Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

Forum

AREVA (EX CEA-INDUSTRIE CIP)
30.250 EUR
0.00% 
Ouverture théorique 0.000

FR0004275832 CEI

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    30.250

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • capital échangé

    0.00%

  • valorisation

    432 MEUR

  • dernier échange

    23.05.11 / 17:35:00

  • limite à la baisse

    0.000

  • limite à la hausse

    0.000

  • rendement estimé 2021

    -

  • PER estimé 2021

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    27.04.11

  • Éligibilité

  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet AREVA (EX CEA-INDUSTRIE CIP)

AREVA (EX CEA-INDUSTRIE CIP) : Fukushima: Fusion du coeur dû au séisme

28 sept. 201411:21

Fukusima: Le séisme seul a provoqué la fusion du coeur N°1

Mitsuhiko Tanaka, un ancien concepteur de centrale nucléaire, décrit ce qui s'est passé le 11 mars comme un accident de perte de liquide refroidissement. "Les données que Tepco a rendues publiques montrent une gigantesque perte de fluide de refroidissement dans les premières heures du tremblement de terre. Cela ne peut pas âtre attribué à la perte d'alimentation électrique. Il y avait tellement de dégâts sur le système de refroidissement que la fusion du coeur était inévitable bien avant l'arrivée du tsunami."

La suspicion que le tremblement de terre a causé de sérieux dommages aux réacteurs est renforcée par des rapports mentionnant des fuites radioactives quelques minutes plus tard. L'agence d'information Bloomberg a rapporté qu'une alarme radioactive s'était déclenchée à un mile (1,5 km) de là, à 15h29 c'es à dire avant que le Tsunami ne frappe.

Les tremblements de terre, évidemment, sont fréquents au Japon et ailleurs dans le monde (Chili, Turquie, Californie, etc.).

Témoignages de l'effondrement du réacteur N°1 avant le tsunami
d'après un long article de The independent (Grande Bretagne):

"Quelqu'un criait que nous devions tous évacuer les lieux. Mais j'étais très préoccupé puisqu'on m'a dit et que j'ai pu voir plusieurs tuyaux fracturés grand ouverts, y compris ce que je crois être des tuyaux d'arrivée d'eau de refroidissement. cela signifierait que le fluide de refroidissement ne pourrait pas arriver au coeur. Si tu ne peux pas refroidir suffisamment le coeur, il fond." Alors qu'il rejoignait sa voiture, il put voir que les murs d'enceinte du réacteur un avaient commencé à s'écrouler. "Il y avait des trous dedans. Dans les premières minutes, personne ne pensait à un tsunami. On pensait à notre survie." (…)

Source:

http://www.independent.co.uk/news/world/asia/the-explosive-truth-behind-fukush imas-meltdown-2338819.html

"Someone yelled that we all needed to evacuate. But I was severely alarmed because as I was leaving I was told and I could see that several pipes had cracked open, including what I believe were cold water supply pipes. That would mean that coolant couldn't get to the reactor core. If you can't sufficiently get the coolant to the core, it melts down. You don't have to have to be a nuclear scientist to figure that out." As he was heading to his car, he could see that the walls of the reactor one building had started to collapse. "There were holes in them. In the first few minutes, no one was thinking about a tsunami. We were thinking about survival."

The suspicion that the earthquake caused severe damage to the reactors is strengthened by reports that radiation leaked from the plant minutes later. The Bloomberg news agency has reported that a radiation alarm went off about a mile from the plant at 3.29pm, before the tsunami hit.

The reason for official reluctance to admit that the earthquake did direct structural damage to reactor one is obvious. Katsunobu Onda, author of Tepco: The Dark Empire, explains it this way: A government or industry admission "raises suspicions about the safety of every reactor they run. They are using a number of antiquated reactors that have the same systematic problems, the same wear and tear on the piping." Earthquakes, of course, are commonplace in Japan.

Mitsuhiko Tanaka, a former nuclear plant designer, describes what occurred on 11 March as a loss-of-coolant accident. "The data that Tepco has made public shows a huge loss of coolant within the first few hours of the earthquake. It can't be accounted for by the loss of electrical power. There was already so much damage to the cooling system that a meltdown was inevitable long before the tsunami came."

He says the released data shows that at 2.52pm, just after the quake, the emergency circulation equipment of both the A and B systems automatically started up. "This only happens when there is a loss of coolant." Between 3.04 and 3.11pm, the water sprayer inside the containment vessel was turned on. Mr Tanaka says that it is an emergency measure only done when other cooling systems have failed. By the time the tsunami arrived and knocked out all the electrical systems, at about 3.37pm, the plant was already on its way to melting down.

(…)

------------16 octobre 2012 Robert Jacob, historien à l'institut pour la paix à l'université d'Hiroshima

On sait maintenant que les 4 réacteurs de la centrale nucléaire de Fukushima ont fondu dès la première semaine. Dans le cas du réacteur 1, on sait que la fusion a été causée par le séisme, avant même l'arrivée du tsunami; En analysant posément les faits, il apparaît que c'est le tremblement de terre qui a provoqué la catastrophe, le tsunami n'ayant rien arrangé, bien sûr...
Les réacteurs 1,2,3,4 de la centrale étaient conçus pour résister à un tremblement de terre de 8,2.
Or le tremblement de terre de Fukushima en mars 2012 a été d'amplitude 9, soit une énergie huit fois plus élevée.
Les données rendues publiques par Tepco indiquent en effet qu'un détecteur encore fonctionnel a déclenché une "alarme de niveau de radioactivité", à 1,5km à 15h29 soit 5 minutes avant l'arrivée du tsunami.
Des témoins du réacteur 1 ont vu des tuyaux s'effondrer, des murs éventrés, de la fumée blanche sortir du réacteur 1, bien avant l'arrivée du tsunami.

http://www.youtube.com/watch?v=hcie1xTGCLs

1 réponse

  • 12 décembre 201400:39

    la centrale nucléaire du blayais tu connais? on a failli avoir fokushima à domicile en 1999! inondation, une des deux pompes s'est arrêté, la seconde a miraculeusement tenu =)

    http://www.dissident-media.org/infonucleaire/page_blayais.html


Retour au sujet AREVA (EX CEA-INDUSTRIE CIP)

Mes listes

Cette liste ne contient aucune valeur.