1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Forum

CELLECTIS
12.060 EUR
-0.33% 

FR0010425595 ALCLS

Euronext Paris données temps réel
  • ouverture

    12.000

  • clôture veille

    12.100

  • + haut

    12.240

  • + bas

    11.980

  • volume

    11 764

  • valorisation

    512 MEUR

  • capital échangé

    0.03%

  • dernier échange

    12.11.19 / 10:54:49

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    11.460

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    12.660

  • rendement estimé 2019

    -

  • PER estimé 2019

    Qu'est-ce que le PER ?

    Fermer

    -

  • dernier dividende

    -

  • date dernier dividende

    03.05.19

  • Éligibilité

    PEA

    Qu'est-ce que le PEA ?

    Fermer
    PEA-PME

    Qu'est-ce que le PEA-PME ?

    Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

  • + Liste

Retour au sujet CELLECTIS

CELLECTIS : Transfert adoptif de lymphocytes T

joella
21 nov. 201710:55

J'avoue que je ne comprends pas encore le lien entre ce que décrit cet article de cellectis et le transfert dit "adoptif" de cellules que cela implique... mais en gros le système immunitaire du patient va pouvoir apprendre a lutter par lui-même contre le cancer ou maladies auto-immunes.
Le transfert simple de cellules T, c'est l'injection de car T ou ucart. La, il s'agit de l'étape suivante... le patient va s'auto protéger par la suite grâce a l'aspect adoptif (= apprentissage).

***
source wiki

Un transfert adoptif de cellules désigne un transfert de cellules dans un hôte, dans le but de transférer des fonctions immunitaires. Le transfert adoptif est actuellement une stratégie d'immunothérapie extrêmement prometteuse notamment dans les programmes de lutte contre le cancer. En effet, l'efficacité du transfert adoptif de lymphocytes T a été montré dans certains cancers dont le mélanome métastatique, avec une régression tumorale observée chez 50 % des patients. De fait, et plus que dans tout autre type d'immunothérapie, le transfert adoptif permet de traiter le patient à l'aide de son propre système immunitaire, en le renforçant seulement selon diverses possibilités.

Le transfert de cellules génétiquement modifiée avec un récepteur antigénique chimérique (CAR) pour le traitement du cancer a été parmi les premières techniques de thérapie génique humaine à démontrer une efficacité thérapeutique généralisée.

Les premiers essais concluant de transfert adoptifs ont été réalisés par l'équipe de Rosenberg dans les années 1980, avec des lymphocytes tumoraux récupérés chez des patients souffrant de mélanome. Ces cellules prélevées ont été mise en contact in vitro avec de l'IL-2 puis ré-injectées aux patients, mais si la méthode a donné de bons résultats dans le mélanome, ce ne fut pas le cas pour d'autres types de cancers. En 2001, l'équipe de Rosenberg suggère que l'utilisation de clones de lymphocytes T spécifiques d'épitopes tumoraux (tels que Melan-A5 ou MELOE-16) pourrait améliorer considérablement l'activité des cellules T récupérées.

Les cellules immunitaires du patient, en particulier les lymphocytes T, sont récupérées. Ces cellules peuvent être des cellules issues du sang et sont récupérées par centrifugation sur gradient de densité sur ficoll, par exemple ; bien souvent, ce sont des cellules immunitaires recueillies au sein du site tumoral : un prélèvement par biopsie réalisé sur le site tumoral permettra de recueillir un échantillon contenant des cellules tumorales et des cellules tumorales et parmi ces dernières, des cellules immunitaires choisies, en particulier des lymphocytes T CD8+, avec une récupération par tri magnétique. En effet, ces lymphocytes forment une sous-population de choix en raisons de leurs puissantes activités cytolytiques, associées à des capacités de reconnaissance et de ciblage précis de populations cellulaires tumorales (ce qui n'est pas le cas avec des cellules NK par exemple, ayant une activité cytolytique mais non-spécifique).

Les cellules immunitaires recueillies, très souvent des lymphocytes T, sont ensuite manipulées dans des laboratoires spécifiques conçus pour la réalisation de transferts adoptifs. Plusieurs programmes peuvent être possible dès lors : les cellules peuvent être tout simplement multipliées : l'ajout d'Interleukine 2 dans le milieu de culture contenant les cellules T recueillies pourra par exemple permettre leur prolifération. Des projets plus complexes et plus ambitieux peuvent également être envisagés, toujours en cours de recherche au sein de différentes équipes. Par exemple, la présentation d'antigènes tumoraux puissamment immunogéniques aux cellules T recueillies peut permettre de générer des cellules T spécifiques d'un antigène tumoral. D'autres projets, comme la manipulation du génome du lymphocyte afin de pouvoir "éduquer" celui-ci à une reconnaissance plus aisée et plus rapide, permettant une action plus efficace, des cellules tumorales par le lymphocyte.

Quel que soit le programme effectué précédemment, la population de lymphocytes T ré-éduqués, manipulés ou simplement ayant proliféré en laboratoire, sera ré-injectée au patient qui a fourni ces lymphocytes. Ces cellules immunitaires peuvent être directement placées dans le site tumoral pour faciliter leur action, par exemple.

Deux Applications directes possibles

Récepteur antigénique chimérique
La grande majorité des thérapies abordées à ce jour ont été utilisées pour traiter des cancers. Par exemple, le succès de la thérapie CAR-T anti-CD19 dans les essais cliniques de phase 1 et 2 pour les cancers tels que le lymphome, la leucémie et le neuroblastome semble se diriger vers l'autorisation de l'administration des aliments et drogues américaine (FDA).

Le transfert adoptif de lymphocytes a été utilisé expérimentalement pour traiter les patients atteints de tumeurs solides avancées, y compris le mélanome, y compris récidivant et réfractaire, et le cancer du col de l'utérus, le cancer du poumon, le cancer du sein, le sarcome9, y compris la leucémie lymphoblastique aiguë10.

Maladie auto-immune
Le transfert de cellules T régulatrices a été utilisé pour traiter le diabète de type 1 et d'autres maladies auto-immune. Les thérapies avec des cellules-T CAR ont montré leur intérêt pour traiter la sclérose en plaques chez la souris avec une diminution des symptômes.

***

Cellectis a démontré comment la spécificité de l'édition du génome ciblée avec la technologie TALEN® peut être affinée pour améliorer l'immunothérapie par transfert adoptif de lymphocytes T

Edition optimisée de multiples gènes pour les cellules CAR-T « prêtes à l'emploi » résistantes à l'inhibition de PD-1

Le 20 novembre 2017 - Cellectis a annoncé aujourd'hui la publication d'une étude dans Molecular Therapy -- Nucleic Acids décrivant le processus sophistiqué d'ingénierie de nucléases TAL (TALEN®) à la fois spécifiques et performantes ciblant PD1, principal point de contrôle immunitaire des lymphocytes T.

Dans ce rapport, Anne-Sophie Gautron, Ph.D., Alexandre Juillerat, Ph.D. et leurs collaborateurs ont utilisé une stratégie développée par Cellectis pour contrôler le ciblage des TALEN® en s'appuyant sur les capacités d'exclusion des RVD non conventionnels. Cette approche permet l'inactivation simultanée et très efficace via TALEN® des gènes TRAC et PDCD1 tout en éliminant les mutations hors cibles dans le génome. L'ajustement de certains RVD leur a permis de générer de façon rapide et directe une combinaison optimale de TALEN® pour l'édition de multiples gènes.

L'édition du génome à des fins thérapeutiques bénéficiera largement de cette stratégie qui permet des performances élevées d'ingénierie tout en garantissant une spécificité et une sécurité maximales.

Signaler un abus

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

3 réponses

  • jbdelb
    21 novembre 201712:12

    C'est un peu comme ce qui se passe avec l'intelligence artificielle. Dans un premier temps il y a eu le deep learning, pendant laquelle l'IA était nourrie d'une multitude de données et d'algorithmes. Dans un second temps il y a maintenant le reinforcement learning qui signifie que l'IA apprend par renforcement, c-à-dire par elle-même, sans être limitée par ce qui a été fait précédemment ou par les limites de la connaissance humaine.

    Avec le transfert adoptif, le système immunitaire pourrait s'auto protéger.

    Signaler un abus

  • gpienss
    21 novembre 201712:28

    Ce sont des phénomènes encore mal connus je pense
    Quand une cellule T détruit une cellule cancéreuse elle crée une famille de cellules T spécifiques à reproduction rapide avec un récepteur de la cible qui a été détruite. Cette activité est appelé vaccin. Au moment de la lyse la cellule T peut aussi créer des anticorps utilisées par d'autres cellules du système immunitaire. Qd je m'intéressais à celyad j'avais un peu creusé le truc. L'immunosuppression aurait pour effet de mettre à mal ces mécanismes naturels. A voir ..

    Signaler un abus

  • Alter753
    21 novembre 201712:59

    Des brevets ont-ils déjà été obtenus sur cette techno ?

    Signaler un abus

Retour au sujet CELLECTIS

Signaler le message

Fermer

Qui a recommandé ce message ?

Fermer

Mes listes

Une erreur est survenue pendant le chargement de la liste

valeur

dernier

var.

Les Risques en Bourse

Fermer