pas doubler notre affluence, donc nous gérerons la pénurie », explique le président de l'OL qui promet « une inversion de la pyramide : avant, 80 % des recettes étaient faites en BtoC. Cinq ans après la livraison du nouveau stade, au Bayern Munich, à Arsenal ou aux Dallas Cowboys, le chiffre d'affaires BtoB représente 80 %. »

L'enceinte de 59 000 places proposera 25 000 connections simultanées et s'insérera dans le Parc Olympique Lyonnais, proposant de multiples activités et ayant pour objectif d'accueillir près de 4 millions de visiteurs par an. Le club espère pour le stade un naming de l'ordre de 100 M sur 10 à 15 ans.

« En principe, le stade devrait être remboursé en 30 ans. Mais aujourd'hui, on voit que le Bayern a remboursé avec 18 ans d'avance, en moins de 10 ans. (…) Quelle est la véritable valeur du club, une fois que le stade sera livré ? On peut regarder la valorisation de clubs comme Arsenal, le Bayern ou Manchester. Voilà notre modèle économique ! »

Jean-Michel Aulas répond aux questions de News Tank.
Demande de test

Fiche n° 1729, créée le 11/02/14 à 15:35 - MàJ le 23/02/15 à 16:26
Jean-Michel Aulas

Date de naissance : 22/03/1949

Parcours Depuis Jusqu'à
European Club Association (ECA)
Membre du comité exécutif Janvier 2008 Aujourd'hui
Union des Clubs Professionnels de Football (UCPF)
Membre du comité exécutif (Vice-président, chargé de l'économie et des relations institutionnelles, politiques et internationales) Septembre 1992 Aujourd'hui
Ligue de Football Professionnel
Membre du conseil d'administration 1991 Aujourd'hui
Olympique Lyonnais (OL)
Président 1987 Aujourd'hui
Cegid
Fondateur et président 1983 Aujourd'hui
G14 (lobby de clubs européens créé en 2000 et remplacé par l'ECA en 2008)
Président Mai 2007 Janvier 2008


Quand pensez-vous entrer dans le Grand Stade ?

Vinci doit livrer le stade avant le 31/01/2016 Vinci doit contractuellement nous le livrer avant le 31/01/2016. Maintenant, pour des raisons opérationnelles évidentes, nous en avons besoin dès le 01/01/2016. Et pour des raisons affectives, on aurait aimé le présenter au public dès le 08/12/2015, pour la Fête des lumières de Lyon. On a besoin d'être opérationnel en janvier, non pas pour l'Euro 2016, mais pour des problématiques de billetterie, de loges et d'hospitalité, il est important de commercialiser une demi-saison.

Où en êtes-vous des travaux ?

La charpente représente 8 000 tonnes, soit le poids de la Tour Eiffel Vinci a attaqué la charpente début janvier, c'est le point le plus complexe de l'édifice. Ça représente 8 000 tonnes, soit le poids de la Tour Eiffel. Cette charpente a une particularité, elle couvre tout le stade, hors la pelouse. Mais surtout, ce qui est unique en Europe et dans le monde, elle couvre à l'extérieur plus de la moitié du parvis et près de 30 m en partie Nord. C'est une des options marketing et fonctionnelles que nous avions choisie. Les jours de mauvais temps, cela permettra à nos supporters d'être abrités et de continuer à consommer dans les points de vente mis à disposition sur le podium en plus des 40 concessions prévues à l'intérieur du stade.

Grand Stade - © D.R.

Quel événement envisagez-vous pour l'inauguration ?

Pas de match spécifique d'inauguration en janvier 2016 pour des questions de timing Il n'y aura pas de match spécifique d'inauguration en janvier 2016 pour des questions de timing, mais le premier événement sera un match de l'OL, championnat ou coupe. Mais avant ou après l'Euro, il y aura probablement un match entre l'OL et des Brésiliens. Nous sommes en train d'y travailler. Nous avons en revanche déjà arrêté un très grand concert avec une vedette mondiale, en juillet 2016. C'est un stade multifonction, qui aura une pelouse hybride pour permettre d'accueillir du football, mais aussi du rugby. Et nous ferons donc aussi des concerts, les infrastructures de scène sont prévues et n'empiéteront pas sur la pelouse, elles s'insèrent dans le virage nord.

Maintenant, ce serait bien de pouvoir organiser une manifestation le 08/12/2015, avec un spectacle son et lumière. Je verrais bien Jean-Michel Jarre, car c'est quelqu'un que j'admire et c'est un Lyonnais ! Une manifestation de ce type aurait le mérite de ne pas être sportive.

Avec le Grand Stade, vous allez passer d'une capacité de 39 000 places à près de 59 000. Quels sont les outils que vous allez mettre en place pour faire en sorte que le taux de remplissage soit le plus important possible ?

Avant, 80% des recettes étaient faites en BtoC Nous avons fait un benchmarking international. Le process initial a été vu avec un cabinet de conseil (McKinsey), qui a fait le tour de toutes les grandes enceintes mondiales. Nous travaillons également avec G2 Strategic en tant que club pilote dans le cadre de la mission nationale menée par la LFP, afin d'analyser en détail tout ce qu'il fallait faire pour commercialiser nos différentes offres. Ce qui est principalement ressorti de l'analyse marketing des stades de ce type est qu'il y a une inversion de la pyramide. Avant, 80 % des recettes étaient faites en BtoC. Cinq ans après la livraison du nouveau stade, au Bayern Munich, à Arsenal ou aux Dallas Cowboys, le chiffre d'affaires BtoB représente 80 %.

Nos cibles BtoB se trouvent à Londres, Paris, Bruxelles ou Genève On veut gérer la pénurie. Pour cela il faut changer de cible marketing. Pour la partie BtoB, nos cibles se trouvent à Londres, Paris, Bruxelles ou Genève. On ne va pas priver nos supporters de places, mais on va chercher un potentiel de places et de ressources en créant de nouveaux produits qui n'existaient pas avant.

La capacité d'hospitalité va passer de 1 800 places à plus de 6 000 La capacité d'hospitalité va passer de 1 800 places à plus de 6 000. Et on a encore 8 000 places qui peuvent être vendus en BtoB à destination des TPE, des professions libérales, ou des artisans. Ce sont des places sèches, avec une hospitalité ponctuelle. Les clients géreront eux-mêmes leurs prestations hospitalité, car il y aura une brasserie à l'intérieur et ils pourront consommer comme ils le désirent. Un tiers des loges est vendu, près d'un an avant l'inauguration. Toute la décoration des loges, des salons, du musée et de la boutique sera effectuée par l'architecte d'intérieur argentin Marcelo Joulia. Nous accordons un soin important à l'ensemble de ces aspects.

Quelle est votre approche sur la partie BtoC ?

Nous avons aussi fait évoluer la cible. Nous avons le potentiel, à l'image du Bayern ou Arsenal, car on va capter des supporters sur toute la région par les fonctionnalités innovantes qu'on offrira. Cette nouvelle segmentation ne sera pas un frein pour conserver nos supporters actuels. Le stade aura 2 000 toilettes, des ascenseurs, des escalators. Toute femme qui vient avec ses enfants a sa place protégée, sécurisée.

Aujourd'hui nous vendons près de 50 % de nos billets via le e-commerce On fera du Yield management. On a même commencé à le faire sur Gerland. La politique de prix de vente n'est donc pas la même du début à la fin de la commercialisation d'un billet. On pourra y associer des services. Ça nous permettra également de développer le e-commerce. Aujourd'hui, nous vendons près de 50 % de nos billets via le e-commerce.

Nous allons finir la saison à 34-35 000 spectateurs de moyenne. Quand on regarde en France, Lille ou Nice ont plus que doublé leur potentiel avec leurs nouveaux stades. Nous ne pourrons pas doubler notre affluence donc nous gérerons la pénurie.

Affluences moyennes de l'OL


Clubs européens Ligue 2008-09 2009-10 2010-11 2011-12 2012-13 2013-14
Moyenne 37 395 35 767 35 266 33 067 32 086 34 414
Olympique Lyonnais Ligue 1 37 395 35 767 35 266 33 067 32 086 34 414
1 à 1 sur 1
1

Accéder à l'indicateur dans le datacenter

Donc vous être très confiant sur votre capacité à remplir le stade ?

Oui, je suis serein. Il y a cinq ans, quand on a présenté le modèle économique du stade, tout le monde nous a dit que ce n'était pas possible. Le mal français, c'est qu'on veut faire différemment de ce qui fonctionne ailleurs dans les grands pays européens.

Comment définiriez-vous l'expérience que vous allez proposer à vos spectateurs ? Quelle est l'importance de la connectivité dans le parcours client ?

Il n'y aura pas d'argent liquide dans le stade La connectivité, c'est essentiel ! Il n'y aura pas d'argent liquide dans le stade. On aura nos propres cartes, notre propre gestion de la consommation, de la commercialisation et des files d'attente. Il faut savoir que jusqu'à maintenant, on ne peut pas servir plus de 10 % de nos clients à la mi-temps des matches. Notre ambition est de servir toute personne qui veut consommer. Elle pourra par exemple, passer sa commande durant la première mi-temps, elle saura où elle va trouver son sandwich et elle ne fera pas la queue pour le récupérer ou le payer. On a déjà acquis un droit à consommer sur nos propres cartes bancaires, donc vous achetez pour 50 euros et vous débitez et rechargez depuis le site car nous aurons une agence bancaire au stade.

Nous serons le seul stade en France à proposer 25 000 connections simultanées Vous pourrez tout faire depuis votre smartphone. Nous serons, je pense, le seul stade en France à proposer 25 000 connections simultanées, à l'instar de ce qui se fait à Santiago-Bernabeu, à l'Arena d'Amsterdam ou à Wembley. Nous travaillons sur ce système avec Orange qui s'appuie sur la technologie Cisco. Derrière, le software est fait avec Microsoft.

33 kilomètres de gradins On sera capable de vendre une place de parking en plus de la billetterie et de guider le spectateur, à travers un dérivé de Google Map, vers sa place sur le site. Cette solution nous permettra notamment d'éviter le stationnement sauvage. Une fois dans l'enceinte, les fans accéderont à leur trajet depuis leur téléphone. Le podium autour de l'enceinte fera 1,2 km de circonférence et nous avons 33 kilomètres de gradins, donc il est vraiment nécessaire de guider les spectateurs dans le stade. Les statistiques des joueurs ou des ralentis seront directement accessibles via l'application dans le stade. Des tables tactiles seront aussi mises à disposition des clients en hospitalité.

En termes de connectivité, on a souhaité faire travailler les meilleurs spécialistes. On est allé chercher ce qui se faisait de mieux dans les autres stades, mais on a aussi été capable d'amener des choses inédites : le stade des lumières est le premier stade connecté en France.

Quelles infrastructures connexes seront présentes autour du stade ?

Le camp d'entraînement accueillera les équipes professionnelles masculine et féminine Outre le stade, un camp d'entraînement sera présent sur le Parc Olympique Lyonnais. On a trouvé les moyens financiers de le faire, il sera opérationnel après l'Euro 2016. Ce sera un des plus modernes d'Europe. Il accueillera les équipes professionnelles masculine et féminine. Nous disposerons de six terrains, dont un couvert et un synthétique. Il y aura un terrain d'honneur pour l'équipe féminine ou la CFA, avec 1 500 à 2 000 places.

Un hôtel de 150 chambres Il y aura un hôtel de 150 chambres sur le site. Nous venons d'ailleurs d'obtenir le permis de construire. Nous disposerons aussi d'une clinique du sport, nous négocions actuellement avec trois opérateurs, un étranger et deux français. Ce sera un établissement de soin sportif ambulatoire. Nous devrions compter sur 30 lits. Il sera prolongé par un centre de re-athlétisation et remise en forme. Nous y ajouterons un fitness club grand public, qui sera l'un des plus grands centres de la région Rhône-Alpes.

17 000 m2 de bureaux Un centre de loisirs pouvant intégrer différentes offres comme un karting électrique, un centre de foot à 5, un centre de simulateurs de jeux notamment parrainés par les fédérations de golf et de tennis, un centre de squash et badminton, et un bowling seront présents dans le Parc Olympique Lyonnais. Il y aura peut-être d'autres offres dans le futur. Nous espérons que l'ensemble soit opérationnel en 2017. Par contre, nous n'accueillerons pas de cinéma, car nous n'avons pas d'autorisation pour le faire sur le site. Enfin, Vinci Immobilier construira 17 000 m2 de bureaux dans le parc, dont 12 000 après l'Euro.

Le site sera ouvert 365 jours par an Le site sera ouvert 365 jours par an, nous allons créer une animation permanente. Il y aura des restaurants à thèmes, à l'intérieur du site. Une brasserie haut de gamme sera présente, nous discutons avec plusieurs restaurateurs célèbres. Cette brasserie sera sous forme de concession, un peu comme ce que l'on retrouve dans les Disneyland. Elle sera utilisée pour l'hospitalité les jours d'événement et sera ouverte au grand public le reste du temps.

Près de 4 millions de visiteurs par an Le stade disposera d'un auditorium de 300 places qui servira notamment pour les séminaires. On ne vend pas une loge uniquement pour l'Olympique Lyonnais, mais pour tous les événements. Une conciergerie interviendra pour gérer les places des clients. Ce service aura pour objectif de faire en sorte que le stade soit toujours plein. Nous pensons pouvoir accueillir près de 4 millions de visiteurs par an.

Où en êtes-vous concernant le futur naming du stade ?

Un naming e l'ordre de 100 M sur 10 à 15 ans On souhaite un naming cohérent avec ceux des plus grands stades européens de l'ordre de 100 M sur 10 à 15 ans. Ce ne sera ni un naming de PPP, ni un naming d'un stade déjà existant. C'est le naming d'un stade proche des deux aéroports de Lyon, également relié aux deux gares par tramway, et situé en bordure de la Rocade Est (100 000 véhicules / jour). Donc en termes de visibilité, c'est unique.

Celui qui aura le naming pourrait également avoir le sponsoring maillot Celui qui aura le naming pourrait également avoir le sponsoring maillot. Cet annonceur discutera avec un seul interlocuteur, propriétaire du stade et de l'équipe. Nous serons capables de faire du sur-mesure par rapport aux besoins du namer. On ne peut pas comparer notre projet à un naming de PPP avec beaucoup de contraintes et de parties prenantes.

S'il faut attendre 2017, ce sera possible Notre naming est unique et ambitieux. J'espère que le naming sera effectif au 01/01/2016, mais s'il faut attendre 2017, ce sera possible, nous n'avons pas d'urgence. Dans l'équation, il faut que le naming soit là au moment où nous allons re-financer le stade. Avoir son nom associé au plus beau et au plus connecté des stades européens n'est pas anodin. De plus, Lyon est une métropole européenne. Aujourd'hui, on dit que ce qui fait la différence entre une métropole européenne et une ville européenne, c'est le fait d'avoir un stade moderne qui vient d'obtenir, grâce à la candidature de la France, le match d'ouverture et la finale de la Coupe du monde féminine 2019.

Avec qui négociez-vous actuellement ?

Nous avons des discussions précises avec trois groupes, deux français et un étranger.

Sentez-vous une frilosité des annonceurs français ?

La naming a été parfois dévoyé à des prix inférieurs au marché européen. Il convient donc de laisser passer un peu de temps et de mettre en valeur les spécificités du site qui sont uniques en Europe, voire dans le monde. On peut aussi imaginer un namer investi capitalistiquement dans le club.

Et ça, c'est quelque chose qui pourrait vous intéresser ?

Ceux qui n'ont pas vu l'intérêt d'être coté en bourse vont bientôt le voir Oui, bien sûr, d'où toute la différence avec un PPP (Partenariat Public-Privé). Ceux qui n'ont pas vu l'intérêt d'être coté en Bourse vont bientôt le voir. Pour un groupe mondial qui veut se faire connaître, le fait d'avoir son nom dans un parc ultra moderne avec une arena et un club qui va bien marcher, cela a une valeur considérable ! Je peux vous citer 10 sociétés du CAC40 qui peuvent se permettre le naming et qui auraient un ROI colossal. C'est d'une grande puissance en terme de modernité et d'image. Ce serait formidable qu'une grande entreprise française puisse être visible mondialement grâce à ce stade connecté qui est le premier de ce type.

Le Grand Stade de Lyon n'est pas dans la même situation que le stade Pierre-Mauroy de Lille ou le nouveau stade de Bordeaux. N'avez-vous pas peur, en revanche, de vous retrouver dans la même situation que la Juventus, propriétaire de son enceinte et qui n'arrive pas à commercialiser son naming depuis plusieurs saisons ?

Non, ça n'a rien à voir. C'est un stade complètement différent de notre projet. Il est dans un contexte italien où le BtoB n'a pas été suffisamment mis en oeuvre. Nous sommes dans une approche différente. La Juventus a été le premier club à commercialiser son naming en Italie. Il ne vous aura pas échappé que tous les autres grands clubs italiens sont en train de déposer des projets de stades privés.

Vous allez également commercialiser le naming du centre d'entraînement ?

On est en négociation exclusive avec une société Notre camp d'entraînement sera porteur de valeurs. Nous donnons une identité sur la parité en accueillant les garçons et les filles. Mais aussi sur la modernité avec une vision complètement différente, en termes d'expression, de ce que dégagera l'Arena. Là c'est la performance, la parité, la santé. L'annonceur ne va pas uniquement communiquer sur le nom du camp d'entraînement, mais sur l'ensemble des valeurs qui y seront attachées.

Le naming du stade ne va pas neutraliser celui du centre d'entraînement. Je suis très optimiste. On a trouvé, je pense, des gens prêts à investir. On est en négociation exclusive avec une société. Ce contrat permettrait de financer en partie le centre d'entraînement.

Le centre de formation, qui sera à Meyzieu, portera aussi le même nom que le camp d'entraînement.

Dans vos projections, quels sont les revenus matchday que vous allez pouvoir dégager avec le nouveau stade ?

Générer 50 M de revenus matchday dès la première année On est parti sur une estimation qui pourrait atteindre 50 M dès la première année et on espère dans ce « business plan » tendre à 70 M annuels à l'horizon cinq ans.

Faire un naming dans un PPP, c'est souvent le risque de brader son contrat Le modèle économique, c'est aussi le modèle de financement. En PPP, il est difficile de fonctionner. Le LOSC découvre a posteriori la difficulté de ce business model. À Nice, le club ne sait plus comment faire. À Bordeaux, le club a participé au financement, donc il aura plus de marge de manoeuvre …. En plus du coût effrayant, à terme, pour la collectivité, on se rend compte qu'il n'y a pas de modèle de développement pour un club avec ce type de PPP. Les problèmes de gouvernance et de répartition des ressources sont insolubles. Faire un naming dans un PPP, c'est souvent le risque de brader son contrat.

Grand Stade : « Objectif, 70 M de revenus matchday annuels à l'horizon cinq ans » (Jean-Michel Aulas)1/1
Le financement du Stade des Lumières (OL Groupe)

Coût total : 405 M
135 M d'apport en fonds propres
dont 78,3 M sous forme de l'émission d'une obligation donnant accès au capital de la société
112 M d'émissions obligataires
80 M du groupe Vinci
32 M de la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC)
144,5 M de dettes bancaires et location financière
136,5 M de crédit bancaire (11 établissements)
8 M de location financière, France Telecom Lease (Orange Business Services)
13,5 M de revenus garantis pendant la phase de construction

L'investissement sera remboursé après combien d'années ?

Nous allons être amené à faire un re-financement très tôt Sur les 405 M investis, les actionnaires ont apporté 150 M de fonds propres, 112 M ont été apportés par la Caisse des dépôts et Vinci sur 10 ans. Ensuite un pool bancaire de 10 établissements a réuni 136 M dans un « mini perm » sur 7 ans. Ce qui veut dire que nous allons être amené à faire un re-financement très tôt, pour sortir de cette équation.

En principe, le stade devrait être remboursé en 30 ans En principe, le stade devrait être remboursé en 30 ans. Mais aujourd'hui, on voit que le Bayern a remboursé avec 18 ans d'avance, en moins de 10 ans. L'action de l'OL valait moins de 2 il y a moins d'un an. Elle est désormais à 6,5 . La capitalisation d'OL Group est à l'heure actuelle supérieure à 80 M. Quelle est la véritable valeur du club, une fois que le stade sera livré ? On peut regarder la valorisation de clubs comme Arsenal, le Bayern ou Manchester. Voilà notre modèle économique !

Source NewsTank

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

7 réponses

  • M2003523
    31 mars 201513:00

    Bonjour innalu !!
    merci pour ton post tres intéressant
    Petite question dans ton pseudo il y a alu aurais tu aussi des actions Alcatel lucent ??
    Cordialement
    Aller L' O-L

    Signaler un abus

  • innalu
    31 mars 201515:30

    M20,

    Non aucun rapport avec Alu (je me suis fait aussi la réflexion il y a peu).
    C'est les 2 premières lettres du prénom de ma femme, ma fille et moi en fait...

    Signaler un abus

  • M4283072
    01 avril 201511:25

    Bonjour ,
    Effectivement , très intéressant cet article... on peut dire que JM Aulas vise 1 Milliard de capitalisation car Manchester 2 Milliards , Arsenal et Bayern se tiennent à peu près 1 Milliard chacun !!!
    En même temps , ce n' est pas déconnant vu le prix du stade !!!
    Bonne journée à ts

    Signaler un abus

  • innalu
    01 avril 201518:33

    M42 (quelle idée de s'appeler m42 pour intervenir sur le forum OL ! mdr).
    Je pense qu'une valo 2 fois moindre que ce que tu indiques serait déjà énorme.

    Signaler un abus

  • M4283072
    01 avril 201521:56

    Malheureux !!! j'ai pas choisi ...
    Je plaisante pour nos voisins Stéphanois ;- ) qui viennent lire notre forum , j'ai pas mal de copains Verts , mais ce que j' aime ... on se taquine souvent ms jamais de mauvais esprits contrairement à ce que je vois ici des fois ...
    Pour ce qui est de la valo , le stade pèse déjà 400 Millions ... non ?
    Après les résultats sont pris en compte effectivement , mais quand on voit qu'on parlait du rachat de Marseille aux alentours de 200 Millions ,alors que ni propriétaire et pas de résultat , finalement ... qu'en pensez vous ? pas oublié aussi qu'à un moment il y aura forcément dilution ...

    Signaler un abus

  • innalu
    02 avril 201500:58

    Oui tout le probleme vient de l'incertitude quant au niveau de dilution.

    On le voit bien quand on met bout à bout les decla d'Aulas et le reste :

    Refinancement du stade, remboursements des oceane et des osrane, possible entree au capital du partenaire pour le naming.

    Signaler un abus

  • innalu
    14 avril 201516:15

    Je remonte mon post non par nombrilisme mais parce que je considère que cette interview d'Aulas est la plus complète depuis que l'OL est en Bourse et donne un éclairage sur tout un ensemble de questions, fantasmes et autres désinformations (volontaires ou non) que je vois revenir trop souvent depuis quelques semaines sur ce forum.

    Signaler un abus

Retour au sujet OL GROUPE

7 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer