Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Forum

LATECOERE
0.5520 (c) EUR
-0.36% 

FR0000032278 LAT

Euronext Paris données temps réel
Chargement...
  • ouverture

    0.5520

  • clôture veille

    0.5540

  • + haut

    0.5550

  • + bas

    0.5460

  • volume

    127 476

  • capital échangé

    0.02%

  • valorisation

    293 MEUR

  • dernier échange

    26.10.21 / 17:35:20

  • limite à la baisse

    0.5250

  • limite à la hausse

    0.5790

  • rendement estimé 2021

    -

  • PER estimé 2021

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    21.05.21

  • Éligibilité

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet AVIATION LATECOERE

LATECOERE : a mediter

27 sept. 201018:33

* Dow Jones le 27/09/2010 à 17:45

=DJ PLUS : Latécoère



Ambroise Ecorcheville

DOW JONES NEWSWIRES



PARIS (Dow Jones)--La perspective d'un rachat de Groupe Latécoère SA (LAT.FR) par l'équipementier américain Spirit AeroSystems Holdings Inc (SPR) est plutôt séduisante, même si elle pourrait rencontrer une forte opposition politique.

Pourtant, un rachat de Latécoère par Spirit, évoqué par Le Figaro ce week-end mais non confirmé par le groupe français, ne manquerait pas de pertinence industrielle. Il permettrait à Latécoère de diversifier sa base de clients encore largement dépendante d'Airbus, et à Spirit de prendre son indépendance par rapport à Boeing. Il permettrait également de diversifier la base de coûts de l'équipementier français, essentiellement libellée en euros.

L'opération n'entraînerait pas nécessairement de casse sociale. Latécoère a déjà passé les deux dernières années à réduire drastiquement ses coûts. Le groupe a renoué avec la croissance au deuxième trimestre. Il affiche un carnet de commandes qui représente quatre années de chiffre d'affaires.

Une offre de l'américain pourrait s'avérer mieux disante afin de surmonter d'éventuelles réticences nationalistes, pour le plus grand bonheur des actionnaires de Latécoère. Un point de départ semble être 10 euros par action, soit le prix d'exercice des obligations convertibles obtenues par les banques en mai dernier. Latécoère cote environ 7 euros lundi.

En tout cas, Latécoère devra s'adosser à un autre groupe du secteur. Une cession semble la plus probable, car il n'a guère les moyens de réaliser des acquisitions. Latécoère reste paralysé par une dette nette de 350 millions d'euros fin juin, plus de trois fois supérieure à ses capitaux propres.

Le groupe aura besoin d'argent frais d'ici à 2012 pour rembourser une partie de cette dette actuellement gelée par les banques, mais aussi pour se préparer au renouvellement des futurs remplaçants de l'A320 et du B737 entre 2015 et 2017.

Latécoère lui-même concède qu'il lui sera difficile d'atteindre rapidement la taille critique sans s'allier à un partenaire. Il estime cette taille critique à 1 milliard d'euros, soit plus du double de son chiffre d'affaires 2009 de 450 millions d'euros.

Reste à surmonter les inévitables résistances politiques à une telle opération.

L'Etat français pourrait s'opposer à un passage de ce fleuron français en mains étrangères, notamment dans le secteur stratégique de l'aéronautique et de la défense. La tentative de reprise du site industriel de Méaulte à European Aeronautic Defence & Space Co. NV (EAD.FR) par Spirit en 2008 avait déjà provoqué un tollé politique.

L'Etat français devrait voir dans la consolidation du secteur européen des fabricants d'aérostructures l'occasion de créer un nouveau champion français ou européen. Avec plus d'une quinzaine d'acteurs en Europe, le secteur y entame à peine sa consolidation, alors qu'elle est pratiquement achevée aux Etats-Unis ou au Japon.

L'Etat devrait être d'autant plus réticent à laisser un groupe non-européen racheter Latécoère que le dossier présente une forte composante sociale. Plus de la moitié des 3.650 salariés de l'équipementier aéronautique sont encore en France. Toute plan social en pleine crise économique serait très mal perçue.

Le poids de l'Etat dans cette affaire ne doit pas être sous-estimé. S'il n'est pas directement au capital de Latécoère, il reste incontournable dans celui de EADS qui a en partie financé le sauvetage Latécoère et reste son principal client via sa filiale Airbus.

Une autre façon pour le gouvernement d'envisager le dossier serait au contraire d'ouvrir le capital de Latécoère à un américain, en gage d'ouverture et dans l'espoir que les Etats-Unis ouvrent à leur tour leur marché, par exemple dans le cadre du contrat des avions ravitailleurs de l'US Air Force.

- Ambroise Ecorcheville, Dow Jones Newswires; 33 (0)1 40 17 17 71; ambroise.ecorcheville@dowjones.com



(END) Dow Jones Newswires

3 réponses

  • 27 septembre 201018:45

    Spirit va surtout servir de faire-valoir pour que la pression et l'intérêt montent autour de Latécoère, mais ce serait une très grosse surprise qu'un fournisseur de premier rang d'Airbus et de bien d'autres hisse la bannière étoilée.

    Gadonneix doit savoir ce qu'il fait, et et je pense qu'on n'est qu'au début des rumeurs et tractations dont le but est de consolider D'ABORD en France, ensuite en Europe, enfin et en dernier recours en jetant des ponts au-dessus de l'Atlantique.

    M. Ambroise Ecorcheville va à mon avis très, très loin quand il parle d'articuler la négociation avec Spirit en la conditionnant à une commande de ravitailleurs de l'US Air Force ! Ces dossiers sont totalement disproportionnés...


  • 27 septembre 201019:36


  • 27 septembre 201019:37

    infos radio....latecoere n a pas confirme l information du figaro mais n a pas non plus dementi...


Retour au sujet AVIATION LATECOERE

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.