1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

LVMH MOET VUITTON
398.200 EUR
0.00% 
indice de référenceCAC 40

FR0000121014 MC

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    397.000

  • clôture veille

    398.200

  • + haut

    399.800

  • + bas

    394.450

  • volume

    381 166

  • valorisation

    201 263 MEUR

  • capital échangé

    0.08%

  • dernier échange

    20.11.19 / 17:38:04

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    386.300

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    410.100

  • rendement estimé 2019

    1.69%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    27.77

  • dernier dividende

    4 EUR

  • date dernier dividende

    25.04.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet LVMH MOET VUITTON

LVMH MOET VUITTON : demande "'exceptionnelle" en Chine-PDG

M934064
05 sept. 201913:47

Louis Vuitton profite d'une demande "'exceptionnelle" en Chine-PDG

Reuterso05/09/2019 à 13:13

BAULIEU-SUR-LAYON, Maine-et-Loire, 5 septembre (Reuters) -

L ouis Vuitton, la marque phare de LVMH LVMH.PA , jouit d'une
demande "exceptionnellement élevée" en Chine, a déclaré à la
presse jeudi le PDG de la griffe, en marge de l'inauguration de
son 16e atelier de fabrication en France.
Première griffe de luxe au monde avec plus de 10 milliards
d'euros de chiffre d'affaires, Louis Vuitton réalise aujourd'hui
un tiers de ses ventes auprès de la clientèle chinoise, en Chine
même mais aussi à l'étranger.

Son dirigeant Michael Burke avait déjà déclaré aux analystes
financiers en juin qu'elle connaissait une croissance "jamais
vue" en Chine et que le pays allait devenir le moteur clé de sa
croissance.

Avec les diverses mesures décidées par Pékin pour favoriser
la consommation intérieure - abaissement des droits de douane,
baisse de la TVA, contrôles aux frontières pour lutter contre
les "daigous", ces acheteurs qui revendent sur des plates-formes
chinoises des produits achetés à l'étranger - les ventes des
grandes marques de luxe décollent en Chine même.

Aujourd'hui, un tiers de la clientèle chinoise de Louis
Vuitton achète dans le pays et cette proportion atteindra
bientôt 50%, avait précisé le dirigeant.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

2 réponses

  • M934064
    05 septembre 201915:55

    Vuitton accélère la cadence de production, reflet du succès du luxe français
    Agefi Dow Joneso05/09/2019 à 15:39

    Beaulieu-sur-Layon (AFP)--Avec une seizième maroquinerie dans l'Hexagone, la maison Louis Vuitton renforce ses capacités de production alors que les sacs de luxe français rencontrent toujours plus de succès, notamment à l'étranger, portant haut la filière du cuir hexagonale.

    C'est en pleine nature, dans une commune viticole du Maine-et-Loire, que la maison Vuitton a planté son dernier atelier: 6.000 m2 tout en transparence, baignés de lumière naturelle pour favoriser le travail des artisans.

    Trois cents salariés travailleront à terme à Beaulieu-sur-Layon, dont une majorité de maroquiniers. Leur particularité: un sur deux n'a jamais travaillé auparavant dans la maroquinerie ou la couture.

    "Il faut trois choses pour être recruté: la dextérité manuelle, la capacité de travailler en équipe car un sac se fabrique à plusieurs, et celle de la transmission", a résumé le PDG de la maison, Michael Burke, lors de l'inauguration du site jeudi, en présence de la ministre du Travail Muriel Pénicaud.

    "On n'a pas de prérequis en termes d'expérience professionnelle. Et l'objectif est de développer la polyvalence des gens", souligne Valérie Dubois, directrice des ateliers France.

    Les profils des nouvelles recrues - très majoritairement des femmes - sont très divers: vendeuse, commerciale, et même agricultrice, à l'instar de Sylviane, 54 ans, qui "avant produisait le cuir" avec son troupeau de vaches, et "maintenant le travaille en faisant des sacs".

    Tel le "Mylockme BB", un des quatre modèles fabriqués à Beaulieu-sur-Layon, vendu 1.690 euros dans sa version en cuir de veau couleur rubis.

    Le salaire des maroquiniers n'est pas communiqué, mais le groupe souligne qu'ils bénéficient d'un treizième mois ainsi que d'un intéressement aux résultats financiers de l'entreprise "qui peut être conséquent".

    Dans l'immense atelier sans cloison, tous les éléments - machines à coudre, tables de travail et étagères stockant morceaux de cuir, fermoirs et bandoulières - sont montés sur roulettes, et donc modulables et mobiles selon les besoins de production.

    "Il n'y a plus de grandes lignes de production comme ça pouvait se faire avant, mais plutôt des petites unités mobiles de 6 ou 7 personnes qui bougent quasiment chaque jour en fonction de ce qui s'est vendu", décrit Michael Burke.

    - "Aucune machine ne peut remplacer la main"

    Et surtout, "il n'y a plus de stock, c'est le grand changement de ces dernières années: nous produisons ce qui a déjà été vendu", met-il en avant.

    "Avant, on basait la production sur des projections, mais le marché devient de plus en plus imprévisible. Désormais nous planifions beaucoup moins, nous sommes plus dans la réactivité et l'agilité, en nous ajustant en temps réel aux changements et aux goûts du marché", indique le PDG franco-américain, né en Allemagne.

