1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

RICHEL GROUP
9.500 EUR
0.00% 
Ouverture théorique 0.000

FR0000078875 ALRIC

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    9.500

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • valorisation

    41 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    04.02.16 / 16:37:08

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2020

    -

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    0.23 EUR

  • date dernier dividende

    29.07.15

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet RICHEL GROUP

RICHEL GROUP : Ce jour PVL RN 7 247(10) 40 200(11)

pat.gali
13 déc. 201110:36

Comme Plastic Omnium l'action va s'evoler Achat MT
Données boursières
Nombre de titres : 2 765 700 (15.11.2011)
Capitalisation boursière : 53.65 MEUR (15.11.2011 (9h30)Cours 19,40)
Secteur d'activité : Chimie de spécialité
Indice principal : CAC All Shares
Marché : Eurolist compartiment C
Place de cotation : NYSE Euronext Paris (France)
Eligibilité PEA / SRD : Oui / Non
Dernier coupon : 1.00 EUR (le 24/03/2011)
Actionnariat / dirigeants
1. Famille Findeling 58,11%
2. Autres actionnaires 31,43%
3. Autocontrôle 9,46%
4. M-France Findeling 1,00%
Président Directeur Général Monsieur Patrick Findeling
Finances Madame Vanessa Findeling



Cercle Finance le 16/11/2011 à 07:47
Plastivaloire : chiffre d'affaires de 343,6ME à fin septembre
(CercleFinance.com) - Le chiffre d'affaires du Groupe Plastivaloire s'établit à 96,0 ME au 4ème trimestre de son exercice 2010/2011, en augmentation de +99,6%.
Cette performance porte le chiffre d'affaires consolidé annuel à 343,6 ME à fin septembre 2011, soit une hausse de +56,0%, contre 220,3 ME pour l'exercice précédent.
Le chiffre d'affaires proforma, intégrant le Groupe Bourbon depuis le début de l'exercice, ressort à 434,1 ME sur l'exercice. Ce chiffre est supérieur à l'objectif de 425 ME visé précédemment par le Groupe.
A périmètre constant (hors DunaInjection et Bourbon), le chiffre d'affaires est quasi stable à 213,2 ME (214,6 ME en 2009/2010).
Les ventes annuelles en France représentent 68,5% des ventes totales, soit 235,4 ME, (113,8 ME à périmètre constant). Les sites situés à l'étranger contribuent pour 31,5% au chiffre d'affaires total à 108,2 ME, et 99,8 ME à périmètre constant.
Le chiffre d'affaires du secteur Automobile est en hausse de +104,0% sur l'exercice, à 228,2 ME (318,6 ME en proforma).


Bilan 30.9 Plastivaloire (En milliers d’Euro)
* avec le Plasturgiste Bourbon acquit le 01.03.2011 (soit 7 mois sur l’exercice du 01.10.2010 au 30.09.2011)
Chiffre d'affaires Annuel 195 873(5/6) 224 092(6/7) 253 444(7/8) 164 118(8/9) 220 298(9/10) 343 600*(10/11)
Chiffre d’affaire Annuel Proforma avec Bourbon 434 100(2010/11) dont Bourbon 12 mois
Résultat net Annuel (part du groupe) 5 231(5/6) 5 010(6/7) 12 157(7/8) - 7 834(8/9) 7 247(9/10) 40 200*(10/11)
CA S1 » 90 900(4/5) 100 100(5/6) 117 851(6/7) 131 948(7/8) 82 597(8/9) 116 292(9/10) 134 024*(10/11)
RN S1 » 3 500(Ÿ) 1 300(4/5) 2 400(5/6) 3 500(6/7) 7 100 (7/8) - 38(8/9) 4 934(9/10) 44 993(10/11)
CA S/12mois 220 300(2010) 343 600*(2011) dont Bourbon (7 mois)
CA S/12 mois 214 600(9/10) 213 200(10/11) sans Bourbon et Dunalnjection (arrêt 05.2010 Hongrie)
CA S/9 mois 172 200(9/10) 247 600*(10/11) *dont Bourbon 77 300 (4 mois)
CA T1: 63 538(7) 70 000(8) 47 400(9) 56 000(10) 56 200(2011)
CA T2: 54 313(7) 61 90(8) 35 200(9) 60 300(10) 77 800*(11) *dont Bourbon 21 700(1 mois)
CA T3: 49 500(7) 58 800(8) 37 100(9) 55 900(10) 113 500*(11) *dont Bourbon 55 600 (3 mois)
CA T4: 56 700(7) 62 700(8) 44 400(9) 48 100(10) 96 000*(11) *dont Bourbon 53 100 (3mois)
Effectif 30.09 » 2255(2006) 2663(2007) 2910(2008) 2731(2009) 3005(2010)
CA Bourbon acquit 01.03.2011 T2: 21 700, T3: 55 600, T4: 53 100** (**sauf erreur)
BILAN 30.09 (Ex Bourbon) Bourbon -Automotive Plastics incorporé à Plastivaloire le 01.03.2011
(Chiffres en milliers d’Euro)
CA 30.09.10 » 204 000
RN Annuel 3 309(2005/06) 6 777(2006/07) 5 758(200708) - 14 672(2008/09) 3 528(2009/10)

Agenda:
13.12.2011 Résultat net Mardi 13 décembre avant bourse
BOURBON
Bourbon CA T2: 21 700(1 mois du 01.03.2011 au 31.03.2011), CA T3: 55 600, CA T4: 42 900

Actualité
13.12.2011 RN annuel 12 157(7/8) - 7 834(8/9) 7 247(9/10) 40 200*(10/11) * avec Bourbon acquit 01.03.2011
Objectif 2011/12 prudent finaliser l’intégration de Bourbon et CA Obj entre 410 M et 430Millions
13.12.2011 CA Annuel proforma en intégrant Bourbon depuis le 01.10.2010 : 434 300 contre 425 000 attendus
16.11.2011 CA annuel 220 298(9/10) 343 600*(10/11) * avec le Plasturgiste Bourbon acquit le 01.03.2011 (soit 7 mois sur l’exercice du 01.10.2010 au 30.09.2011)
01.08.2011 CA T3: 73 55 900(10) 113 500*(11) *dont Bourbon 55 600 (3 mois)
08.06.2011 RN S1 » 3 400(9/10) 42 700(10/11)
08.06.2011 CA S1 » 116 292(9/10) 134 000*(10/11) Sans Bourbon et hors Hongrie arrêté en mai 2010
25.05.2011 Boursier.Com Patrick Findeling le PDG: Concernant une possible acquisition de Plastivaloire en Allemagne, le dirigeant confirme : "comme je vous l'ai indiqué, nous souhaitons développer notre position sur le marché automobile européen et selon nous, cela passe obligatoirement par l'Allemagne
17.03.2011 Plastivaloire boucle l’aquisition de Bourbon (le 2009/10 le CA cumulé des 2 Stes dépasse 400 ME)
16.12.2010 RN Annuel 12 157(7/8) - 7 834(8/9) 7 247(9/10)
16.12.2010 CA Annuel 253 444(7/8) 163 118(8/9) 220 298 (9/10)
16.12.2010 Plastivaloire (à 65%) reprend Bourbon-Automotive Plastics, FMEA groupe Peugeot Renault (à 31%) et Claude Bourbon garde (4%) Apport pour l’AK de 13 millions; 2 millions par PVL et 11 millions par FMEA
16.09.10 Entrée en négociation avec le plasturgiste Bourbon, Plastivaloire et FMEA.
14.06.2010 RN S1 » 8 993(7/8) - 38(8/9) 4 934(9/10)
14.06.2010 CA S1 » 131 948(7/8) 82 597(8/9) 116 292(9/10)
05.2010 Arrêt de l’activité de l’usine en Hongrie
14.12.2009 RN Annuel -7 834(2008/09) 12 157(2009/10)
14.12.2009 CA Annuel 164 100(2008/09) 253 400(2007/08)
23.06.2009 RN S1 » 8 993(2007/8) - 38(2008/9)
23.06.2009 CA S1 131 948(2007/8) 82 597(2008/9)
09.12.2008 RN Annuel » 5 010(2006/07) 12 157(2007/08)
09.12.2008 CA Annuel 224 100(2006/07) 253 400(2007/08)
13.06.2008 RN S1 » 3 500(2006/7) 7 100(2007/8)
13.06.2008 CA S1 » 117 800(2006/7) 131 900(2007/08)
07.01.2008 RN Annuel 5 231(2005/06) 5 010(2006/07)
07.01.2008 CA Annuel 195 800(2005/06) 224 100(2006/07)
26.06.2007 RN S1 » 2 700(2005/06) 3 500(2006/7)
26.06.2007 CA S1 » 100 100(2005/06) 117 800(2006/07)
22.01.2007 RN Annuel 3 700(2004/05) 5 231(2005/06)
22.01.2007 CA Annuel 172 500(2004/05) 195 800(2005/06)
30.06.2006 RN S1 » 2400(2004/05) 2700(2005/06)
30.06.2006 CA S1 » 90 900(2004/05) 100 100(2005/06)
10.01.2006 RN Annuel 5 500(2003/04) 2 900(2004/05)
10.01.2006 CA Annuel 163 300(2003/04) 172 500(2004/05)
24.06.2005 RN S1 » 3 500 (2003/4) 1 300(2004/5)
24.06.2005 CA 85 900(2003/04) 90 900(2004/5)

28.01.2002 RN An 8 900 (99/00) 6 900(00/01)
28.01.2002 CA Annuel 182(1999/00) 181(2000/01)
Cercle Finance le 09/06/2011 à 08:59
Plastivaloire : accroît fortement son résultat net semestriel
(CercleFinance.com) - Plastivaloire affiche un résultat net part de groupe très largement positif à 42,7 millions d'euros pour son premier semestre 2010-11, contre 3,4 millions sur la période correspondante de l'année précédente.
Le groupe souligne que le semestre a été marqué par l'acquisition du plasturgiste Bourbon, consolidé à partir du 1er mars dans les comptes du groupe et qui a contribué positivement dès le premier mois aux résultats.
Le résultat opérationnel courant est resté stable à 6,1 millions d'euros en rappelant que la base semestrielle était élevée l'an dernier.
Plastivaloire a réalisé un chiffre d'affaires de 134 millions d'euros, en hausse de 15,2%. A périmètre comparable, (hors Bourbon et hors Hongrie, pays dont l'activité a été arrêtée en mai 2010), le groupe a enregistré une croissance de 1% en phase avec ses objectifs.
La priorité de Plastivaloire pour le second semestre de l'exercice 2010/2011 est axée sur la finalisation de la bonne intégration du groupe Bourbon, qui 'dispose aujourd'hui d'une bonne visibilité sur son activité au travers de la confirmation des volumes sur ses contrats en cours de production.'

Groupe Bourbon – Société familiale créée en 1920 et basée à Saint-Lupicin dans le Jura, le groupe Bourbon est spécialisé dans la conception et fabrication de pièces décorées et à mécanismes destinées essentiellement à l’industrie automobile (pommeaux de vitesse, façades d’auto radio, consoles centrales, caches moteurs, grilles de calandre, enjoliveur, etc.).
Le groupe Bourbon dispose de 10 sites industriels (7 en France, 1 au Royaume-Uni, 1 au Portugal et 1 en Slovaquie) à partir desquels il livre des constructeurs majeurs dont PSA, RSA, Toyota, Nissan, Mini, etc.
Le groupe Bourbon devrait réaliser en 2009-2010 (exercice clos au 30 septembre 2010) un chiffre d’affaires de 204 M€. Fournisseur de rangs 1&2 du secteur automobile, le groupe Bourbon s’appuie aujourd’hui sur près de 2 000 salariés.
Disposant d’un savoir faire et d’une excellence reconnus par les principaux constructeurs automobiles sur les pièces plastiques techniques, le groupe Bourbon a vu ses équilibres financiers fragilisés par la récente crise économique, ce qui l’a conduit à rechercher un adossement stratégique avec un industriel du secteur.
Automotive Plastics – Créé en juin 2009 suite à la reprise par le groupe PVL des actifs de Key Plastics en France et en Slovaquie, Automotive Plastics conçoit et fabrique des composants plastiques pour l’industrie automobile tels des pièces décorées intérieures et extérieures, des composants cinématiques (aérateurs, cendriers, porte-gobelets), des accoudoirs et des commandes d’ouverture de porte intérieures (COI). La société dispose de trois sites de production en France et d’un site en Slovaquie. La société emploie actuellement environ 450 personnes (dont la moitié en France) et a généré un chiffre d’affaires de 43 M€ en 2009/2010.
Groupe Plastivaloire (PVL) – PVL est l’un des tous premiers fabricants européens de pièces plastiques complexes destinées aux produits de grande consommation. Le groupe conçoit et réalise ces pièces en grande série. PVL intervient dans les domaines de la TV-vidéo, de l’automobile, de l’industrie électrique et de l’électroménager. PVL dispose de 19 sites industriels en France, Pologne, Hongrie, Espagne, Roumanie, Tunisie et Slovaquie. La société emploie actuellement environ 2 500 personnes et a généré un chiffre d’affaires de 220 M€ en 2009/2010.



Le 23/12/2010 à 08:45 - Mis à jour le 28/12/2010 à 10:16
"Avec le rachat de Bourbon, Plastivaloire double de taille"
© DR
Le plasturgiste Plastivaloire s’est récemment illustré en annonçant le projet de prise de contrôle de son concurrent jurassien Bourbon, qui se traduit, sous réserve de la levée de conditions suspensives dont l’accord des autorités de la concurrence, par la création du leader hexagonal des équipementiers automobiles de rangs 1 et 2 spécialisés dans les pièces plastiques techniques, avec un chiffre d’affaires global porté à 400 millions d’euros. Le président-directeur général Patrick Findeling revient sur les avantages liés à cette opération majeure.
Capital.fr : Quelles sont les conditions financières de la prise de contrôle de Bourbon ?
Patrick Findeling : Plastivaloire va acquérir les parts des actionnaires familiaux de notre concurrent jurassien, à l’exception de celles du président Claude Bourbon. Nous allons apporter à la cible Automotive Plastics, notre activité d’équipementier de rangs 1 et 2 pour le secteur automobile, et nous allons aussi injecter 2 millions d’euros via augmentation de capital dans la nouvelle entité. A l’issue des différentes opérations, nous détiendrons 65% des parts de Bourbon – Automotive Plastics. Le fonds de modernisation des équipementiers automobiles aura pour sa part 31% des actions, après avoir injecté 11 millions d’euros. Claude Bourbon aura 4% du capital.
Capital.fr : A combien se montera l’endettement après le rachat de Bourbon ?
Patrick Findeling : Il est encore trop tôt pour communiquer sur notre niveau d'endettement cible au 30 septembre 2011, car l’opération n'est pas encore totalement finalisée. De toute manière, ce taux restera très raisonnable et nous permettra de poursuivre notre développement dans de bonnes conditions.
Capital.fr : Quels sont les avantages du rapprochement ?
Patrick Findeling : Nous réaliserons d’importantes économies d’échelle, notamment sur la massification des achats. Nous consommons environ 35.000 tonnes de matière, contre 15.000 tonnes pour Bourbon. La mise en commun des approvisionnements nous permettra de négocier des prix plus compétitifs avec les fournisseurs. Par ailleurs, les complémentarités sont fortes dans la recherche & développement et le savoir-faire technique. La standardisation de l’outillage et la mise en œuvre de synergies dans le processus industriel, l’informatique, les frais administratifs et généraux, ainsi que la mutualisation du portefeuille clients permettront de redresser les marges de la cible. Elle continuera en outre à bénéficier des effets de mesures internes prises en 2010 visant à accroître sa productivité.
Capital.fr : Quels sont les atouts de la cible ?
Patrick Findeling : Bourbon est renommée depuis des décennies pour ses qualités techniques, notamment dans la décoration des matières plastiques. Une excellence reconnue par les principaux constructeurs automobiles. Le groupe dispose d’un savoir-faire différentiant, d’un appareil industriel compétitif et d’une équipe de direction renforcée, qui a fait ses preuves. Le seul tort de Bourbon est d’avoir investi dans les années précédant la crise, ce qui l’a rendu vulnérable pendant le marasme, et en difficultés pour faire face à ses engagements. Plastivaloire est donc intervenu à un moment opportun. Avec l’acquisition en 2008 de Key Plastics Europe –désormais Automotive Plastics, nous avions déjà une bonne connaissance des activités d’équipementier automobile de rang 1. Le rachat de Bourbon nous permet d’accroître fortement notre exposition à ce secteur, incontournable dans notre métier de plasturgiste et aussi très porteur. Or, l’industrie plastique pour l’automobile est amenée à se concentrer, et les constructeurs réduiront progressivement le nombre de leurs fournisseurs. Seuls les plus importants subsisteront et nous comptons bien faire partie des élus… La nouvelle entité réalisera 35% de ses facturations, directement et indirectement, avec PSA Peugeot Citroën. Un niveau certes important pour un premier client, mais pas non plus aberrant.
Capital.fr : Comment la nouvelle entité se situe-t-elle face à ses concurrents européens ?
Patrick Findeling : Dans notre secteur d’activité, nous serons un des cinq leaders européens. En France, notre taille sera comparable à celle du concurrent Mecaplast, mais nous aurons aussi des compétiteurs d’envergure comparable outre-Rhin. Nous comptons d’ailleurs réaliser des acquisitions en Allemagne pour nous rapprocher des constructeurs locaux et ainsi élargir notre portefeuille client. Notre ambition est d’intégrer d’ici trois ans le podium européen des fournisseurs de composants plastiques.
Capital.fr : L’activité du groupe ne risque-t-elle pas d’être un peu trop dépendante de l’automobile, après l’opération ? Quels sont vos autres axes de développement ?
Patrick Findeling : Nous avons de grands projets pour notre branche industrie électrique. Par ailleurs, nous sommes déjà un des principaux acteurs européens pour les articles multimédia, et nous devrions bénéficier d’une bonne dynamique autour des décodeurs et d’Internet.
Propos recueillis par Nicolas Gallant

Plastivaloire acquiert le groupe Bourbon
17/12/2010 05:40 La Nouvelle République
Le groupe de plasturgie de Langeais rachète un concurrent de taille égale. Explications détaillées pour la NR de son PDG Patrick Findeling.
Patrick Findeling, PDG de Plastivaloire vient de doubler la taille de son groupe. Il vise le marché automobile allemand. - (Photo NR, Patrice Deschamps)

Vous annoncez le rachat par Plastivaloire du groupe jurassien Bourbon. Quelle importance a votre holding maintenant ?

« Plastivaloire vient de réaliser 220 M€ de chiffre d'affaires à la fin de ce dernier exercice. Bourbon a fait 205 M€ en 2009-2010. Cela nous amène à la taille des leaders européens en plasturgie - avec une maîtrise des pièces décorées appelées à un fort développement. Les voitures se différencieront de plus en plus par l'intérieur, plutôt que par leur carrosserie. Nous allons pouvoir peser face aux constructeurs automobiles et devenir un fournisseur incontournable de rang 1. Je vise le marché allemand dans les deux ans désormais. »
Pourquoi vous être lancé dans cette opération ?

« Il y a deux ans, j'ai racheté quatre usines Automotive Plastics (AP) qui étaient en rang 1 dans l'automobile. C'était un coup pour essayer... Cela m'a permis de me faire connaître des grands constructeurs français et du Fonds de modernisation des équipementiers automobiles (FMEA). Notre connaissance de l'automobile par AP donne de la légitimité à ce rachat. On va jouxter à Bourbon - qui est aussi de rang 1 - ces quatre usines, dans une nouvelle filiale baptisée Bourbon AP et dédiée entièrement à l'automobile. Le chiffre d'affaires de Bourbon AP sera autour de 220 M€. »
La crise a-t-elle joué dans ce rachat ?

« Le FMEA intervient dans l'opération (lire ci-contre) et m'a sollicité pour reprendre Bourbon, en mauvaise santé économique. Il est naturel que le marché s'assainisse : quand un buffle plus faible abandonne le troupeau, je préfère être le lion ! La crise a causé des disparitions et créé des opportunités, et Plastivaloire est dans une situation saine.
Je n'aime pas faire des plans sociaux, mais celui de Chinon a été fait à temps et nous permet de nous développer largement aujourd'hui. »
Vous allez faire des économies d'échelle...

« Oui. Pour les achats et la qualité notamment. Nous allons pouvoir peser face à l'industrie pétrochimique en traitant 50.000 t par an, notamment pour les matières techniques, très chères. Bourbon possède deux centres d'essai qui vont nous renforcer dans la qualité. Le centre de Langeais consacré à l'essai des moules en acier va d'ailleurs s'agrandir, et je vais embaucher des ingénieurs. Il n'y aura pas de fermeture de sites dans l'année qui vient. Je vais voir comment cela s'organise par la suite. »

'' Quand un buffle plus faible abandonne le troupeau je préfère être le lion ! ''

Allez-vous vous renforcer en dehors de l'automobile ?

« Bourbon AP sera spécialisé dans l'automobile, mais Plastivaloire garde ses marchés en électronique grand public. Je pense que le marché électrique, avec les nouveaux compteurs EDF, va aussi représenter une belle opportunité européenne. La France, l'Espagne ou l'Italie sont des grands marchés potentiels. »
A titre personnel, ressentez-vous de la fierté ?

« Bien sûr. C'est bon pour la Touraine et pour le groupe de pouvoir grandir. Quand j'ai repris l'entreprise, elle comptait quarante personnes... Je me suis engagé personnellement dans la reprise de Bourbon. Cela veut dire que je continue à travailler sept ans encore. J'ai la santé et j'aime ça : cela tombe bien ! »
billet
Coup double
La NR avait annoncé les négociations de Plastivaloire avec Bourbon. L'affaire faite, c'est désormais une place européenne que vise Patrick Findeling. Après être passé en rang 1 dans l'automobile pour discuter en direct avec Peugeot et Renault, le PDG de Plastivaloire vise le marché automobile allemand. Il va aussi jouer de l'effet de taille pour négocier auprès de la pétrochimie, en rang 1 là aussi. La maîtrise des coûts devient un enjeu crucial pour l'industriel, quand l'automobile demande une baisse du prix des composants de 3 % chaque année. Le dirigeant contribue à faire croître, depuis Langeais, l'entreprise léguée par son père. Avec pragmatisme et ambition.
le chiffre 11 C'est, en millions d'euros, le montant de la participation du Fonds de modernisation des équipementiers automobiles au rachat de Bourbon. Le FMEA, mis en place dans le cadre du plan de relance, possède ainsi, pour sept ans, 11 % du capital de Bourbon AP - appellation de la nouvelle structure, filiale de la holding tourangelle. Plastivaloire en détient 65 % et Claude Bourbon, actionnaire historique, 4 %.
dates-clés
1963 : Plastivaloire est créé par Charles Findeling (jouets et porte-clefs).
1983 : Rachat de Plasteure, à Chinon.
1985 : Patrick Findeling devient P-DG.
1991 : Introduction en bourse au second marché. 650 salariés.
1992-1998 : Acquisition de six usines en France, comme CTM à Sablé-sur-Sarthe.
1996 : Implantation en Pologne, avec Philips. Incendie de tous les stocks à Langeais.
1997 : Plastivaloire au secours de Moulinex.
2000 : 1.366 salariés dans le groupe.
2002 : Faillite de Moulinex et crise de la téléphonie.
2004 : Délocalisation de la fabrication des moules en Chine.
2005 : Agrandissement à Chinon.
Juillet 2009 : Fermeture envisagée de Chinon (163 salariés), débrayages et intervention ministérielle. Le site est sauvé avec un plan social pour 75 personnes. Rachat de Automotive Plastics. 3.000 salariés au total dans le groupe.
Fin 2010 : Rachat de Bourbon (Jura) comptant 2.230 salariés dans le monde (dont 120 en recherche et développement).

16/12/2010 | LE FIGARO.fr Mise à jour : 08:52 Réactions (2)

Bourbon, racheté par Plastivaloire, est spécialistedes pièces de décoration en plastique pour l'automobile. Crédits photo: Bourbon.
Plastivaloire rachète Bourbon pour former un groupe leader en pièces en plastique pour intérieurs de voitures.
Après avoir profité cette année de la résistance du marché automobile français, les sous-traitants du secteur devront avoir les reins solides l'an prochain. La fin de la prime à la casse pourrait en effet entraîner une chute des immatriculations de plus de 10% en France. D'où la nécessité, selon les constructeurs et les pouvoirs publics - qui s'inquiètent pour l'avenir de ces entreprises -, de créer des groupes plus solides, capables de mieux concurrencer les puissantes PME allemandes et d'avoir une base de clientèle plus large pour mieux résister en cas de tempête.
«Nous ne sommes qu'au début de la concentration», observe Hervé Guyot, le directeur du FMEA, le Fonds de modernisation des équipementiers. Le FMEA, financé aux deux tiers par PSA Peugeot Citroën et Renault pour un tiers par le Fonds stratégique d'investissements de l'État, s'est précisément donné comme mission d'accélérer ce processus.
Dernière opération en date, Plastivaloire, une entreprise employant 2 500 personnes spécialisée dans les pièces en plastique, va annoncer aujourd'hui l'acquisition de son concurrent Bourbon (2 000 personnes), en difficulté. Le FMEA investit 11 millions d'euros. Avec ce rachat, Plastivaloire (220 millions d'euros de chiffre d'affaires lors de son année 2009-2010 close fin septembre) va doubler de taille (le chiffre d'affaires de Bourbon s'élève à 204 millions d'euros). Il se classerait parmi les 20 premiers équipementiers français. L'accord reste soumis à l'autorisation des autorités de la concurrence.
Économies d'échelle
«Cette opération va nous rendre plus compétitifs, grâce aux économies d'échelle réalisées sur l'achat de matières plastiques et de machines», explique au Figaro Patrick Findeling, le patron de cette PME familiale, située à Langeais, dans l'Indre-et-Loire.
En ligne de mire également : le rachat d'un sous-traitant allemand, de façon à engranger des commandes de BMW, Mercedes ou Volkswagen. Pour l'heure, Plastivaloire dépend trop de l'Hexagone pour son activité automobile (60 % du total), via PSA, Renault et Toyota. La PME, qui a renoué cette année avec les profits, s'estime «en convalescence», après une année 2009 pendant laquelle son activité a chuté de près d'un tiers. D'autres rapprochements ont eu lieu parmi les sous-traitants. Spécialiste de l'emboutissage, Snop a racheté son concurrent Wagon Automotive, fin 2009, sous l'égide du FMEA. Plus récemment, ce fonds a aidé Saint Jean Industries (pièces en aluminium) à reprendre Fournier. Enfin, Michel Thierry, dans lequel le FMEA avait investi, va être cédé à l'américain Johnson Controls.
Toutefois, «la consolidation reste insuffisante, par rapport à ce qui reste à faire dans certaines filières», reconnaît Hervé Guyot, pour qui la bouffée d'oxygène apportée par la prime à la casse pourrait avoir retardé le processus. «Au vu de l'incertitude qui pèse sur 2011, la période n'est pas idéale pour les fusions. D'autant que dans bien des cas, cela reviendrait à unir deux canards boiteux», estime Yann Lacroix, directeur des études chez l'assureur crédit Euler Hermès.
Au total, le FMEA a investi environ 200 millions d'euros (sur une enveloppe disponible de 600 millions d'euros) dans 13 entreprises


Le FMEA veut faire émerger un champion français de la plasturgie automobile

Par Olivier Pinaud le 17/12/2010


Le Fonds de modernisation des équipementiers injecte 11 millions pour aider PVL à racheter Bourbon et soutient un projet d'acquisition en Allemagne




Le Fonds de modernisation des équipementiers automobiles poursuit son «Meccano». Créé il y a dix-huit mois pour aider la filière à traverser la pire crise de son histoire, le FMEA vient de réaliser son quatorzième investissement. Onze millions d’euros vont ainsi être débloqués pour aider le groupe Plastivaloire (PVL) à financer le rachat de Bourbon, un fabricant de pièces décorées et de composants en plastique (pommeaux de vitesse, façade d’autoradio, enjoliveur, grille de calandres…) mis en difficulté par une dette de 42 millions d’euros. Et dont le résultat d’exploitation était tout juste à l’équilibre.


Selon le schéma élaboré par Laurence Danon, présidente du directoire d’ Edmond de Rothschild Corporate Finance, conseil de PVL, 96% du capital de Bourbon sera dans un premier temps racheté par PVL, 4% restant entre les mains de Claude Bourbon. La société sera ensuite rapprochée d’Automotive Plastics, la division automobile de PVL. Le FMEA injectera alors 11 millions d’euros dans une augmentation de capital pour prendre 31% de l’ensemble Bourbon-Automotive Plastics. PVL ajoutera 2 millions d’euros et détiendra 65%. Plusieurs solutions de sortie ont été envisagées par le FMEA mais celui-ci indique son intêret à rester actionnaire plusieurs années.


«Nous investissons dans des sociétés qui peuvent jouer un rôle de leader», explique Hervé Guyot, le directeur du FMEA. Cette opération vise ainsi à créer autour de PVL le spécialiste français des pièces décorées et des composants en plastique. Avec Bourbon, PVL va doubler de taille pour atteindre un chiffre d’affaires de 400 millions d’euros. Une seconde acquisition est déjà programmée pour 2011, outre-Rhin, afin de fournir directement les constructeurs allemands. «Plusieurs cibles ont été identifiées mais nous n’avons pas encore de préférence. L’objectif est d’atteindre 350 millions d’euros de chiffre d’affaires dans ce type de composants automobiles, contre 220 millions attendus cette année», indique Patrick Findeling, le président de PVL. Le comité d’investissement du FMEA a d’ores et déjà donné son accord pour participer au financement de cette acquisition.
Au total, avec l’opération PVL, le FMEA a investi 217,9 millions d’euros depuis sa création sur les 600 millions d’euros dont ses actionnaires ( PSA, Renault et le Fonds stratégique d’investissement) l’ont doté.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

0 réponse

Retour au sujet RICHEL GROUP

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer