1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

BULL REGROUPEMENT
4.900 EUR
0.00% 
Ouverture théorique 0.000

FR0010266601 BULL

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    4.900

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • valorisation

    599 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    15.12.14 / 17:35:00

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    06.06.14

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet BULL REGP

BULL REGROUPEMENT : Appel aux forumiste

nakjar
28 juil. 200710:36

Bonjour et bon we à tous,

pourrions-nous en ces moments troublés, dans ce fil ou dans un autre, compiler tous les faits sur ce projet d'OPA, en citant les dates, les sources, les liens...

Le forum Bull y gagnerait en clarté. Cette compilation permettrait à tous de mieux être informés et de se positionner de la meilleure des façons.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

10 réponses

  • com23
    28 juillet 200710:45

    est parti de l'article de capital lol.
    tout le reste n'est qu'extrapolation et bavardage.

    ce qui m'inquiète c'est le manque d'attrait du titre hier mais je me dis que c'est dû à la dégringolade des marchés et aux vacances.
    ce qui me rassure c'est le non démenti...
    Bref sincèrement, j'y crois à 45%...
    on verra bien...

    Signaler un abus

  • titeub
    28 juillet 200711:02

    ewlett packard (HP) s'apprêterait à mettre la main sur Bull. Selon une information du site capital.fr, le numéro un mondial de la fabrication d'ordinateurs est prêt à débourser 720 millions d'euros pour racheter l'entreprise française. Cette somme représente un prix de 7,50 euros par action, soit une prime de 26 % par rapport au cours du jeudi 26 juillet (5,95 euros). "Nous ne commentons pas les rumeurs", indique-t-on chez Bull.




    Le capital de Bull est essentiellement en Bourse : le flottant représente 78,5 % et le reste est réparti entre France Télécom (10,1 %), JP Morgan (5,1 %), Nec (3 %) et les salariés (1,2 %).

    La banque d'affaires Morgan Stanley et le cabinet d'avocats Freshfield travailleraient pour HP. Celui-ci aurait aussi, toujours selon capital.fr, contacté la direction de Bull il y a quelques semaines pour lui soumettre son projet. Un conseil d'administration du groupe français serait prévu dans la semaine du 30 août.

    La perspective d'un rapprochement avec une entreprise industrielle est un vieux serpent de mer pour Bull. Elle avait été évoquée par la direction en 2004, après le feu vert de Bruxelles à une ultime aide de 519 millions d'euros apportée par l'Etat français.

    En 2006, Yazid Sabeg, le patron de la société de services informatiques (SSII) CS aurait aussi étudié un rapprochement. Tout dernièrement, c'est Bull qui aurait pris l'initiative en proposant de servir de chevalier blanc à une autre SSII, GFI Informatique, qui fait l'objet d'une offre publique d'achat de Fujitsu.

    Didier Lamouche, PDG de Bull, fait des services un de ses axes prioritaires de développement. Son objectif est de réaliser en 2011, 50 % de son chiffre d'affaires dans les services, contre 31 % en 2006. Pour HP, une fusion avec Bull répondrait à une logique industrielle. En France, le groupe américain souhaite se renforcer dans les services.

    Nathalie Brafman

    Signaler un abus

  • titeub
    28 juillet 200711:05

    Les secteurs d'activité de Bull sont :

    Les serveurs Linux, Windows, AIX et mainframes GCOS (conception, fabrication, distribution),
    Les calculateurs à haute performance (HPC), c'est-à-dire les supercalculateurs,
    Les systèmes de stockage d'information et d'archivage des données,
    Les logiciels : open source (logiciels libres), de supervision et d'administration, Linux, Microsoft,
    Le conseil, la fourniture de services informatiques et le développement de solutions adaptées aux clients,
    Les services d'intégration de système, notamment pour les télécoms, le secteur public, la santé, la défense, l'énergie, la banque...
    L'infogérance,
    Les services de support informatique,
    La sécurité informatique et les solutions de souveraineté : infrastructures de gestion des clés (IGC ou PKI en anglais) pour la production de certificats électroniques, solutions de signature électronique, solutions logicielles et matérielles cryptographiques, solutions dédiées à la sécurité monétique, solutions de gestion des identités et des accès (Evidian, filiale de Bull). Bull est aussi un des actionnaires de l'opérateur de sécurité Keynectis (Opérateur de Services de Confiance).