    Mais une chose ne change pas au fil des ans, tient à souligner Michael Burke: "la main reste l'élément central, tout comme l'oeil humain, que ce soit pour la coupe des peaux, la préparation du cuir, et puis surtout la couture. Tout est dans les doigts, dans la pression des doigts, et aucune machine n'est capable de faire ça".

    Avec un total de seize ateliers de maroquinerie sur le sol français, Louis Vuitton est à égalité avec un autre mastodonte du luxe, Hermès, "victime" lui aussi de son succès et qui a déjà entamé la construction de deux nouveaux sites de production dans l'Hexagone pour répondre à la demande.

    L'industrie française de la maroquinerie regroupe un total de 22.000 salariés, dont 16.000 sont ouvriers en atelier. Le secteur a réalisé en 2018 un chiffre d'affaires de 3,5 milliards d'euros.

    Ces performances financières tout comme les effectifs sont en constante progression ces dernières années, "grâce aux bonnes performances des entreprises qui produisent des articles de luxe", résume le Conseil national du cuir, confédération des entreprises du secteur, dans son bilan annuel.

    Et pour la première fois en 2018, la filière française du cuir dans son ensemble - de l'élevage des animaux au tannage des peaux, jusqu'à la vente des produits finis - a plus exporté qu'importé, en raison de l'engouement pour les produits de luxe hexagonaux.

    Signaler un abus

  • M934064
    05 septembre 201916:14

    Vuitton accroît ses capacités de production face à la demande chinoise

    Reuterso05/09/2019 à 16:05


    VUITTON ACCROÎT SES CAPACITÉS DE PRODUCTION FACE À LA DEMANDE CHINOISE

    par Guillaume Frouin et Sarah White

    BEAULIEU-SUR-LAYON, Maine-et-Loire (Reuters) - Louis Vuitton, marque-phare de LVMH, a inauguré jeudi sa seizième maroquinerie en France, accroissant ses capacités de production pour pouvoir répondre à une demande toujours explosive de la clientèle chinoise.

    La griffe, qui emploie environ 4.500 personnes dans ses ateliers français, pense embaucher 1.500 personnes supplémentaires d'ici 2022, avec la montée en puissance des maroquineries existantes et l'ouverture prévue de deux nouveaux sites.

    Comme ses concurrents, Gucci (groupe Kering) ou Chanel, Vuitton est porté par une demande chinoise qui ne faiblit pas et qui reste "exceptionnellement élevée" en Chine même, a déclaré à la presse son PDG, Michael Burke, en marge de l'inauguration de cette maroquinerie de Beaulieu-sur-Layon (Maine-et-Loire).

    Ce 4e atelier situé en Pays de la Loire fait de cette région le premier bassin de production industrielle du groupe en France.

    Première griffe de luxe au monde avec plus de 10 milliards d'euros de chiffre d'affaires, Louis Vuitton réalise aujourd'hui un tiers de ses ventes auprès de la clientèle chinoise, en Chine même mais aussi à l'étranger.

    Michael Burke avait déjà déclaré en juin aux analystes financiers qu'elle connaissait une croissance "jamais vue" en Chine et que le pays allait devenir le moteur clé de sa croissance.

    Aujourd'hui, un tiers de la clientèle chinoise de Louis Vuitton achète dans le pays et cette proportion atteindra bientôt 50%, avait précisé le dirigeant.

    RÉACTIVITÉ

    "Ce nouvel atelier correspond à une méthode de travail (...) beaucoup plus agile, spécialisée sur les petites séries et les sacs très complexes", a déclaré Michael Burke jeudi.

    Dépourvu de piliers de soutien et s'ouvrant sur de larges baies vitrées par lesquelles passe la lumière naturelle, il peut être très rapidement transformable pour s'adapter à la fabrication de nouveautés dans des délais restreints.

    Pour rendre la production aussi agile et rapide que possible, les employés sont devenus polyvalents et peuvent passer d'un poste de travail à l'autre.

    Le délai entre une commande passée à l'atelier et la livraison des produits dans les magasins a ainsi été ramené à deux semaines, au lieu de quatre il y a quelques années, et l'objectif est de le réduire à une semaine.

    Pour éviter les stocks d'invendus, la fabrication s'adapte en outre à la demande en fonction des niveaux de ventes dans les magasins. Louis Vuitton préfère ainsi fabriquer peu, au départ, et s'adapter ensuite en fonction de l'évolution de la demande.

    La chaîne logistique, réputée pour son efficacité, permet ensuite de livrer les magasins en deux ou trois jours, grâce à une dizaine d'entrepôts répartis dans le monde.

    Comme ses concurrents, Louis Vuitton veut limiter autant que possible ses invendus et pouvoir, à terme, tout recycler, face aux exigences d'une clientèle de plus en plus sensible aux questions environnementales.

    Il recycle déjà les pièces en métal et quasiment tous ses produits en cuir.

    La griffe compte aussi trois sites production aux Etats-Unis, dédiés au marché américain, et plusieurs en Espagne, pour la petite maroquinerie. Elle détient aussi deux sites, en Roumanie et au Portugal, spécialisés dans la fabrication de pièces détachées comme les boucles de sacs.

    Elle a encore recours, pour une petite part, à des maroquiniers français sous-traitants, ainsi qu'à des fabricants tiers en France et en Italie pour sa célèbre toile monogrammée.

    Signaler un abus

Retour au sujet LVMH MOET VUITTON

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer