1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

KERING (Ex: PPR)
552.000 (c) EUR
+1.30% 
indice de référenceCAC 40

FR0000121485 KER

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    547.000

  • clôture veille

    544.900

  • + haut

    555.900

  • + bas

    545.500

  • volume

    229 408

  • valorisation

    69 706 MEUR

  • capital échangé

    0.18%

  • dernier échange

    12.12.19 / 17:37:38

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    535.500

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    568.500

  • rendement estimé 2019

    2.10%

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    21.53

  • dernier dividende

    7 EUR

  • date dernier dividende

    02.05.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet KERING (Ex: PPR)

KERING (Ex: PPR) : A LIRE : DJ PLUS: PPR

norfende
07 oct. 200916:11

DOW JONES NEWSWIRES

PARIS (Dow Jones)--Le projet d'introduction en Bourse de CFAO a relancé les spéculations sur un désengagement de PPR de la distribution au profit d'un recentrage sur le luxe et les marques mondiales fortes du groupe, un temps reléguées au second plan par la récession mondiale et la tourmente des marchés financiers.

Mais les investisseurs feraient bien de modérer leurs ardeurs. Car la route vers un éventuel recentrage sur le luxe sera semée d'embûches et en commençant par la cession de CFAO, PPR a sans doute opté pour le plus facile.

Le recentrage du groupe autour de l'univers du luxe avec Gucci et de marques mondiales fortes comme Puma devrait permettre à terme une revalorisation boursière de PPR. Le ratio cours sur bénéfice historique de 12-13 affiché par le titre en Bourse pourrait ainsi approcher ceux du luxe dont la moyenne se situe autour de 20.

Spécialisée dans la distribution automobile et pharmaceutique à destination de l'Afrique et des Dom-Tom, CFAO est de loin la plus dynamique de ses activités de distribution.

Sous réserve des conditions de marché, PPR veut céder le contrôle majoritaire de cette branche valorisée environ 2 milliards d'euros par les analystes. Le produit de l'opération pourrait servir au rachat des 31% que le groupe ne détient pas encore dans Puma, ce qui pourrait lui coûter entre 1 et 1,5 milliard d'euros, ou à saisir des opportunités d'acquisitions dans un marché du luxe mis à mal par la récession.

Mais la marge de manoeuvre du groupe dirigée par François-Henri Pinault est encore limitée. Certes, le bilan est sain avec un endettement net limité à 60% des capitaux propres au 30 juin 2009. Mais la note BBB- affichée par Standard & Poor's est relativement tendue. Pour sa part, PPR a d'ailleurs mis en avant le fait que l'opération lui permettrait de "renforcer encore sa solidité financière".

Avant d'envisager de nouvelles acquisitions dans l'équipement personnel haut-de-gamme, PPR devra donc sans doute commencer par céder d'autres actifs dans la distribution, comme la FNAC, Conforama ou Redcats, que le groupe a déjà assez largement restructurés.

Mais leur valorisation en Bourse ou auprès d'éventuels acquéreurs risque de se heurter à la conjoncture. Ces activités sont particulièrement sensibles à la consommation, qui devrait souffrir dans les prochains mois de la poursuite de la montée du chômage dans les pays développés. Les perspectives économiques sur 2010 restent plus généralement fragiles, ce qui pourrait peser sur les marchés après leur forte hausse des derniers mois. Et compte tenu de conditions de crédit toujours tendues, les acheteurs seront forcément moins nombreux.

Au premier semestre, les activités de distribution ont représenté plus des deux tiers du chiffre d'affaires de PPR mais seulement un tiers de son résultat opérationnel courant, et il ne fait pas de doute que le recentrage permettra de renforcer le profil de rentabilité du groupe. Mais compte tenu de l'importance des cessions à réaliser et des obstacles qui pourraient les retarder, le processus pourrait prendre plusieurs années.

- Ambroise Ecorcheville, Dow Jones Newswires, 01 40 17 17 71, ambroise.ecorcheville@dowjones.com

(END) Dow Jones Newswires

October 07, 2009 10:05 ET (14:05 GMT)

Copyright (c) 2009 Dow Jones & Company, Inc.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet KERING (Ex: PPR)

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer