1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Retour au sujet CASA4.50%30JUN2020

CASA4.50%30JUN2020 : Chute libre...

blessya
26 sept. 201121:56

Le TRI peut paraître tentant si on regarde le passé du marché obligataire.Malheureusement,il faut investir en pensant au futur et là,le problème c'est que 8 ans 3/4 c'est vraiment très très long dans le contexte actuel.
D'ici là,les cadavres seront sortis des placards espagnols,italiens,et malheureusement français,les taux des emprunts d'état auront bondi(déjà vrai dans plusieurs pays européens),et CASA aura subi de lourdes pertes et quelques recapitalisations.Les subprimes ont envoyé certaines banques au tapis,d'autres subiront le même sort avec les titres d'états incapables d'équilibrer leurs comptes.Qui peut croire aujourd'hui que nos hommes politiques adopteront des politiques budgétaires rigoureuses?Seule l'inflation peut venir à bout des dettes abyssales des états européens.Et quand les épargnants seront ruinés,on lancera de gigantesques emprunts de relance dans une nouvelle monnaie...

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • M5384990
    28 septembre 201118:35

    Bonjour Blessya,

    En effet, 8 ans 3/4 c'est long!... A ce jour (28/09/2011) le Bund Allemenad 10 ans voit son rendement perdre 1,96% (cf. Les Echos).

    Qu'en est-il des taux des emprunts d'Etat? A voir... je ne suis pas certain que les Etats Européens soient en mesure de financer des dettes LT à des taux qui vont augmenter. Déjà que la charge de la dette est (presque) rédhibitoire (le second poste du Budget de l'Etat en France).

    Ceci étant, l'annonce par CASA aujourd'hui d'un programme de réduction de son bilan par apuration de sa dette LT d'ici à fin 2012 laisse entrevoir que certaines oblig's CASA peuvent être de bons placements à moyen terme....Les prospectus d'émission donnent clairement les modalités d'amortissement anticipé

    Si CASA fait 'faillite"... je vois assez mal la "Banque des Campagnes" mettre al clef sous la porte!... ou alors, juste 4 semaines avant une insurrection générale comme celle de ... 1789.

    L'inflation donc, est en effet le principal danger pouvant impacter notablement le rendement de ce titre (et de tous ceux, similaires, arborant un taux fixe). C'est un risque à courir, et l'investisseur qui entre sur les produits de taux doit le connaître (c'est presque même, la "base").

    Mais l'investisseur en obligation averti, prend toujours la peine de panacher son fond de portefeuille à l'aide d'obligs indexées (sur justement l'inflation).

    Ceci étant, il y a tout de même plus "risqué" pour un petit porteur que les obligs CASA (Obligations, TSR, TSDI, etc..). Pour celà il suffit d'aller "sur la cote" (les actions du CAC)

    Au final, en matière d'investissement boursier, tout est affaire d'acceptation "raisonnée" du risque que l'on souhaite prendre, et de durée sur laquelle on est prêt à prendre tel ou tel niveau de risque.

    PS: j'en ai pris 1200 ce moi-ci

    Signaler un abus

  • blessya
    29 septembre 201112:32

    Merci d'animer un peu le débat car les obligations semblent peu intéresser le grand publique.Les 36 millions de capitalisation d'une EXHONIT enflamment les esprits tous les jours mais tout le monde semble fuir les milliards d'euros de capitalisation des obligations CASA.
    Je vais procéder à quelques achats,le temps d'ouvrir un compte-titre(CA ou Fortunéo)et de faire rentrer de l'argent d'une assurance-vie.Tout cela pourrait bien prendre un mois.Une petite accélération de la crise pourrait alors rendre les cours intéressants.
    Ceci dit,sans aller jusqu'à la faillite pure et simple ne peut-on pas imaginer une nationalisation avec des obligations reprises à 50% de la valeur faciales?
    Je suis d'un naturel très pessimiste car j'ai souvent vu l'impossible se réaliser en bourse
    Blessya.

    Signaler un abus

  • M5384990
    29 septembre 201121:35

    Bonsoir Blessya,

    La "spéculation" sur des start-up innovante n'est pas à blâmer. ("Spéculation" vient du latin: "observer, guetter"). Les gens qui en 1980 ont mis quelques dollars dans une jeune entreprise située en banlieue de Seatle, WA et qui était animée par deux hurluberlus nommés: Allen pour l'un et Gates pour l'autre, ne l'ont pas regretté!... Certains ont fait fortune.

    Pour répondre précisément à ta question: nationalisation de CASA suivie d'une extinction de certaine oblig' par indemnisation à 50% du pair, et bien la probabilité que celà survienne est aussi élevée que de voir la lune exploser dans le mois qui arrive (un gros géo-croiseur non encore détecté pourrait la couper en deux, mais à 99,99999% de certitude, ce phénomène n'arrivera pas dans le mois qui vient)

    La nationalisation de CASA serait uen décision politique avant tout, et elle ne serait pas isolée (l'Etat devrait alors aussi procéder de même avec les autres grandes banques, à des niveaux divers). Soyons réalistes, l'Etat (même dirigé par la gauche) n'a pas les moyens de nationaliser (il faut en effet indemniser les actionnaires, qui ne sont pas tous Français...)

    D'autre part, une obligation comporte un volet juridique, contractuel, qui relève du livre II - Titre III : "Des contrats et des obligations conventionnelles en général".

    En "achetant" une obligation CASA, un contrat (au sens juridique) se créé entre toi et CASA. C'est un contrat unilatéral d'ailleurs (seul CASA est astreint à "faire" à partir du moment où la propriété de la créance est constatée, puisque le prix a été préalablement payé). Tout cela bien entendu, hors hypothèse de faillite de CASA (dans un tel cas, les créanciers rentrent dans leurs "frais", mais selon un ordre prévu par la Loi, et dans des proportions que les liquidateurs déterminent, toujours selon des règles de droit strictes)

    Donc CASA, qui par hypothèse n'est pas en faillite, et qui n'est pas nationalisée toujours par hypothèse, ne peut se soustraire aux obligations (tirées du Droit) qu'elle a contracté envers ses créanciers: en particulier en matière de titres obligataires, le remboursement à l'échéance spécifiée, du principal (l'argent "prêté")

    Le terme "Obligation" en matière boursière, tire son appellation du Droit, ce n'est pas une invention des milieux financiers des 17èmes et 18èmes siècles (où l'on employait plutôt le nom "créance".

    Le terme "valeur faciale" s'emploie surtout pour la monnaie fiduciaire (les billets et pièces, pour faire court) et les timbres (fiscaux, postaux). Pour une obligation, on parle de valeur nominale, ou pour faire court: du "nominal" d'une obligation...

    Alors aucune crainte, les amortissements d'oblig' à 50% du nominal, cela n'est pas encore du jour!...

    Bon invest'

    Signaler un abus

Retour au sujet CASA4.50%30JUN2020

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer