1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

NICOX
3.4450 (c) EUR
-0.72% 

FR0013018124 COX

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    3.6000

  • clôture veille

    3.4700

  • + haut

    3.6000

  • + bas

    3.4100

  • volume

    82 936

  • valorisation

    115 MEUR

  • capital échangé

    0.25%

  • dernier échange

    27.03.20 / 17:35:15

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    3.2750

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    3.6150

  • rendement estimé 2020

    -

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    24.04.19

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet NICOX

NICOX : Risque cardio-vasculaire accru par medo

pvailla8
13 févr. 200811:35

Le risque cardio-vasculaire accru par certains médicaments sera bientôt dans tous les esprits.

Les maladies cardio-vasculaires représentent la première cause de mortalité des pays développés. De nombreuses communications de santé public ont lieu tous les jours pour avertir la population des risques à long terme du tabac, de l'hypercholestérolémie, de l'obésité, du diabète, de l'HTA,...
Lorsque la pathologie est acquise par le patient suite à des facteurs de risques individuels le patient ne peut que subir la maladie, même si des médicaments diminuent le retentissement de la pathologie ou ralentissent sont évolution.
Par contre lorsque le risque cardio-vasculaire est augmenté par un traitement, le patient peut se plaindre, les autorités de santé doivent prendre des dispositions pour limiter le risque.

Les laboratoires vont rapidement prendre conscience de l’intérêt de la gestion du risque cardio-vasculaire.
1) Une campagne d’alerte du risque cardio-vasculaire par les pouvoirs publics coûte cher à la collectivité. Le bénéfice peut être retrouvé à long terme par un effet de masse en changeant les habitudes alimentaires, ou d’hygiène de vie ou d’activité sportive.
De nombreuse société se sont engouffrée dans ce créneau (alimentation, salle de sport,…).

2) Interdire un médicament ou limiter son emploi coûte peu à la collectivité, mais coûte cher au laboratoire.
Le bénéfice peut être retrouvé beaucoup plus rapidement. Il s’agit d’une population limitée souvent déjà à risque cardio-vasculaire si bien que le risque est facilement mis en évidence sur cette population suivie.

3) Pour le moment les laboratoires n’ont connu que la destruction de leur potentiel de vente.
Cette population relativement limitée, déjà touchée par le risque cardio-vasculaire est attentive à l’adjonction d’autres risques cardio-vasculaires.
Les médecins sont particulièrement sensibilisés au risque cardio-vasculaire et ne veulent pas qu’on leur reproche d’augmenter le risque de leurs patients.
Montrer du doigt cette population par des résultats d’études défavorables au produit est donc relativement facile et efficace.
Les changements thérapeutiques sont simples, rassurent les médecins et les patients, valident le rôle protecteur des autorités de santé.
Le laboratoire perçoit le retentissement cinglant sur son CA immédiatement (chute du CA d’Avandia de plus de 50%), des articles paraissent dans les revues médicales et dans les quotidiens du kiosque du coin de la rue. La destruction du marketing du laboratoire est très efficace et difficile à remonter (Vioxx, Avandia). Le risque est alors le retrait de la molécule et les procédures contre le laboratoire (Vioxx).
A cela se sont rajouté les interdictions de mise sur le marché (Arcoxia) ou même simplement le risque d’interdiction (suspension du développement des CEPT).

3) La situation est favorable à l’introduction d’un nouveau marketing.
Pour les patients « Nous traitons votre pathologie sans élever votre risque cardio-vasculaire ».
Pour les médecins ils sera en outre préciser « vous n’êtes pas sans savoir qu’au-delà de 50 ans, le risque cardio-vasculaire augmente et qu’il doit être dépister. Prescrivez en limitant ce risque ».
Ce marketing apparaît intéressant car
1) la population y est sensibilisée
2) la population est importante
3) la population à risque cardiovasculaire augmente (population qui vieillit, augmentation du diabète obésité, cholestérol)
4) La population qu s’enrichit rapidement dans les pays émergent est touchée
5) Les autorités de santé y sont particulièrement attentive (le coût pour la collectivité est négligeable, l’amélioration constatée est rapide, les autorités de santé protége le malade,…).
6) Le positionnement sur ce marketing pour les gros laboratoires apparaît séduisant.

Nicox se positionne opportunément sur ce type de marketing. Le message est simple compréhensible la population médicale pour le marketing de congrès y est sensibilisée et devrait y être très réceptive. Les autorités de santé semblent déjà conquises pour ne pas avoir demander d’études supplémentaires au Naproxcinod. Les patients pourraient demander au médecin ce type de médication, le praticien pourrait difficilement leur prescrire une alternative à moindre coût leur expliquant que leur risque cardio-vasculaire est faible.

Au-delà du Naproxcinod la communication sur la limitation du risque cardio-vasculaire en limitant ce que les patients connaissent le mieux, la pression artérielle, apparaît donc fondamentale.
On pourrait peut être savoir avec le Naproxcinod, combien de boites vendues sont gagnées sur ce type de marketing. La limitation du risque cardio-vasculaire par des médicaments qui n’élèvent pas la pression artérielle pourrait être alors un positionnement intéressant. Ce positionnement va bien au-delà du recyclage d’une molécule tombée dans le domaine public toujours mal perçue par l’économie de santé. Ce positionnement va dans le sens de l’amélioration de la prise en charge des patients et de la sensibilisation de la population au risque cardio-vasculaire.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

5 réponses

  • bdodan
    13 février 200811:42

    Dans quelques années, çà fera la queue chez NicOx pour bénéficier de leur techno dans de nombreux médocs !...
    Et nous regarderons le CA s'envoler d'année en année...
    Au plaisir de te lire

    Signaler un abus

  • pvailla8
    13 février 200811:55

    Les patients âgés ont souvent des vaisseaux plus "rigide", plus sensible aux variations de pression.
    Les faibles tensions artérielles sont rares s'ils ne s'agit pas de patients âgés sous anti HTA.
    Lorsque les patients sont sous anti HTA on peut être amené à diminuer leur traitement si la pression artérielle est trop faible.
    Lorsque l'on traite une hypertension il faut aussi veiller à ne pas la faire trop baisser ou trop brutalement la pression artérielle.
    L'association du NO à un médicament pouvait faire craindre des chutes de la pression artérielle, en particulier chez des patients traités par des anti HTA la MAPA a montré qu'il n'en était rien.

    Signaler un abus

  • pbnp
    13 février 200812:00

    ter de jouer son pognon actuellement en biotech

    Signaler un abus

  • M3666810
    13 février 200812:23

    Signaler un abus

  • pvailla8
    14 février 200810:32

    Le marketing du Naproxcinod validerait cette approche du marché.
    La réflexion des laboratoires pourraient rapidement progresser dans ce sens.
    Pour Nicox la diminution du risque vasculaire des produits commercialisés par l'adjonction du NO n'est qu'une partie de ses possibilités de développement.
    L'ophtalmologie n'utilise pas cette propriété
    Les anti-HTA lutte par définition déjà contre le risque vasculaire.
    La dermatologie, l'allergie ou la BPCO sont encore d'autres domaines.
    Le NO-paracétamol pourrait être intéressant par le moindre risque de cytolyse hépatique.
    On le voit les domaines de Nicox sont multiples sans parler des NO-statines ou du NCX 4016 ou de l'action du NO dans les anti parasitaires ou dans les anti infectieux.

    Signaler un abus

Retour au sujet NICOX

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4351.49 -4.23%
1.11685 0.00%
1.892 +7.50%
25.1 -6.59%
32.25 -2.27%

Les Risques en Bourse

Fermer