    Bull est un acteur de longue date des systèmes d’information. La société Bull date des débuts de la mécanographie. Fondée en 1931 pour développer et commercialiser les machines à statistiques conçues par l’ingénieur norvégien Fredrik Rosing Bull, elle sera désignée successivement H.W. Egli Bull (1931-1935), puis Compagnie des Machines Bull, jusqu'en 1990, et enfin Bull.

    Histoire de Bull (1919-1932), la société devient en 1933 la Compagnie des Machines Bull.
    Pendant l'Occupation (1940-1944), Bull fut le principal fournisseur en matériel mécanographique du Service national des statistiques fondé par René Carmille. Celui-ci constitua le fichier du débarquement en Afrique du nord. Un interminable procès l'opposa à IBM quant à l'invention de la carte perforée à 80 colonnes.
    Bull : De la mécanographie à l'électronique (1931-1964). Bull conçoit le premier ordinateur multitâches, le Gamma 60 (1958).
    De Bull-General Electric à CII-Honeywell Bull (1964-1983): En 1964, la société prend le nom de Bull General Electric à la suite d’une intégration dans le Groupe General Electric
    Bull fut ensuite associé à Honeywell, lors du transfert des activités mondiales de General Electric à Honeywell, prenant alors le nom de Honeywell Bull.
    En 1975, le gouvernement français saborda le consortium Unidata - concurrent d'IBM voué à devenir l'Airbus de l'informatique - et céda la Compagnie Internationale d'Informatique (CII) à Honeywell-Bull
    La compagnie fut nationalisée en 1982 : Le Groupe Bull est alors crée par le regroupement de CII-Honeywell Bull, SEMS et Transac. L’État français devient majoritaire dans le capital.
    En 1989, Bull acquiert Zenith Data Systems, constructeur américain de micro-ordinateurs PC. Cette opération, qui avait coûté très cher, était destinée à prendre le marché des micro-ordinateurs du gouvernement fédéral américain, qui s'adressa évidemment à d'autres fournisseurs en raison des lois américaines sur les marchés publics. Cette erreur stratégique conduisit à la revente de ZDS à la société Packard Bell NEC en 1996.
    En 1991-1992, Bull se recentre alors sur les activités de serveurs moyenne et grande gamme, les services clients et les services de développement et d'intégration du logiciel.
    Les années 1994 à 1997 voient la privatisation progressive du groupe Bull, sous l'impulsion de Jean-Marie Descarpentries, avec constitution d’un socle d’actionnaires (dont France Télécom et NEC) et l’ouverture du capital au public. Cette étape fait passer la part de l’État français à 17,3%. Le groupe sera d'ailleurs totalement re-privatisé en 2004.
    Fin 2000, le groupe vend son activité cartes à puce à Schlumberger, aujourd'hui Axalto (depuis 2006, Axalto a fusionné avec Gemplus et se nomme maintenant Gemalto).

    Signaler un abus

  • jossie44
    28 juillet 200712:10

    Informatique : Hewlett Packard veut racheter Bull

    Le groupe américain Hewlett Packard, présidé par Mark V. Hurd, est en discussion avancée avec Bull (BULL) en vue de racheter cette société française.

    Hewlett Packard, qui est conseillée dans cette opération par la banque d’affaires Morgan Stanley et le cabinet d’avocats Freshfield, devrait déposer sa proposition de rachat début août.

    L’offre de HP portera sur un montant de 720 millions d’euros, soit un cours de 7,5 euros par action Bull (BULL). Ce qui représente une prime de 40% par rapport au cours moyen de Bull (BULL) calculée sur la base des cours du mois de juillet.

    Bull, dirigée par Didier Lamouche, est spécialisée dans le développement, la construction et l'intégration de matériels et de systèmes informatiques professionnels : super calculateurs, logiciels ou serveurs. Comptant 7.200 salariés, le constructeur et concepteur européen a réalisé, en 2006, un chiffre d’affaires de 1,15 milliard d’euros. Son capital est flottant à hauteur de 78,5% et réparti principalement, pour le reste, entre France-Telecom (10,1%), JP Morgan (5,1%), NEC (3%) et ses salariés (1,2%).

    Hewlett Packard, quant à lui, emploie 151.000 salariés. Ce groupe américain fait partie des 40 plus grosses entreprises mondiales et produit pas loin de la moitié des imprimantes dans le monde.



    Capital.fr


    26/07/2007 08:38

    http://www.capital.fr/actualite/Default.asp?indiscretion=1&numero=64620&Cat=IND

    Signaler un abus

  • nakjar
    28 juillet 200721:45

    HP and Bull

    Bull and HP are executing on a strategic distribution and development agreement in support of Bull’s StoreWay product portfolio and heterogeneous storage management strategies. Bull offers the StorageAuthority® Technology Suite under the Bull StoreWay Maestro Management brand, to deliver integrated storage resource management (SRM) and storage area network (SAN) management technology to Bull customers worldwide and accelerate Bull’s development of SMI-S and CIM/WBEM-compliant products.




    "AppIQ, and now HP, has developed this technology to become the de facto standard for managing complex data storage infrastructures, and we are focused on continuing to bringing this solution to market through our strategic distribution and development partners,” said Frank Harbist, vice president and general manager, StorageWorks Software and ILM, HP StorageWorks Division. “HP is committed to providing product expertise to support our partners, and together with Bull, we will deliver on our shared commitment to helping customers build and manage interoperable, heterogeneous and robust storage infrastructure that best serves business requirements and meet the needs of the adaptive infrastructure."

    Signaler un abus

  • nakjar
    28 juillet 200722:16

    Le Français Bull vient de nommer Jenny Newton à la tête de Bull au Royaume-Uni et en Irlande.

    Forte d'un savoir-faire reconnu dans le domaine des technologies et de l'information, précise-t-on dans un communiqué, Mme Newton aura pour mission de "contribuer à l'expansion du groupe dans des marchés sectoriels ciblés, et de développer le programme 7i de Bull, composé d'initiatives de croissance destinées à aider les entreprises à faire de leurs systèmes d'information un levier de création de valeur."

    Avant de rejoindre Bull, Mme Newton occupait les fonctions de senior vice-présidente de logicaCMG, en charge des ventes pour l'activité Télécommunications à l'échelle mondiale. Elle a précédemment occupé des postes à responsabilités chez Hewlett-Packard, Xansa, Philips et StorageTek.

    juiin2007

    Signaler un abus

  • nakjar
    28 juillet 200722:23

    le 27/07/07, à noter le présent dans le texte... et les détails différents de ceux de l'article de capital.

    Hewlett-Packard a approché Bull en vue d'une reprise

    Le groupe américain a pris contact avec son homologue français il y a quelques semaines. La base installée de Bull en France intéresserait Hewlett-Packard, qui serait prêt à débourser 720 millions d'euros.

    Après des dizaines d'années d'une histoire faite de hauts mais surtout de nombreuses restructurations, Bull va-t-il finir son parcours au sein de Hewlett-Packard ? C'est ce qui se dessine. Le groupe informatique californien a pris contact, il y a quelques semaines, avec son homologue français en vue de le racheter. Les discussions se poursuivraient encore mais, selon Capital.fr, HP serait prêt à mettre 720 millions d'euros sur la table. Conseillé par la banque d'affaires Morgan Stanley et le cabinet d'avocats Freshfield, HP devrait déposer son offre début août. Elle représenterait une prime de 40 % par rapport au cours moyen de Bull sur le mois de juillet, toujours selon le site Internet du magazine.

    Contactés, ni HP ni Bull n'ont souhaité s'exprimer, sans pour autant démentir. Didier Lamouche, le PDG du groupe français, serait assez ouvert au projet. Les marchés se sont enthousiasmés en tout cas. L'action du groupe français progressait encore de plus de 8 % en début d'après-midi, pour clôturer à 5,95 euros (+7,99 %). « La croissance est très faible. Tout le monde veut y croire », a réagi un salarié. En 2006, Bull a publié un chiffre d'affaires de 1,14 milliard d'euros, en retrait de 2,3 %. Si les activités de services progressent fortement, elles ne dégagent pas le niveau de marge des serveurs et de la maintenance associée qui, eux, s'érodent chaque trimestre un peu plus.

    Dès lors, pourquoi HP irait-il débourser près de 1 milliard de dollars pour intégrer une société de 7.200 salariés très faiblement profitable ? D'autant que sa priorité semble très orientée vers le domaine du logiciel, comme le soulignent ses deux dernières acquisitions (« Les Echos » du 24 juillet).

    Eliminer tout risque de rechute
    La réponse tient sans doute en deux mots : base installée. Malgré sa difficulté à rebondir, alors que sa situation financière est assainie, Bull est encore bien présent en France dans les serveurs propriétaires GCOS ou Unix. S'y ajoutent des prestations de maintenance récurrente. Autant d'arguments qui ont pu convaincre les dirigeants d'HP, décidés à prendre un avantage important en France face au grand rival IBM. Et, comme la dernière restructuration de Bull a consacré la sortie définitive de l'Etat français du capital, les actionnaires actuels - au premier rang desquels figure France Télécom, qui détient 10 % des titres - devraient approuver l'opération sans interférence politique. Du coup, le conseil d'administration de Bull de la semaine prochaine pourrait être amené à examiner deux projets : celui qui verrait HP acheter Bull, et celui qui verrait Bull reprendre GFI Informatique (« Les Echos » du 2 juillet). Lequel aura la faveur des administrateurs ? « Probablement le premier, car, à la différence du second, il offre l'avantage d'éteindre définitivement tout risque de rechute », assure un bon connaisseur du dossier.

    ALAIN RUELLO

    Signaler un abus

  • tonton48
    28 juillet 200722:30

    bonsoir,
    ben merci ! mais moi je suis placé ..... et ça me va..
    je faisais la Vévette heu !!!!!.....Navette entre 4.70 et 5.70 mais maintenant ......je ne vends plus avant 30 voilà voilà ..........question de vieux que je suis et normalement ce que je décide c'est bon !!!.....j'ai encore un bon flaire .....je pense ........
    chalut chalut $$

    Signaler un abus

  • d.lhomme
    29 juillet 200720:16


    27 juillet 2007. Bull publiera ses résultats du premier semestre 2007 le 1er août 2007
    Le communiqué de presse sera diffusé à 7h00.
    La conférence téléphonique pour les analystes et investisseurs débutera à 14h00. Le communiqué de presse, ainsi que le diaporama qui servira du support à la conférence seront accessibles sur le site Internet de Bull, dans la section Investisseurs : http://www.bull.com/fr/investisseurs/
    > Les analystes et investisseurs souhaitant participer à la conférence pourront téléphoner au numéro suivant : +33 (0)1 70 99 32 08

    > Il est recommandé de se connecter 15 minutes avant le début de la conférence téléphonique. Une rediffusion de la conférence sera disponible sur le site Internet de Bull peu de temps après la conclusion

    Signaler un abus

Retour au sujet BULL REGP

10 réponses

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer