1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

ARTEFACT
1.0820 (c) EUR
-2.52% 

FR0000079683 ALATF

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    1.1100

  • clôture veille

    1.1100

  • + haut

    1.1100

  • + bas

    1.0820

  • volume

    57 362

  • valorisation

    36 MEUR

  • capital échangé

    0.17%

  • dernier échange

    13.12.19 / 17:35:10

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    1.0280

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    1.1360

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    17.05.19

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet ARTEFACT

ARTEFACT : à lire surtout la fin de TRADINGSAT

fralae
26 févr. 200810:30

TRADINGSAT: 09:41 26/02/08
Marc Fiorentino, EuroLand Finance: "Les Etats-Unis sont en récession, et je souhaite qu'elle dure" Mardi 26 février 2008 à 09:23 Imprimer


(Tradingsat.com) - Marc Fiorientino, le Président d'EuroLand Finance, voue une passion pour les bulles. L'explosion de « la plus belle » d'entre elles n'a pas encore eu lieu, mais elle a débuté. Voici ses conseils dans cette situation atypique.

Tradingsat.com : Le secrétaire américain au Trésor Henry Paulson semble convaincu que l'économie américaine peut éviter une récession. Partagez-vous son optimisme ?

Marc Fiorientino : Non, les Etats-Unis ne peuvent éviter une récession. Pour la simple raison que l'effet richesse lié à l'immobilier, unique moteur de la croissance des cinq dernières années, fonctionne désormais à l'envers. Le modèle américain, qui a d'ailleurs ceci de commun avec le modèle français, repose en effet pour l'essentiel sur la consommation des ménages. Or, celle-ci est maintenant privée de ses principaux soutiens : la hausse de l'immobilier, et le refinancement. Qui plus est, elle est broyée par la flambée des prix de l'essence et des produits alimentaires.

Il faut se mettre à la place de celui qui pédale ! Le consommateur américain moyen, qui n'a plus ni pédales, ni guidon, ni roues. Les Etats-Unis sont en récession, et je souhaite qu'elle dure. Les américains doivent se désintoxiquer des excès de leur addiction au crédit, apprendre à épargner. Ils n'ont d'ailleurs plus le choix : les banques n'ont plus les moyens de leur prêter. Cette « cure » va permettre de cesser d'alimenter la surchauffe chinoise.

Tradingsat.com : Peut-on parler de bulle chinoise ?

Marc Fiorientino : Une bulle complète, la plus belle bulle du monde, sur la Chine et les pays émergents, qui constitue sans doute le mal le plus profond de l'économie des cinq dernières années. La chute de 25% enregistrée par l'indice de Shanghai sur ses plus hauts n'est que le signe avant coureur de son effondrement. Nous sommes dans une situation semblable à celle qu'a connu la bourse japonaise en 1989, avec un indice Nikkei passé de 39 000 pts à 13 000 pts. Il y est resté pendant des années… L'indice de la bourse de Shanghai se situe actuellement à 4500 pts alors que sa vraie valeur est à 2000 pts ; il restera coincé entre 1500 et 2000 pts pendant cinq ans. Mon opinion est très négative sur les pays émergents hors Europe de l'Est.

Tradingsat.com : Vous ne croyez donc pas au découplage entre l'économie américaine et les pays émergents.

Marc Fiorientino : C'est une blague. Une simple analyse des balances commerciales démontre l'absurdité du raisonnement. La croissance chinoise n'est absolument pas tirée par la consommation intérieure, mais par la demande extérieure, avec les effets que l'on connaît sur les prix des matières premières qui s'envolent et « écrasent » au passage le consommateur chinois. C'est pourquoi la récession américaine sera salutaire. Par récession, j'entends une croissance comprise entre –1% et +1% pour les Etats-Unis.

Tradingsat.com : L'action vigoureuse de la Fed pourrait cependant rapidement produire ses effets.

Marc Fiorientino : Non, parce que le relais de croissance entre la Réserve fédérale et la consommation, c'est-à-dire l'industrie bancaire et financière, aura bien besoin de cinq années pour se relever de la crise dans laquelle elle s'est enfoncée. Les baisses de taux seront, d'une certains manière, « absorbées » par les établissements financiers, qui vont les utiliser pour se refaire une santé, sans les transmettre.

Tradingsat.com : Qu'en déduire pour l'évolution du marché boursier parisien ?

Marc Fiorientino : La situation est déconcertante, très complexe. A court terme, le marché dispose d'un potentiel de rebond, simplement technique, à 5200-5300 points. Parce que beaucoup de choses sont déjà dans les cours et que la situation des sociétés n'est pas si mauvaise que cela. Un certain nombre de celles qui ont publié leurs comptes annuels ont d'ailleurs dépassé les attentes.

Tradingsat.com : Y a-t-il un risque que les bonnes perspectives annoncées par beaucoup d'entreprises se transforment en « profit warning » en cours d'année ?

Marc Fiorientino : En effet. Le fort ralentissement mondial que nous anticipons se répercutera nécessairement sur l'évolution des profits des sociétés. Les prévisions en vigueur aujourd'hui, même si elles ont été revues à la baisse, se révèleront alors trop optimistes. C'est pourquoi, après un rebond technique de court terme, le marché parisien devrait selon nous redescendre vers les 4300 points.

Tradingsat.com : Et à plus long terme ?

Marc Fiorientino : 2008 et 2009 seront des années de transition boursière. Dix huit mois seront nécessaires pour assainir la situation, effectuer le nettoyage nécessaire aux Etats-Unis et assister à l'explosion de la bulle chinoise. Les conditions pour le retour à une croissance équilibrée seront ensuite réunies, libérant un vrai potentiel de rebond, qui pourrait être très violent.

Tradingsat.com : Est-ce le moment de revenir sur le marché ?

Marc Fiorientino : Uniquement pour jouer un rebond technique. Nous sommes dans un marché de trading, où il est plus efficace d'opérer des achats et des ventes opportunistes, et trop tôt pour avoir des convictions de long terme. Nous conseillons aux investisseurs de ne pas hésiter à prendre leurs bénéfices après 10 à 15% de plus values.

Tradingsat.com : Quelles sont les valeurs qui retiennent votre attention ?

Marc Fiorientino : Il reste un potentiel sur Bouygues, Saint-Gobain, Vinci, Suez, et Lafarge. Sans oublier Eiffage : je ne crois pas à une OPA de Sacyr à 127.3 euros, mais une solution de compensation des actionnaires minoritaires devra être trouvée en cas de cession de la participation de Sacyr à des investisseurs institutionnels.

Le compartiment des valeurs moyennes comporte également des opportunités, dans le secteur Internet notamment. Je pense à Adverline, Netbooster et Leguide.com. J'apprécie également les SSII Osiatis et Micropole Univers. Citons également Proximania dans les cartes prépayées, ainsi qu'Initiatives et Développements, spécialisé dans les outils de fidélisation.

Tradingsat.com : EuroLand Finance suit également de près les biotechnologies.

Marc Fiorientino : Notre opinion sur ce secteur est très positive. Les sociétés de biotechnologies ont levé beaucoup de capitaux avant la crise financière. Elles ont donc les moyens de poursuivre leurs développements sans faire appel au marché. Et c'est heureux, compte tenu du massacre que la fuite vers la liquidité a provoqué sur tous les titres du secteur.

Nos préférés sont BioAlliance Pharma, Cerep, et NicOx. Pour cette dernière, les craintes sur d'éventuelles exigences supplémentaires de la FDA concernant le naproxcinod sont exagérées et plus que largement intégrées dans les cours. Si l'on ne tient pas compte de la décote de liquidité, la valeur fondamentale de NicOx calculée avec les modèles classique d'évaluation vaut quatre à cinq fois la valeur que lui donne actuellement le marché.

Propos recueillis par François Berthon

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • fralae
    26 février 200810:31

    Signaler un abus

  • M4629241
    29 février 200818:34

    Super intéressant. Merci

    Signaler un abus

  • feff
    04 mars 200809:52

    Signaler un abus

Retour au sujet ARTEFACT

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer