1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

KERING (Ex: PPR)
549.500 (c) EUR
+1.59% 
indice de référenceCAC 40

FR0000121485 KER

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    542.000

  • clôture veille

    540.900

  • + haut

    549.500

  • + bas

    541.700

  • volume

    196 235

  • valorisation

    69 390 MEUR

  • capital échangé

    0.16%

  • dernier échange

    19.11.19 / 17:36:35

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    533.100

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    565.900

  • rendement estimé 2019

    2.12%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    21.42

  • dernier dividende

    7 EUR

  • date dernier dividende

    02.05.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet KERING (Ex: PPR)

KERING (Ex: PPR) : Opportunité donc >

M934064
29 juil. 201920:23

La sanction infligée en Bourse à Kering paraît trop sévère -

o29/07/2019 à 11:43
,

The Wall Stre et Journal

LONDRES (Ag efi-Dow Jones)--La marque la plus en vue dans le secteur du luxe connaît un coup du frein plus précoce que prévu mais la sanction boursière semble exagérée.

Les ventes de Gucci ont progressé de 13% au deuxième trimestre, à taux de change constants, après une croissance organique de 20% au premier trimestre. Bien que le chiffre d'affaires trimestriel de Kering soit ressorti tout proche des attentes des analystes, le titre a dévissé de 7% vendredi et baisse encore de près de 1,4% ce lundi.

Un affaiblissement de la demande pour Gucci est une source de préoccupation pour Kering, dans la mesure où la griffe a généré 80% du résultat opérationnel du groupe au premier semestre. Ce tassement a surtout été observé aux Etats-Unis et tient notamment à l'appréciation du dollar, qui a poussé certains consommateurs américains à réaliser leurs achats lors de voyages en Europe.

Gucci aurait également pu investir davantage dans le marketing et la modernisation de ses magasins aux Etats-Unis, qui constituent le deuxième plus gros marché du luxe après la Chine.

Kering est désormais la valeur la moins chère parmi les grands noms européens du secteur. Le titre s'échange à 18 fois les bénéfices attendus, soit une décote de 30% -- exclusion faite d'Hermès dont la valorisation dépasse de loin celle de ses concurrents.

Cette décote ne paraît pas justifiée. Kering devrait conserver la plus forte croissance parmi les groupes de luxe cette année, tout en améliorant ses marges. Ses revenus devraient progresser de 13% sur l'ensemble de l'exercice, deux fois plus vite que la moyenne européenne, d'après le consensus d'analystes établi par Factset.

Certes, le ralentissement de Gucci souligne la nécessité pour le groupe dirigé par François-Henri Pinault de se diversifier. Kering doit montrer qu'il peut faire de ses plus petites marques comme Yves Saint Laurent et Alexander McQueen de puissants moteurs de croissance. Avec un levier d'endettement de 2,5 fois l'Ebitda, il dispose également de marges de manoeuvre pour réaliser des acquisitions. Le magazine Women's Wear Daily avait indiqué fin 2018 que le groupe français s'intéressait à la maison Valentino, actuellement détenue par le fonds qatari Mayhoola.

Même si elle mériterait d'être rééquilibrée, la croissance de Kering reste la plus soutenue dans le secteur.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • berna427
    30 juillet 201914:01

    tout celà est bien joli mais en cas de recession les valeurs luxe tres bien valorisées seront les premieres a degringoler

    Signaler un abus

  • M934064
    30 juillet 201915:31

    OU recession ?

    Signaler un abus

  • rip100
    31 juillet 201917:07

    en cas de crise dire que ce sont les valeurs du luxe qui payent en premier, est faux contrairement à ce que vous pensez !

    les premières valeurs à payer sont les valeurs de la Grande distribution, la consommation de masse.

    Et n'oubliez pas une chose, les valeurs du Luxe sont hyper internationalisées, notre cher M.Arnault a commencé un modèle de portefeuille de marque tel que par n'importe quel cycle dans le monde, son groupe doit dégager des marges bénéficiaires, et toutes les autres en font de même comme Hermès !


    Ps: regardez aussi les marques de voiture de luxe qui font des bénéfices même en cas de crise !!!

    Signaler un abus

Retour au sujet KERING (Ex: PPR)

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer