1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

DELTA PLUS GRP
41.600 (c) EUR
-3.26% 

FR0013283108 DLTA

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    43.900

  • clôture veille

    43.000

  • + haut

    45.500

  • + bas

    41.300

  • volume

    6 582

  • valorisation

    306 MEUR

  • capital échangé

    0.09%

  • dernier échange

    09.04.20 / 17:35:28

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    39.600

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    43.600

  • rendement estimé 2020

    1.96%

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    12.65

  • dernier dividende

    0.6 EUR

  • date dernier dividende

    20.06.18

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet DELTA PLUS GROUP

DELTA PLUS GRP : Un gérant parle de DLTA

arnau357
07 sept. 200911:30

Il parle de quelques sociétés, mais aussi de Delta Plus sur la fin du texte.



Bull Regpt : "Bull est encore achetable" (François Garnier, HMG Finance) Mercredi 19 août 2009

(Tradingsat.com) - Fidèle à son approche contrarienne, François Garnier, co-gérant des fonds Découvertes et Globetrotter au sein de HMG Finance, continue à privilégier les actions aux actifs décotés, que le marché n'a pas (encore) repérées. Et malgré le récent rebond, le contexte offre encore selon lui la possibilité d'investir sur différents thèmes d'investissement.

Tradingsat.com : Comment se comporte le fonds Découvertes depuis le début de l'année ?

François Garnier : Le fonds progresse de 8,76% à fin juillet et bat légèrement le Cac 40. Mais sa performance est inférieure à celle de son indice de référence, le Cac Small 90, qui a gagné 40%. Contrairement aux anticipations du début d'année, les petites valeurs ont davantage profité du rebond que les grandes, mais cette évolution cache de nombreuses disparités. Certaines valeurs ont bien plus progressé que d'autres.

Tradingsat.com : Comment l'expliquez-vous ?

François Garnier : Les hausses se sont faites dans des volumes plutôt réduits. Compte tenu d'une très faible liquidité, il suffit parfois de quelques acheteurs pour doper un cours de Bourse. Deuxièmement, certaines valeurs « à la mode » se sont retrouvées à nouveau très regardées, sans être forcément les plus sous-valorisées : je pense à Hi-Media ou à Meetic par exemple, dont les hausses dépassent 100% depuis le début de l'année. Ou encore Bull qui était en ce début d'année l'une des moins chères de la côte. Le titre est encore achetable à ces niveaux. Sa trésorerie couvre l'essentiel de la capitalisation.

Tradingsat.com : Vous avez d'ailleurs détenu des actions Hi-Media dans le passé, ce n'est plus le cas ?

François Garnier : Nous ne l'avons plus en portefeuille. Je ne trouve pas que la récente acquisition d'AdLink soit très convaincante. On a du mal à en comprendre le sens, un peu comme lors du rachat de Fotolog. Hi-Media utilise de temps en temps son cash pour réaliser des acquisitions dont il est difficile de juger du bien fondé. Nous n'avons pas été totalement convaincus par la communication de la société sur ces deux opérations.

Tradingsat.com : Avez-vous un exemple de valeur très décotée qui n'aurait pas encore rebondi ?

François Garnier : Chargeurs, une des grosses pondérations du fonds Découvertes, qui réalise 192 millions d'euros de chiffre d'affaires dans les films plastique de protection, et des ventes de 221 millions d'euros dans l'entoilage. Sa capitalisation boursière avoisine 50 millions d'euros... Les investisseurs ne sont pas encore revenus sur le titre, notamment parce qu'il n'est pas suivi par les analystes. C'est la preuve qu'il y a encore des opportunités sur le marché.

Tradingsat.com : Vous semblez privilégiez les titres faiblement valorisés plutôt que les valeurs de croissance.

François Garnier : Nous avons en effet une approche « value », mais pas seulement. Nous nous intéressons également aux sociétés en retournement, c'est-à-dire des sociétés encore en perte mais qui peuvent redresser leurs comptes. Chargeurs fait partie des deux catégories. En délocalisant sa production hors d'Europe et des Etats-Unis, la société a très fortement réduit ses coûts. Elle disposera donc d'un fort effet de levier lorsque la conjoncture économique va s'améliorer. Nous jouons aussi le thème des valeurs anti-inflation, via des actifs réels comme l'immobilier, avec une foncière comme Argan par exemple. Le titre capitalise 5 années de loyers sachant que les baux sont signés pour 6 ans et que le parc est entièrement loué. Le risque est faible et le titre offre un beau dividende.

Tradingsat.com : Le rendement est donc aussi un critère important.

François Garnier : Le rendement de certaines sociétés mérite effectivement le détour. Comme celui de France Télécom, proche de 8% alors que l'entreprise offre une forte récurrence de ses cash-flows, et donc une très forte visibilité sur son dividende. Par comparaison, l'emprunt EDF, qui a remporté un grand succès, proposait 4,5%. Il y a aussi des opportunités dans le secteur financier ; nous misons sur les caisses régionales du Crédit Agricole de Centre Loire et de Brie Picardie, pour jouer les rendements élevés, ainsi que la remontée du prix des matières premières agricoles.

Tradingsat.com : Vous croyez au retour de l'inflation ?

François Garnier : Si comme le dit George Sorros, le pire est passé pour l'économie américaine, cela signifie que l'effet des plans de relance va se faire sentir, ce qui veut dire que les montants de cash faramineux promis par les Etats vont entrer dans l'économie. Rappelons par exemple qu'un quart des 800 millions du plan de relance seront débloqués cette année aux Etats-Unis Nous sommes donc probablement à un point bas sur les taux. Ils devraient donc remonter s'il s'avère que l'inflation est bien le seul moyen de résoudre le problème de l'endettement. Elle repartira probablement via les matières premières et se répercutera pas la hausse du coût des biens.

Tradingsat.com : A plus court terme, qu'avez-vous pensé du fort rebond du Cac 40 à 3500 pts.

François Garnier : Ce rebond a été rapide. Il s'est opéré dans un marché assez étroit, alimenté par des bonnes nouvelles provenant des Etats-Unis montrant que le pire est derrière nous. Compte tenu de l'absence de nombreux professionnels sur les marchés, on ne peut donc pas exclure une sorte de « retour à la réalité » à la rentrée. Deux forces vont alors s'exercer. D'un côté, certains gérants qui ont raté une partie de la hausse vont vouloir prendre le train en marche. De l'autre, la rentrée sociale et les annonces de plans sociaux font peser un risque de baisse significatif, sans compter les effets potentiels de la grippe A sur l'absentéisme dans les entreprises.

Tradingsat.com : Est-ce en pensant à la grippe A que vous avec récemment acheté des actions Delta Plus ?

François Garnier : Nous détenons depuis quelques semaines une petite ligne de ce fabricant d'équipement de protection individuelle, un concurrent de Sperian, mais de taille beaucoup plus petite. Avec cette valeur, nous jouons l'augmentation des mesures de la prévention des risques professionnels de façon globale. Mais c'est vrai que la société va bénéficier de l'effet grippe A.

Tradingsat.com : Quels indicateurs regardez-vous pour essayer de deviner la tendance ?

François Garnier : Bien sûr les indicateurs macroéconomiques. Mais on sera surtout attentifs à ce que nous disent les entreprises avec lesquelles je compte multiplier les contacts. Le sentiment des chefs d'entreprise sur leur marché est primordial pour obtenir des indicateurs réels et fiables pour chaque activité. Un exemple concret : on peut estimer que lorsque Michelin verra rebondir ses ventes de pneus aux engins de chantiers, cela signifiera que les plans de relance de la construction commenceront à produire leurs effets.

Propos recueillis par François Berthon

Copyright (c) 2006-2009 Tradingsat.com. Tous droits réservés.


http://www.tradingsat.com/actu-bourse-125139-BULL.html

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

Retour au sujet DELTA PLUS GROUP

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

0.75 +607.55%
61 +1.99%
32.07 -4.67%
15.022 +2.99%
4.285 +43.31%

Les Risques en Bourse

Fermer