1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

ALBIOMA
19.040 EUR
-1.24% 

FR0000060402 ABIO

Euronext Paris données temps réel
Politique d'exécution
  • ouverture

    19.380

  • clôture veille

    19.280

  • + haut

    19.380

  • + bas

    19.000

  • volume

    7 890

  • valorisation

    589 MEUR

  • capital échangé

    0.03%

  • dernier échange

    15.02.19 / 17:35:10

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    18.100

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    19.980

  • Éligibilité

    SRD

    Qu'est-ce que le SRD ?

    Fermer
    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

    Créer une alerte sur le cours de la valeur ALBIOMA

    Fermer
  • + Portefeuille

    Ajouter ALBIOMA à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter ALBIOMA à mes listes

    Fermer
Retour au sujet ALBIOMA

ALBIOMA : Barrages français d'EDF à vendre

odyssee4
27 juil. 200911:10

Bagarre en vue autour des barrages français
La Tribune - 11/06/2009 -

L'État doit lancer avant l'automne la procédure qui ouvrira à la concurrence 50 % du parc hydraulique d'EDF d'ici à 2045. Les candidats se bousculent.

Peu menacé sur son monopole nucléaire en France, EDF devra en revanche ouvrir largement à la concurrence sa deuxième source d'énergie : son parc hydraulique. À la demande de Bruxelles, les concessions de ses 447 centrales ou barrages qui fournissent 10 % de l'électricité en France seront désormais soumises à appel d'offres. Cette procédure, très attendue par de nombreux électriciens européens, devrait être initiée à l'automne pour les concessions se terminant en 2011-2012. Dès 2015, au moins 11 % de la puissance installée hydraulique d'EDF (soit plus de 2.000 MW) sera remise en jeu.

Forte rentabilité

Pourtant, deux points essentiels ne sont toujours pas arrêtés. D'abord, le périmètre des concessions. « Anticiper la fin de la concession de certaines installations interdépendantes, dans une même vallée, permettrait de procéder à des regroupements cohérents », explique un conseiller du ministère de l'Énergie (Meeddat). Des discussions sont en cours sur l'indemnisation d'EDF pour cette interruption anticipée. « Le préjudice est difficile à chiffrer car la production, destinée aux consommations de pointe, dépend des prix du marché volatils », indique-t-on chez EDF. L'enjeu est crucial car la rentabilité des ouvrages hydrauliques, très forte en moyenne grâce à des installations amorties et à de faibles coûts d'exploitation, dépend néanmoins du découpage opéré. Le premier périmètre qui sera mis en jeu devrait être « substantiellement plus large que prévu », glisse-t-on au Meeddat.

« absence de plafond »

L'autre point non réglé touche à la redevance qui sera imposée aux nouveaux concessionnaires. Alors que l'État a confié sans contrepartie l'exploitation de ses ressources hydrauliques à EDF, la Compagnie Nationale du Rhône, filiale de GDF Suez, est assujettie depuis 2000 à une redevance portant sur 24 % de son chiffre d'affaires (soit une taxe de 231 millions d'euros en 2008). D'abord plafonné à 25 %, puis déplafonné dans les deux projets de loi du Grenelle de l'environnement, le niveau de cette redevance fait débat. « L'absence de plafond risque de dénaturer la compétition et d'écraser les autres critères de l'appel d'offres sur l'environnement et l'optimisation énergétique », estime-t-on chez EDF. « Plafond ou pas, nous allons faire en sorte que les autres critères soient bien pris en compte, assure-t-on chez Jean-Louis Borloo. Une solution de compromis consisterait à fixer un plafond vallée par vallée. »

Malgré ces incertitudes, de nombreux candidats se tiennent prêts à prendre leur part du gâteau hydraulique. D'abord, GDF Suez, numéro deux du secteur avec la CNR et la Shem (25 % de part de marché contre 66 % pour EDF) qui se fixe un objectif de 4.000 à 4.500 MW en 2013 contre 3.700 actuellement. « On se prépare à une vraie bagarre », indique-t-on en interne. Tous les électriciens présents en France (Poweo, Direct Energie, le suisse Alpiq, l'italien Enel, l'allemand E.ON?) peaufinent leurs offres, ainsi que le norvégien Statkraft ou l'espagnol Iberdrola. Pour pallier son manque de compétence hydraulique, Direct Energie étudie des partenariats avec « plusieurs électriciens européens ». À l'inverse, Enel propose à des industriels, intéressés par de l'électricité à long terme et à prix stables, de prendre des participations dans les concessions qu'il sollicitera. Le fabricant d'aluminium Alcan avait déjà exprimé son intérêt pour la centrale de Bissorte, dans la vallée de Maurienne. n

Barrage EDF de Roselend (Savoie) qui alimente la centrale EDF de la Bathie.Sa production est distribuée dans le nord de l'Italie, le sud-est de la France et surtout la ville de Marseille en cas de manque.

par Marie-Caroline
Lopez

http://www.latribune.fr/journal/edition-du-1106/green-business/214296/b agarre-en-vue-autour-des-barrages-francais-.html

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

1 réponse

  • odyssee4
    28 juillet 200913:56


    http://www.batiactu.com/edito/poweo-acquiert-son-premier-barrage-hydroelectrique -21367.php

    Signaler un abus

Retour au sujet ALBIOMA

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer