1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

LOGIN PEOPLE
0.970 (c) EUR
0.00% 
Ouverture théorique 0.000

FR0010581363 ALLP

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    0.000

  • clôture veille

    0.970

  • + haut

    0.000

  • + bas

    0.000

  • volume

    0

  • valorisation

    4 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    15.03.16 / 11:37:02

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.000

  • rendement estimé 2020

    -

  • PER estimé 2020

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    29.06.15

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet LOGIN PEOPLE

LOGIN PEOPLE : Monsieur Frenkiel

sasane
16 août 200819:40




Michel FRENKIEL

Né en Suisse

“Je suis né en Suisse en 1947, d’un père réfugié polonais (arrivé
avec le bataillon polonais de Coetquidan).
Ma famille est arrivée en France lorsque j’avais 3 ans suite à une loi suisse de préférence nationale. A force de courage, nous avons tous réussi à apprendre la langue sans accent suisse, et nous avons
été naturalisés français. J’ai effectué toute ma scolarité en France, pour devenir Ingénieur Arts et Métiers.

Aux Etats-Unis, où j’ai fini mes études d’informatique et commencé à travailler, j’ai bien connu le sort des immigrés. Je travaillais au National Centre for Atmospheric Research, à Boulder. Le NCAR regroupe une cinquantaine de chercheurs en météorologie. A chaque chercheur était affecté un informaticien, dont la mission était de traduire en langage
informatique ses élucubrations thermodynamiques. J’ai été affecté au seul chercheur noir que le NCAR ait jamais connu. Sur le moment, cela ne m’a pas frappé. Pourtant, qui d’autre qu’un immigré aurait accepté
d’être le nè gre d’un noir ? Ensuite, j’ai vraiment remercié le ciel : ce chercheur était Warren Washington, devenu depuis Président de l’Académie des Sciences.
Nous avons découvert ensemble les courbes à l’origine de ce qu’on appelle aujourd’hui le réchauffement climatique.

Je suis devenu consultant en informatique, expert auprès de la Commission Européenne depuis 1997, spécialiste du gouvernement électronique, après avoir travaillé pour Thales au sonar du sous-marin nucléaire lanceur d’engins et pour IBM à sa stratégie de génie logiciel..

J’ai organisé en 2002 un forum Citoyenneté Européenne, d’où est né le
projet eJustice. Ce projet a étudié les futures cartes nationales d’identité biométriques, et leurs usages pour signer des actes engageant la responsabilité légale.

Ce projet a démontré que l’on peut utiliser la biométrie sans pour autant mettre en place des bases de données biométriques qui présenteraient un risque pour la vie privée. Toutefois, l’architecture proposée présentait
une faille de sécurité. C’est en cherchant à la combler que m’est venu le principe de base de MobileGov.

Avec un collègue et ami, nous avons décidé de déposer un brevet pour protéger ce principe. Il s’agissait alors plutôt d’un exercice intellectuel, car nous n’avions aucune idée de la portée de l’invention.
Nous avons contacté un avocat en brevets, qui nous a d’abord dit ne s’intéresser qu’aux grands groupes industriels. Nous lui avons tout de même laissé deux pages décrivant notre principe. Il nous a rappelés
quelques jours après pour accepter de nous aider.

Nous avons lancé une étude d’intelligence économique, qui a confirmé le caractère innovant de notre principe.

Le brevet a alors été rédigé et déposé à l’INPI. Quelques mois après, nous avons reçu une convocation des services de la Défense nationale (DCSSI). La publication de notre brevet était bloquée car intéressant
la sécurité de l’Etat. Au cours de l’entretien, notre principe a été mis sur le grill, ainsi que nos intentions. Et finalement, le brevet a pu être publié.

Il nous a semblé opportun de créer une société pour l’exploiter, même si les produits ou les services que nous allions proposer n’étaient pas bien définis.

Nous avons créé la société en France, avec un troisième associé de longue date, parce que c’était la solution la plus simple.
Nous avions d’autres activités par ailleurs.

La création de l’entreprise n’a présenté aucune difficulté. Dès le début, fin 2004, nous avons été encouragés par de nombreuses marques de sympathie : prix IVCS d’abord, puis “Best Innovation 2005“ à Capital IT, label FCPI de l’ANVAR, statut de Jeune Entreprise Innovante du Ministère des Finances, enfin aide de l’ANVAR. Fin 2005, nous avions un premier produit à déployer. C’est là que les choses ont commencé à se gâter : pour le vendre, il fallait de l’argent, et obtenir des fonds
d’amorçage n’est pas chose facile.

Nous avons investi nos économies et mobilisé la famille, puis la confiance des industriels en nos produits et la décision de SPIE Communication de les distribuer nous ont rendus optimistes quant à notre capacité à boucler les fins de mois.

Il est bien présomptueux que nous donnions des conseils aux entrepreneurs, même étrangers. Mais dans mon pays, la France, où il est si bien vu de se flageller, reconnaissons que les technopôles
constituent pour les entrepreneurs de bien des pays d’Europe des pôles d’attraction dont nous n’avons pas toujours idée.
Sophia Antipolis est le rêve hi-tech pour beaucoup d’entre eux.

Le pouvoir d’achat des français reste très supérieur à celui des derniers entrants dans l’Union, et les entreprises françaises sont plutôt ouvertes aux solutions innovantes.

Dans une économie globalisée, le marché de proximité reste le plus accessible pour tester une innovation. Le marché est donc une seconde raison de vouloir s’installer en France.

Enfin, quand on habite le nord de l’Europe, le midi de la France est un paradis rendu accessible par la possibilité de s’y installer, à des prix comparables à ceux de la banlieue de Londres ou de Newcastle.”

MOBILEGOV FRANCE

www.mobilegov.com

Sophia-Antipolis (06)

Créée en 2004

13 personnes

A force de courage, nous avons tous réussi à apprendre la langue
sans accent suisse.

Michel FRENKIEL


http://www.comite-richelieu.org/docs/comite/recueil-integration.pdf

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

1 réponse

  • Profil supprimé
    16 août 200821:56

    Trés instructif! merci sasane

    Signaler un abus

Retour au sujet LOGIN PEOPLE

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

4354.9 -1.88%
2.905 +18.09%
33.19 -3.14%
0.598 +45.85%
2.118 -4.16%

Les Risques en Bourse

Fermer