Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets
Retour au sujet WANADOO

WANADOO : Avion

28 août 201416:12

Être alerté quand un billet d'avion baisse, c'est possible

28.08.2014 Par Audrey Fournier


Entre deux sièges de la classe économie, le prix peut varier du simple au triple selon que l'on a réservé au bon ou au mauvais moment.
Qui n'a jamais pesté devant les variations de prix d'un billet d'avion d'un jour à l'autre, voire d'une demi-journée à l'autre ? Rien de plus frustrant que de se sentir le dindon de la farce quand, d'un ordinateur à un autre, les sites de réservation de billets affichent des écarts de prix incompréhensibles sur des vols similaires. Et rien de plus chronophage que de faire la chasse au bon plan en se connectant plusieurs fois par jour et d'un terminal différent pour éviter que l'IP (la « carte d'identité » de l'ordinateur) ne soit repérée par les algorithmes qui fixent le prix du billet en fonction de votre intérêt pour une destination.

Un site s'est donc lancé sur le créneau : Yapta, un moteur de recherche de billets basé sur les prix, propose désormais à ses utilisateurs de leur envoyer une alerte en cas de baisse de prix intervenant dans les 24 heures après l'achat du billet. Si la baisse de prix est supérieure aux frais de modification du billet, Yapta propose alors à l'internaute de le changer.

Ce nouveau service répond à un agacement de plus en plus prononcé des voyageurs, lassés de savoir qu'entre deux sièges de la classe économie, le prix peut varier du simple au triple selon que l'on a réservé au bon ou au mauvais moment. Sur une même catégorie de billets, les compagnies peuvent proposer plus de vingt prix différents.

Et les routards de s'échanger leurs bons tuyaux : après avoir analysé des quantités de statistiques, le moteur de recherche Skyscanner a déterminé qu'il valait mieux acheter son billet en janvier, les prix y sont statistiquement inférieurs d'environ 11 % par rapport à la moyenne. En revanche, ceux-ci explosent en juillet, août et décembre, et ce quelle que soit la date du voyage acheté.

Lire la note de blog : Quand vaut-il mieux acheter son billet d’avion ?
« Tourisme » du billet d'avion

De la même façon, les statistiques collectées et analysées par Yapta pontent les vols sur lesquels la volatilité est la plus élevée, et ceux sur lesquels on peut se permettre d'hésiter. Pour capter une baisse de prix, mieux vaut se connecter en début de semaine, surtout les mardis et mercredis.

Autre astuce : les places en business class ont tendance à baisser en dehors des heures de bureau... quand les business men ne sont pas (ou en tout cas leurs secrétaires) derrière leur ordinateur. Réserver son billet pendant les petites heures de la nuit fait d'ailleurs partie des combines bien connues des voyageurs.

Le coupable ? Le yield management (« gestion du rendement »), qui n'est absolument pas réservé aux billets d'avion. Sur le site de réservation de la SNCF, les prix montent à mesure que le train se remplit, et les franchissements de seuil tarifaires peuvent intervenir plusieurs fois pas jour, surtout s'il s'agit d'une destination très demandée ou d'une période de pointe.

Lire le post de blog : Pourquoi les prix des trains ou des avions varient d'une minute à l'autre

Face à la grogne des clients, et pour éviter le « tourisme » du billet d'avion, les compagnies aériennes se sont elles aussi mises à proposer des solutions. British Airways, par exemple, donne la possibilité de garantir, moyennant une dizaine de dollars, de « bloquer » un prix pendant 72 heures, le temps que l'internaute fasse tourner les moteurs comparatifs, trouve le meilleur prix, et se décide à acheter.

Audrey Fournier

1 réponse

  • 28 août 201416:16

    Il n'y a plus de saison pour acheter un billet d’avion sur Internet. Faut-il vraiment se préoccuper, plusieurs mois à l’avance, de réserver un vol pour les vacances d’été? Oui et non. Le moteur de recherche britannique Skyscanner, spécialisé dans le voyage, a analysé (détails ici) "des millions de vols" achetés depuis trois ans par des internautes domiciliés en France. Les chiffres publiés résultent donc de statistiques, et non de prix pratiqués par les compagnies ni d’intentions annoncées par les voyageurs.

    Bien choisir son vol. © Olivier RazemonLe résultat est précis comme les mathématiques : c’est en janvier que les vols sont vendus au prix le plus avantageux, 11,3% de moins que le tarif moyen, et on rappelle que la date du voyage n'entre pas ici en ligne de compte. Si vous ratez l’opportunité, ou que vos projets estivaux sont encore vagues, il faudra attendre mars, voire novembre, pour bénéficier de prix presque aussi avantageux. En revanche, sans surprise, c’est en août (+25%), en juillet (+20%) et en décembre (+17%) que l’on débourse le plus, quelle que soit la période à laquelle le voyage est prévu.

    21 semaines. Pour autant, il n’est pas indispensable de se précipiter. Certes, selon l’étude de Skyscanner, les prix se révèlent les plus intéressants "21 semaines précédant le départ", soit 4 mois et demi. Mais ce n’est que dans les toutes dernières semaines que la progression s’avère exponentielle. Deux mois avant le voyage, il est encore possible d’obtenir un prix raisonnable. Les internautes qui ont acheté leur billet 4 à 5 mois avant leur départ ont payé 14% de moins que la moyenne et ceux qui s’y sont pris à quelques jours du décollage ont déboursé 20 à 30 % de plus.

    Destinations. La quantité importante des données disponibles a permis une analyse Combien de temps a l'avance? © Skyscannerdétaillée en fonction de la destination, comme le montre l'infographie ci-contre. Pour Casablanca, contrairement au bon vieil adage de Jean de la Fontaine, rien ne sert de partir à point, il faut courir. Pour Bangkok, en revanche, la préparation du voyage est préférable. Un vol pour New York varie entre 441€ (si on l’achète en février) et 774€ (juillet). En revanche, il n’est pas nécessaire de s’y prendre longtemps à l’avance, à condition quand même de ne pas attendre le dernier moment. Les tarifs varient, semaine après semaine, entre 450 et 550€, en fonction de la demande et du yield management (Rafaële Rivais en parle très bien ici) pratiqué par les compagnies.

    Barcelone, sous la pluie. © Olivier RazemonBangkok n’est pas nécessairement une destination plus chère que New York. Il en coûte entre 594€ (mai) et 862€ (juillet). Les autres mois à éviter sont août et décembre, mais le reste de l’année, les tarifs ne dépasseront pas 700€. En réalité, si on excepte la dernière semaine précédant le vol, le prix varie de manière assez imprévisible selon le moment où on l’achète. A -25 semaines, Paris-Bangkok est vendu à 550€, à -15 semaines, le billet passe à 625€, puis retombe à 575€ à – 12 semaines. La variation des tarifs pour Barcelone est plus conforme à ce que l’on imagine. Ils évoluent entre 76€ (janvier) et 120€ (août) et augmentent assez régulièrement à mesure que l’on s’approche de l’échéance.

    La méthode du voyageur. Ainsi, pour disposer de billets au meilleur prix, il ne faut pas seulement choisir le moment Bon vol ! © Olivier Razemonmais adopter une méthode : réserver à l’avance mais pas trop, se montrer flexible, accepter de partir en semaine ou tôt le matin. Enfin, si la société Skyscanner publie une étude de ce genre, c’est logiquement pour être citée par les médias. Voilà qui est fait. L’entreprise propose toute une série d’outils qui permettent au voyageur d’optimiser son achat, et que les internautes avisés trouveront sans aucun mal sur son site.


Retour au sujet WANADOO

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.